Moins influent à World Rugby, la France est-elle le vilain petit canard du ballon ovale ?
Florian Grill a récemment pointé du doigt le manque d'influence du rugby français à World Rugby, mais à qui la faute ? (Photo par Julian Finney - World Rugby)
Florian Grill a récemment pointé du doigt le manque d'influence du rugby français à World Rugby, mais à qui la faute et pour quelle raison ?

Récemment, le président de la FFR Florian Grill a pointé du doigt le manque d’influence de la France au sein de World Rugby. Pourtant, le rugby français reste l’un des plus gros moteurs, humain et économique, de l’ovalie mondiale. Qu’en est-il réellement ?

CARNET NOIR. Le monde du rugby rend hommage à Bernard Lapasset, ancien président de la FFR et de World RugbyCARNET NOIR. Le monde du rugby rend hommage à Bernard Lapasset, ancien président de la FFR et de World Rugby

La France moins présente qu'avant ?

Avec un peu plus de 300 000 licenciés au compteur, la FFR est la troisième fédération avec le plus de joueurs inscrits dans le monde. Juste devant elle, on retrouve l’Angleterre et l’Afrique du Sud, deux bastions historiques du ballon ovale. De plus, le Top 14 est l’un des rares, si ce n’est le seul, championnat de haut niveau stable économiquement et sportivement. Les stades se remplissent, les audiences sont bonnes et la France possède même une spécialité rare : elle a une deuxième division 100% professionnelle.

Après avoir dit toutes ces évidences, la logique voudrait que la France soit l’une des figures de proue du rugby mondial. Cependant, Florian Grill a avoué ceci le 16 octobre dernier au micro de RMC :

Il y a un vrai sujet, c’est un point important, il faut que l’on soit beaucoup plus influent à l’échelle internationale. Aujourd’hui, la Fédération française de rugby n’a pas l’influence qu’elle doit avoir au niveau international.[...] La France n’a plus de membre au Board de World Rugby, un seul arbitre de champ au Mondial et très peu de membres dans les commissions, ainsi que dans les groupes de travail.”

France. La FFR ''discute fermement avec World Rugby'' via le rapport envoyé, selon Florian GrillFrance. La FFR ''discute fermement avec World Rugby'' via le rapport envoyé, selon Florian GrillFactuellement, le président de la Fédération Française de Rugby a raison. Depuis quelques mois, la France n’est plus représentée au Comité Exécutif de World Rugby. Pourquoi ? Fin 2022, Bernard Laporte se retire de ses fonctions de Vice-Président de la fédération mondiale. Par la même occasion, il se retire de son “Board”. Cependant, “aucune Fédération membre, ni Association membre, autre que la Fédération membre du,de la Président(e) n’aura plus d’un Représentant au sein du Bureau exécutif”, selon le statut numéro 10.1.1 alinéa b de World Rugby.

La place ayant été vacante, elle a été attribuée à l’Écossais John Jeffrey en mai 2023. Cependant, l’un des rôles de ce Comité Exécutif est de nommer ou révoquer les différents membres des commissions ou groupe consultatif. Par effet boule de neige au départ de Bernard Laporte, les Français se sont faits de plus en plus rares au sein de l’institution.

(Photo par Michael Steele - World Rugby)

Actuellement, les nations anglo-saxonnes ont une présence non-négligeable dans ces différents groupes, en plus d’une présence japonaise qui s’intensifie depuis le mondial 2019. Cependant, cette domination semble loin d’une hégémonie britannico-sudiste immuable. S’il est possible d’entendre ce refrain sur les réseaux sociaux ou dans certains débats médiatiques, la situation de la France paraît tout autre il y a encore quelques mois.

''Aujourd'hui, le rugby est mort'', les fans désespérés par la nouvelle compétition de World Rugby''Aujourd'hui, le rugby est mort'', les fans désespérés par la nouvelle compétition de World Rugby

La France, un grand qui se croit petit

Ainsi, la Rédaction du Rugbynistère a contacté Kévin Veyssière, fondateur du média Football Club Geopolitics. Si son intitulé laisse à penser qu’il ne s’intéresse qu’au ballon rond, ses travaux montrent son aspect hétéroclite. À l’été 2023, il publie son premier livre sur le rugby. Baptisé Planète Rugby - 50 questions géopolitiques, il traite de la géopolitique du rugby roi depuis sa création en 1823.

Pour Kévin Veyssière, l’Irlande, l’Écosse, l’Angleterre et le Pays de Galles ont “historiquement plus d’influences dû à leur statut de fondateurs de l’IRFB” en 1886, même si l’Angleterre ne l’intègre réellement qu’en 1890. De plus, il confie que ces dernières ont toujours été réticentes à “intégrer de nouvelles nations” à la grande fête et aux décisions du rugby international.

''Le rugby a perdu'', la Coupe du monde 2023 démoralise les fans d'ovalie''Le rugby a perdu'', la Coupe du monde 2023 démoralise les fans d'ovalieL’expert en géopolitique prend l’exemple de l’Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande et l’Australie qui ne rentre à l’IRB qu’après la Seconde Guerre mondiale. Une intégration tout aussi étrange pour la France qui n’y rentre qu’à la fin des années 70. Pourtant, elle est intégrée au Tournoi des V Nations pour la première fois dès 1910.

(Photo par David Ramos - World Rugby)

Si les Britanniques et Irlandais ont mis longtemps à accepter l’arrivée de nouvelle tête dans l’institution, c’est la France qui “va faire bouger les lignes”, selon Kévin Veyssière. Entre 1980 et 1987, la présidence du tricolore Albert Ferrasse change l’organisation du rugby mondial. Cette “voix dissonante à l’hégémonie britannique” a lancé la mondialisation du rugby. Néanmoins, il précise que cette dernière reste “incomplète” à l’heure actuelle.

Tournoi des 6 Nations : Bernard Lapasset se positionne en faveur d'un changement de formatTournoi des 6 Nations : Bernard Lapasset se positionne en faveur d'un changement de format

Côté français, Kévin Veyssière précise que la présidence de Bernard Lapasset et le mandat de Vice-Président de Bernard Laporte “ont durablement installé la France à World Rugby”. Il nuance cependant en expliquant qu’il “faut encore batailler contre les nations anglo-saxonnes”. Selon lui, “la principale raison de la perte d’influence et de lobbying dans les commissions et groupes de travailreste le départ de Bernard Laporte de l’institution en milieu de mandat.

L’auteur de Planète Rugby - 50 questions géopolitiques, rappelle que la plupart des pays qui ne sont pas anglo-saxons, mais disposent d’une culture rugby faisant suite à une influence britannique. Il cite, par exemple, les pays d’Amérique du Sud ou le Japon. Ensuite, il détaille la place de la France dans ce microcosme politique :

Le cœur des décisions et de l’histoire du rugby est marqué par l’hégémonie britannique, mais il ne faut pas croire que la France n’a pas son mot à dire. Elle a même eu une influence conséquente durant les 30 dernières années. Après les soubresauts connus par la Fédération Française de rugby, il faut repartir vers un nouveau cycle. La FFR doit recréer des cercles de réflexion et de discussions au sein de World Rugby.”

RUGBY. ''C'était magnifiquement laid'', la Presse internationale rumine après le sacre des SpringboksRUGBY. ''C'était magnifiquement laid'', la Presse internationale rumine après le sacre des Springboks

Une influence toujours présente à différents niveaux

Mais, la France doit-elle vraiment repartir de zéro afin de reconstruire son influence d’il y a quelques années ? Non. En réalité, la France a toujours un avantage indéniable. L’Hexagone dispose de trois sièges au Conseil de World Rugby, soit autant que n’importe quelle grande nation du rugby mondial. Ce fameux Conseil siège au sommet de l’organigramme de l’institution reine.

Par ailleurs, ce sont ses membres qui ont voté toutes les récentes réformes liées à la Nations Cup, la Coupe du monde à 24 équipes et au calendrier uniformisé. Ainsi, l’absence de la France au Comité Exécutif et sa faible présence dans les commissions ne l’empêchent pas d’avoir une influence majeure sur les grands virages du rugby mondial. Par ailleurs, le ralliement des sièges français à la cause anglo-saxonne a été déterminant dans l’équation de la Nations Cup, très critiquée par certains camps avant son adoption.

RUGBY. La Coupe du monde en France a déjà surpassé les chiffres du Japon, et ce n'est pas fini !RUGBY. La Coupe du monde en France a déjà surpassé les chiffres du Japon, et ce n'est pas fini !Ainsi, la France ne paraît pas être autant en manque d’influence que certaines déclarations pourraient le laisser penser. Au printemps 2024, les prochaines élections pour la Présidence de World Rugby pourraient rebattre les cartes. Elles auront surtout pour but de récupérer la place-forte qu’a été celle de la France durant les 30 dernières années.

De plus, elles devraient sûrement lui permettre de regagner une place au sein du Comité Exécutif de World Rugby. Tout du moins, cela devrait être son ambition. Une nomination qui permettra de réalimenter les commissions en contingent tricolore. Dans cette optique, les paroles et les actes de Florian Grill prennent des airs de quête électorale pour cette échéance.

Mais est-ce aussi facile que cela ? La France peut-elle revenir ainsi sur le devant de la scène politique du rugby mondial ? Un début de réponse est à venir dans les prochains mois.

RUGBY. COUPE DU MONDE. Quel bilan pour le mandat de Fabien Galthié avec le XV de France ?RUGBY. COUPE DU MONDE. Quel bilan pour le mandat de Fabien Galthié avec le XV de France ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

La France souffre au niveau de la géopolitique du rugby du même problème qu'en matière de géopolitique générale. Tant que nous avions une voix dissonante vis à vis des anglo-saxons nous avions un vrai poids à l'international. Mais depuis que nous nous sommes alignés sur leurs positions les non alignés nous méprisent car ils se sentent trahis, et les anglo-saxons nous détestent toujours.
La France avait du poids quand elle créait la FIRA, quand elle poussait pour la création de la coupe du monde, quand elle organisait la coupe latine (dans son propre intérêt certes). Mais quand Laporte s'est rangé derrière Beaumont nous avons perdu notre honneur... et probablement la coupe du monde.

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
News
News
Vidéos
News
News
News
News