RUGBY. Top 14. Après une semaine de fiesta, à quoi va ressembler le décisif Lyon-La Rochelle ?
Qui remportera la Super Coupe d'Europe ?

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Vainqueurs de leurs Coupes d'Europe respectives, le LOU et le Stade Rochelais se retrouvent dimanche pour une rencontre décisive en Top 14. L'occasion d'imaginer ce match.

Samedi 28 mai 2022, 19h30, Marseille. Le Stade Rochelais est plongé dans une liesse indescriptible. Pour la première fois de leur histoire, les Maritimes remportent la Champions Cup, en venant à bout de l'ogre irlandais : le Leinster. Une équipe celte à l'image de Noël Le Graët, vieillissante et incompétente lorsque se présentent les grands évènements. On vous l'accorde, il est vrai que l'on se montre très sévère avec la bande à Jonathan Sexton, qui compte dans ses rangs de nombreux joueurs de talent et qui a marché sur à peu près tout le monde cette saison. Toujours est-il que les amateurs de Guiness se sont écroulés et n'ont visiblement que peu apprécié ce revers face à deux de leurs compatriotes : l'ex-Munsterman, Ronan O'Gara et le plus beau rouquin de tout le pays : Yaya ''Touré'' West. Alors certes, l'ouvreur rochelais est né à Havelock North, situé au nord ouest de la Nouvelle-Zélande. Mais capillairement parlant, on ne peut s'empêcher de penser que le numéro 10 rochelais est en réalité natif de Galway et né d'un père, ancien joueur de football gaélique, fan de Michel Sardou. 

On pourrait nous dire que ce joueur possède 25 sélections avec le XV du Trèfle que ça ne choquerait personne.

CHAMPIONS CUP. C'était pas la capitale, non, c'était Marseille bébéCHAMPIONS CUP. C'était pas la capitale, non, c'était Marseille bébé20 heures auparavant, c'était au tour du LOU de soulever un trophée dont personne n'a envie. Pas même les Toulonnais puisque ces derniers sont passés du niveau des All Blacks version 2015 à celui du Biarritz Olympique en moins d'une semaine. Toulon ces dernières semaines, c'est un peu cet affreux méchant sanguinaire dans les films, pourtant imbattable, et qui perd stupidement lors de son ultime combat, face au gentil héros de l'histoire en trébuchant sur la jambe de Thomas Lavault. Or, dans ce cas précis, le gentil héros, n'est autre que l'ex-copine du RCT, puisque les Rhodaniens possèdent dans leurs rangs une pléiade d'anciens pensionnaires de Mayol. 

Bref, Lyon et La Rochelle ont chacun remporté leur trophée européen. Ironie de l'histoire, les deux formations se retrouvent ce dimanche soir sur la pelouse du Matmut Stadium Gerland qui, au passage avec une qualification pour les phases finales de Top 14 en jeu. Une sorte de Super Coupe d'Europe entre le vainqueur de la Champions Cup et du Challenge Cup. En foot, cette confrontation a lieu tous les ans. Nous, on a la chance de l'avoir en Top 14. L'occasion aussi de se préparer au premier ''soûlico'' ou ''bourrésico'' de l'histoire du rugby français entre deux formations qui ont fêté dignement leur titre. On a imaginé cet affrontement pour vous. 

L'Avant-match

Pour reprendre la tirade de l'un des plus beaux produits marketing du sport français : ''pas besoin d'avoir fait Saint-Cyr'' pour comprendre que les deux équipes n'ont pas eu le même accueil au sortir de ces victoires. Le LOU, (dont on ne connaît toujours pas le nom de son président mais qui visiblement fait du bon boulot), a fêté ce titre à son image : dans l'indifférence la plus totale. Le seul point positif de la soirée ? Sûrement d'avoir réduit au silence les aficionados du RCT, qui se voyaient déjà remporter cette Coupe et être sacrés Champions de France. Baptiste Couilloud, de son côté, continue de se préparer pour le Plongeon Olympique de Paris 2024. Après un plouf dans la Seine, pour sauver le trophée du 6 Nations, le frère de ''Babé'' a réitéré la chose, à Marseille, là aussi dans l'indifférence la plus totale, contrastant avec le calme ambiant et rendant la chose aussi malaisante qu'un meeting des Républicains. Cette fois-ci, a contrario de son épisode dans la Seine, on ne lui aurait pas reproché le fait d'avoir laissé couler le trophée dans les abysses du Vieux Port

Pour les Rochelais, la fête fut belle. Vous aurez bien compris que les jours qui ont suivi ont laissé place à la folie, notamment sur le Vieux Port, où on a dénombré plus de monde qu'à la U Arena sur l'ensemble d'une saison. On ne remerciera d'ailleurs jamais assez Arthur Retière, qui nous aura fait bien plus rire en story Instagram que l'ensemble des comédiens de la dernière Nuit du Rugby. S'il postule pour remplacer Passe Muraille lors du prochain Fort Boyard (ayant trouvé la clé pour franchir l'hermétique défense du Leinster), on lui conseillerait de se lancer dans l'humour. 

Encore un (gros) effort pour ressembler à papa

CHAMPIONS CUP. Les chiffres impressionnants de la domination de la Rochelle sur le Leinster en finaleCHAMPIONS CUP. Les chiffres impressionnants de la domination de la Rochelle sur le Leinster en finale

Le match

Les deux équipes font leur entrée sur la pelouse sur la musique de la Ligue des Champions, comme pour donner encore un peu plus le seum à Jean-Michel Aulas, présent en tribunes. 

0' : Yaya ''Touré'' West donne le coup d'envoi du match. 

1' : Niniashvili, qui n'a visiblement toujours pas compris le but des lignes au rugby, sort en touche, déborde, fait le tour du parking, et s'en va aplatir entre les poteaux. Jean-Michel Aulas se rend en vitesse dans le box des arbitres vidéos. Contre toute attente, l'essai est validé : 7-0.

On comprend mieux pourquoi il est tant rare de voir des ailier géorgiens réussir.

RUGBY. Challenge Cup. 187 mètres parcourus, 10 défenseurs battus : Davit Niniashvili a illuminé le VélodromeRUGBY. Challenge Cup. 187 mètres parcourus, 10 défenseurs battus : Davit Niniashvili a illuminé le Vélodrome5' : S'il s'est montré excellent face à James Lowe, Dillyn Leyds en a assez de se cogner des semi-remorques tous les week-ends. Josua Tuisova s'en donne à cœur joie et en profite pour mettre sur les fesses son vis-à-vis sud-africain et filer entre les poteaux. Berdeu transforme : 14-0.

8' : Les Rochelais semblent encore totalement amochés de leur semaine forte en émotions. Les Lyonnais ont mieux récupéré.  

9' : Comme rattrapé par la pression, Yaya ''Touré'' West manque sa première pénalité. On le sait, le joueur n'est pas toujours précis et n'a pas forcément le compas dans l'œil. Par peur d'être borgne sûrement.

11' : Le caméraman fait un gros plan sur la mine déconfite de Matthieu Bastareaud en tribunes. Le public l'acclame. 

17' : Ça y est ! La Rochelle inscrit ses premiers points. West (non on va pas constamment se moquer de son prénom), transforme une pénalité 22 mètres en face avec l'aide des deux poteaux. Éric Bayle y voit un signe du destin, tandis que Marc Lièvremont écorche une nouvelle fois le nom de Beka Saghinadze

20' : Bien que beaucoup le comparent à Maro Itoje, Joel Kpoku ne possède pas le totem d'immunité de l'international anglais. Le Lyonnais est sanctionné dans un ruck. West qui a réglé la mire, passe son coup de pied : 14-6. 

25' : Léo Berdeu monte une quille. Brice Dulin, perturbé par les moqueries de certains supporters concernant son métier ''d'acteur'' où il joue le rôle de Bruno, un mari libertin, commet un en-avant. Au passage, le désormais célèbre Bruno d'Agen se fait découper par Tuisova, arrivé comme une bombe.

Si jamais vous étiez passé à côté de ce chef-d'œuvre

32' : Sorti sur saignement, Léo Berdeu, qui se fait recoudre, hérite du ballon sur le banc des remplaçants. Assis, celui-ci passe un drop magistral. Jamais l'expression ''comme dans un fauteuil'' n'aura aussi bien porté son nom. Là encore, étrangement, le drop est accordé. 17-6.

39' : En plus de donner une victoire historique à son équipe, Arthur Retière montre qu'il sait se servir de ses pieds en imitant Berdeu. Il claque un drop peu avant les citrons. Mi-temps : 17-9. 

42' : Au retour des vestiaires, Josua Tuisova continue de martyriser la défense maritime. L'occasion pour Pierre Popelin, Romain Sazy et Jules Le Bail, encore déguisés en gendarme, de s'inviter sur le terrain. Ces derniers arrêtent Tuisova pour tentative d'homicide. Pierre Popelin s'exclame : ''Pas content -> cachot !'' Les trois trublions, hilarent, s'empressent d'amener Tuisova dans la prison de Fort Boyard. Levani Botia, ancien gardien de prison, l'y attend. Le Fidjien en profite pour libérer Jules Plisson, enfermé depuis plusieurs semaines.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sazy Romain (@sazyromain)

48' : Les coéquipiers de Baptiste Couilloud semblent tirer la langue. Pierre Mignoni, agacé, paraît encore plus méchant que d'habitude. Cependant, les Rochelais ne mettent pas à profit cette domination puisque West manque deux nouveaux coups de pied. Eric Bayle en profite donc pour glisser : ''West totalement à l'ouest'', tandis que Marc Lièvremont, déplore sur l'action suivante, ''un en-avant crétin de Dylan''. 

54' : Nouvelle pénalité pour La Rochelle. Pierre Bourgarit qui visiblement ne fait pas confiance à son buteur demande la touche. Mais Ronan O'Gara décide de sortir son ouvreur pour faire rentrer Jules Plisson, tout juste arrivé à Lyon. La plupart des spécialistes pourront de nouveau s'en donner à cœur joie, pointant du doigt le mental friable d'un West pourtant très bon dans le jeu, après l'avoir encensé une semaine auparavant.

55' : Des 40 mètres, l'ex-taulard Plisson, passe la pénalité. 17-15.

60' : Les deux équipes n'ont plus de jus, la difficile semaine se fait sentir. 

65' : Épuisé, Arthur Retière, le héros de la semaine passée, laisse sa place à.... Tawera Kerr-Barlow. En effet, contre toute attente, le All Black est sur la feuille de match. Thomas Berjon, qui avait, au micro de France Télévision, émis le souhait de ''se mettre la tête à l'envers'' après ce titre, a visiblement tenu parole et n'est pas apte à jouer ce dimanche. Au grand dam de Cécile Grès, qui lui avait supplié de faire la fête avec modération. Et surprise, Kerr-Barlow entre avec ce fameux gant magique. Ronan O'Gara rigole. 

80' : On joue les dernières secondes du match, et Lyon cantonne les Rochelais dans leur camp. Les Maritimes se lancent dans une dernière attaque désespérée et entrent dans les 22 mètres visiteurs. Kerr-Barlow active alors la fonction magique de son gant. Un ressort lui permet d'étendre son bras de 20 mètres et inscrire un invraisemblable essai. Ce dernier est accordé et avec la transformation, le Stade Rochelais s'impose 22-17 à Lyon.


Pourtant dans les six premières places durant une grande partie de la saison, le LOU doit dire adieux à la qualification. Cruel. Sur son nuage, La Rochelle se qualifie pour les phases finales. ''Encore plus beau qu'une victoire dans le Tournoi des 6 Nations'', déclarera Uini Atonio peu après. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

"Une équipe celte à l'image de Noël Le Graët, vieillissante et incompétente" Hahahahaha !!!! Merci, elle va me faire le week-end !

Y vont pas rentrer cuits sur le terrain quand même ...

  • dusqual
    35594 points
  • il y a 3 semaines

après "c'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens", après "c'est à la fin de la foire qu'on compte les bouses", voici "c'est à la fin du match qu'on compte les vomis"...

  • Melano46
    4470 points
  • il y a 3 semaines

Niniashvili ne jouera pas ce match. Les neurologues ne l’y ont pas autorisé après la charge reçue à la tête de la part du brave Etzebeth. Sur l’action je trouvais qu’Etzebeth aurait être sanctionné d’un rouge. Je reste sur mon idée. Ça se voyait qu’il était pas très bien Niniashvili à la fin du match le we dernier.

Fan de Fort Boyard ???? Quelle drôle d’image des supporters Rochelais !!! Perso je ne suis absolument pas fan de cette émission

@Yellowblack

Ils ont changé l’article

Derniers articles

Vidéos
News
News
Vidéos
Vidéos
News
Vidéos
News
Vidéos
Vidéos
Sponsorisé News