RUGBY. De superstar à une fin de carrière en 18 mois, la descente aux enfers de Virimi Vakatawa
Virimi Vakatawa tout sourire au sortir de la victoire face aux Gallois, en 2021.
L'annonce soudaine de la fin de carrière en France de Vakatawa a fait l'effet d'une bombe. Voici le triste itinéraire de sa déchéance, débutée en janvier 2021.

C'est un coup de massue qui vient de s'abattre sur la France du rugby, et plus encore sur le joueur. Via un communiqué publié en début d'après-midi, le Racing 92 nous apprenait que son numéro 13 vedette, Virimi Vakatawa, venait d'être interdit de la pratique du rugby professionnel en France à la suite d'un bilan médical rendu par la LNR. Le choc, pour un garçon de seulement 30 ans, qui aspirait non seulement à retrouver son meilleur niveau avec le Racing cette saison, mais surtout à participer au Mondial dans l'Hexagone qui aura lieu dans un an. Terrible.

TOP 14. RACING 92. Fin de carrière en France pour Virimi VakatawaTOP 14. RACING 92. Fin de carrière en France pour Virimi Vakatawa

Cette nouvelle, c'est un petit peu le coup de grâce d'une descente aux enfers qu'a finalement connu "Viri" depuis 18 mois, n'ayons pas peur des mots. Pour lui, souvenez-vous, le début de celle-ci intervenait au début de l'année 2021, lorsque blessé, il devait renoncer aux prémices du Tournoi des 6 Nations. Pour la 3ème sortie de l'année, le natif de Rangiora revenait dans le groupe mais peinait à endosser à nouveau le dossard de potentiel détonateur de la ligne de 3/4 des Bleus. D'autant que pendant son absence, Arthur Vincent marquait des points comme candidat au poste de centre sous le maillot tricolore. Privé de tournée d'été en Australie dans la foulée puisque réquisitionné pour les phases finales de Top 14, le Fidjien d'origine perdait cette fois du galon au profit du puissant Jonathan Danty.

Top 14. Mais où est passée la magie de Virimi Vakatawa, aka l'ancien meilleur centre du monde ?Top 14. Mais où est passée la magie de Virimi Vakatawa, aka l'ancien meilleur centre du monde ?

En parallèle, l'ancien septiste était en perte de vitesse avec le Racing. Plus aussi tranchant que les saisons précédentes, moins capable de jouer dans le dos des défenses aussi et, en sus, souvent gêné par des pépins physiques, on s'était même posé la question de savoir si Fabien Galthié et son staff choisiraient de faire de lui leur 13 titulaire au moment de la tournée de novembre, où les Bleus passerait notamment au révélateur All Black. Verdict ? Une énième blessure (fracture des côtes) avait finalement répondu à notre question avant même d'avoir eu le temps de finir de la poser. Pas de tournée victorieuse, donc, et surtout un définitif recul dans la hiérarchie au poste, où son compère Fickou formait désormais la paire avec Danty. En moins de 12 mois, Vakatawa était passé d'indéboulonnable au centre, à remplaçant au sein de ce groupe France, au mieux.

2022, 2 capes et puis c'est tout

Au mieux ? Oui, car la suite n'était pas plus réjouissante pour le Racingman. Trainant la patte en permanence la faute à un genou douloureux, Vakatawa était sur le carreau à 2 semaines du premier rassemblement des Bleus avant le Tournoi 2022. Malgré tout dans le groupe des 42 garçons sélectionnés, on ne vit jamais le roi du offload sous la tunique frappée du coq durant le grand chelem des Français. Après Danty, le jeune bordelais Yoram Moefana lui était également passé devant, grâce à une forme physique bien supérieure, notamment. Une déception qu'on imagine immense pour celui qui n'avait éclot avec l'équipe de France que lors du Mondial 2019, à 27 ans...

RUGBY. Equipe de France. Fickou à propos de Vakatawa : ''Il a des qualités que peu de joueurs ont''RUGBY. Equipe de France. Fickou à propos de Vakatawa : ''Il a des qualités que peu de joueurs ont''

Reste que sa fin de saison dernière laissait entrevoir quelques belles choses. Avec des gestes de classe sporadiques, des actions tranchantes et des essais, à l'occasion. Cet été, l'homme aux 32 sélections profitait même de la tournée au Japon pour être aligné deux fois d'emblée et regoûter au maillot bleu. Résultat ? Le Racingman ne fut pas catastrophique, non, mais jamais étincelant non plus. Neutre, banal, lambda, tout au mieux. En somme, rien susceptible de rebattre les cartes au poste de centre en équipe de France. Presqu'un oxymore, pour celui que l'on qualifiait de meilleur centre du monde encore 2 ans auparavant. 

Et maintenant ?

Alors, à tout ceux qui se demandaient encore si Vakatawa finirait par retrouver sa magie et le costume de titulaire en Bleu par la même occasion, la nouvelle du jour semble leur avoir coupé l'herbe sous le pied. Car tout le monde l'a bien compris, de cette fin de carrière en France découlera évidemment de nombreuses conséquences pour Vakatawa. La coupe du monde, qui débutera dans presque un an jour pour jour ? Tout semble dire qu'elle lui passera donc sous le nez, sauf improbable retournement de situation.

TOP 14. Baille, Villière, Fickou… Les prémices d’une saison de la peur ?TOP 14. Baille, Villière, Fickou… Les prémices d’une saison de la peur ?

En effet, sans même parler d'une révision de la décision de la Ligue, l'on se dirait - dans un monde parfait - que le pendant de Gaël Fickou pourrait toujours évoluer à l'étranger en parallèle et, s'il performe, être rappelé par le staff des Bleus. En soi, rien ne stipule que le procédé est interdit, en France. Mais entre les difficultés logistiques et surtout les potentiels risquent avec la santé du joueur, on imagine que rien de tout ça n'est prêt à arriver durant la saison à venir. À moins que la conférence de presse donnée par le Racing ce mardi au Plessis-Robinson, en compagnie de Vakatawa et de Fabien Galthié, ne nous en apprenne plus sur le futur de l'homme aux 10 essais marqués sous le maillot Bleu...

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

C'est moche pour lui.
Il est excellent à ce jeu, à l'air tellement sympa que tu aimerais qu'il soit ton pote,
tout pour lui quoi !
et là badaboum, bug physiologique d'où arrêt définitif.
Le seul point positif par rapport à sa vie professionnelle, son métier, c'est qu'il est "plutôt" en fin de course et qu'il a probablement bien profité jusque là.
En lui souhaitant que son problème ne soit pas handicapant dans sa vie tout court.
Bonne route Virimi !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News