RUGBY. Avant de voir Kinghorn à Toulouse, les Écossais en Top 14, ça a donné quoi ?
Depuis une dizaine d’années, les grands noms du rugby écossais ont défilé sur les pelouses de Top 14, avec plus ou moins de réussite.
Russell, Laidlaw, Gray, etc. Depuis une dizaine d’années, des internationaux écossais ont défilé sur les pelouses de Top 14, avec plus ou moins de réussite.

En Top 14, des nationalités variées se croisent sur les pelouses. Néanmoins, le rugby anglo-saxon a toujours eu un peu plus de difficulté à s’exporter, de la même manière que les Français le font peu également. Avec l’arrivée promise de Blair Kinghorn au Stade Toulousain, il est temps de mettre un coup de projecteur sur les personnalités du rugby écossais ayant posé pied à terre dans l’Hexagone.
TRANSFERT. Que change l'arrivée du talentueux Kinghorn pour le Stade Toulousain ?TRANSFERT. Que change l'arrivée du talentueux Kinghorn pour le Stade Toulousain ?

Les Écossais en Top 14, des stars aux espoirs

Visage connu du Championnat de France, Finn Russell a animé nos pelouses pendant les 5 dernières saisons. Passé au Racing 92 de 2018 à 2023, l’ouvreur fantasque a été capable du pire comme du meilleur en Top 14. Des chisteras magiques aux petits ponts dignes des meilleurs footballeurs, la palette technique du numéro 10 était exubérante, mais n’a jamais permis aux Altoséquanais de soulever un titre. Son plus gros regret ? La finale de Champions Cup perdue contre Exeter en 2020.

ÉDITO. RUGBY. Finn Russell et le Top 14, c'est fini : le magicien écossais sort par la petite porte…ÉDITO. RUGBY. Finn Russell et le Top 14, c'est fini : le magicien écossais sort par la petite porte…

Compère régulier de l’ouvreur en sélection, Greig Laidlaw a eu un peu plus de réussite dans l’Hexagone. Doublure de Morgan Parra de 2017 à 2020, le demi de mêlée vient en Auvergne sans pression et soulève la Challenge Cup 2019 avec l’ASM Clermont. La même année, il est finaliste du Top 14, mais ne peut rien faire pour arrêter un Stade Toulousain record au Stade de France. Venu en France à 32 ans, il file ensuite au Japon pour conclure sa carrière.

Loin de la charnière, il y a aussi quelques gros qui ont voulu (et réussi) à soulever le Bouclier de Brennus. Parmi eux, Richie Gray a d’abord enchanté le Castres Olympique, avant de livrer un visage contrasté individuellement, mais glorieux collectivement au Stade Toulousain. Après d'excellents débuts, suivis de nombreuses blessures au dos, le deuxième ligne à la chevelure dorée a décroché le précieux bout de bois en 2019, sous les ordres d’Ugo Mola. Auparavant, il avait été tout proche de le remporter dès son arrivée en France, avec Castres en 2014, où il était un acteur majeur de la bonne saison des Tarnais.

RUGBY. Parti de Toulouse il y a 2 ans, ce joueur renaît dans son premier clubRUGBY. Parti de Toulouse il y a 2 ans, ce joueur renaît dans son premier club

Parmi les Écossais ayant foulé le sol français, on peut citer également le troisième ligne international John Beattie. Passé par le Montpellier Hérault Rugby, le Castres Olympique et l’Aviron Bayonnais, il a joué en France entre 2013 et 2019, pour 60 matches de Top 14 et 30 en Pro D2. Passé à Montpellier avant d’être international écossais, Duhan van der Merwe n’a pas marqué les esprits dans l’Hérault. Il aura fallu que le Sud-Africain d’origine parte à Édimbourg pour exploser aux yeux du grand public.

Le chardon chez les Bleus

En plus de Kinghorn, d’autres internationaux écossais posent leurs valises en Top 14 cette saison. Par exemple, le RC Toulon s’est offert les services de Ben White. Le demi de mêlée a déjà joué à quatre reprises dans le Var. À Oyonnax, le pilier gauche Rory Sutherland est arrivé dans l’Ain après la Coupe du monde.

Cette attache écossaise dans le championnat n’est pas nouvelle. En 2013, pas moins de 5 internationaux écossais en activité expérimentaient le Top 14, cette année-là. En plus de Richie Gray et John Beattie déjà cités, le centre Max Evans évoluait au Castres Olympique, le deuxième ligne Jim Hamilton jouait chez les Cistes et le flanker Alasdair Strokosch était du côté de l’USAP.

RUGBY. Éternel outsider, l'Écosse est-elle la grande perdante de cette Coupe du monde ?RUGBY. Éternel outsider, l'Écosse est-elle la grande perdante de cette Coupe du monde ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Tous ont plutôt effectué de bonnes saisons.
Il y a plus longtemps, on avait aussi Townsend ...

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News