TOP 14. CASTRES. Pourquoi le CO ne fait jamais partie des favoris du championnat ?
Comme chaque saison, Castres n'apparaît pas comme l'un des favoris du Top 14.
Bien que finaliste la saison passée, le Castres Olympique n'apparaît toujours pas comme l'un des favoris cette année. Mais pourquoi exactement ?

Il y a de ça quelques semaines, le Midi Olympique publiait les résultats des votes des différents entraîneurs du championnat concernant la saison à venir. Et comme l'an passé, c'est bien le Stade Toulousain qui fut le plus plébiscité, largement devant Toulon et La Rochelle. Un sondage dans lequel le Castres Olympique, pourtant finaliste lors de la précédente édition, n'a quasiment jamais été cité. Pour être plus précis, seuls deux entraîneurs voient le club tarnais se qualifier pour les phases finales, et aucun ne voit le CO champion de France. Pour dire vrai, ce n'est pas la première fois que Castres est oublié lorsque l'on nomme les prétendants au titre. L'année dernière déjà, la plupart des coachs du Top 14 ne voyaient pas les coéquipiers de Babillot en phases finales. Et si ce constat peut agacer certains supporters, le président Pierre-Yves Revol, lui, préfère cette position : "Malgré notre finale l’an dernier, il ne vous a pas échappé que seuls 2 entraîneurs du TOP 14 nous voient nous qualifier et nous ne sommes que la 11eme équipe citée. Bref, aux yeux des spécialistes, nous ne serons pas en mesure de nous qualifier. Cela n’est pas nouveau et nous vivons très bien avec notre statut. Mieux vaut ne pas être dans le lot des favoris à la qualification et déjouer les pronostics que l’inverse, ce qui arrive régulièrement à de grands clubs ou supposés comme tels (...) C’est un grand plaisir de déjouer régulièrement les pronostics et de rivaliser avec les meilleurs même si nous avons les 11ème budget  et masse salariale". Mais au final, pourquoi le CO ne fait jamais partie des favoris ?

TOP 14. Le Stade Toulousain, toujours ultra favori selon les entraîneursTOP 14. Le Stade Toulousain, toujours ultra favori selon les entraîneursUn effectif moins bling-bling

Comment peut-on sous-estimer une équipe qui, sur les dix dernières saisons, a remporté deux Brennus, tout en atteignant deux autres fois la finale du Top 14 (seul Toulouse a fait mieux) ? Et bien la principale raison réside au niveau de l'effectif tarnais. Pourtant composé de joueurs excellents comme Urdapilleta, Dumora, Barlot ou encore Hounkpatin, celui-ci est loin d'être le plus impressionnant pour le grand public. En effet, on y compte très peu d'internationaux, mais aussi très peu de stars étrangères, là où des équipes comme Toulouse, Toulon ou encore La Rochelle les collectionnent. Une politique assumée par la manager Pierre-Henry Broncan, qui annonçait en juillet dernier vouloir "le moins d'internationaux possibles". De cette façon, le CO n'est pas (ou peu) impacté par les doublons, et continue de travailler avec le même groupe de joueurs. Le recrutement estival de Castres démontre là encore cette tendance : en effet, parmi les 7 recrues effectuées, la plupart viennent de Pro D2. Un mercato qui s'adapte aux moyens du club, mais qui se veut également intelligent, en ciblant des joueurs de devoir, possédant des profils intéressants. Et même si cette stratégie a largement porté ses fruits au cours de la dernière décennie, elle n'attire toujours pas l'œil des spécialistes, qui se penchent davantage sur des écuries aux effectifs pléthoriques.

RUGBY. À Castres, Pierre-Henry Broncan veut “le moins d'internationaux possibles”RUGBY. À Castres, Pierre-Henry Broncan veut “le moins d'internationaux possibles”Un jeu moins séduisant ?

Au-delà de son effectif, on peut imaginer que le jeu produit par Castres est également une raison de ce manque de reconnaissance. En effet, et même si celui-ci s'est amélioré depuis l'arrivée de Broncan, le rugby proposé par le CO est loin d'être flamboyant. Il s'appuie davantage sur une grosse défense et une solidarité sans faille, plutôt que sur du jeu debout et de grandes envolées aux ailes. Pour preuve, lors de la dernière édition, Urdapilleta et ses coéquipiers ne constituaient que la 10ème attaque du championnat, malgré leur première place au classement. Un plan de jeu qui souffre d'autant plus lorsque l'on compare ce dernier à celui du Stade Rochelais, de Bordeaux, ou encore de Toulouse. De ce fait, la plupart des supporters vont préférer regarder les matchs de ces équipes, à la fois pour voir des stars, mais aussi pour assister à un meilleur spectacle. Néanmoins, il y a une différence entre préférer regarder une équipe à une autre, et sous-estimer totalement celle-ci, malgré ses excellents résultats depuis dix ans ! Soyez en sûr, le Castres Olympique sera, une nouvelle fois, présent dans la course au titre cette saison, et ce, malgré les différents pronostics…

TOP 14. ANALYSE. Le jeu de Castres est-il si soporifique que ça ?TOP 14. ANALYSE. Le jeu de Castres est-il si soporifique que ça ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

La réponse est dans l'article : "un effectif moins bling bling"
mais soudé et efficace

Derniers articles

News
News
Transferts
News
Sponsorisé News
News
News
News
News
News
News