RUGBY. Les Sud-africains jouant en Europe bientôt exclus des sélections ?
Kolbe à peine arrivé et aussi vite parti ? Une nouvelle qui ferait s'évanouir plus d'un Toulonnais.
Pour le média SA Rugby Magazine, Jake White s’est exprimé en faveur d’une exclusion des internationaux qui évoluent en Europe.

Ce dimanche 09 janvier, Jake White a dit les termes. Dans un entretien accordé à SA Rugby Magazine, il déclare : “C'est le bon moment, avant les prochaines signatures de contrat, pour que la fédération sud-africaine mette un terme à la sélection des joueurs sous contrat avec des clubs étrangers.” L’ancien coach du MHR et sélectionneur champion du monde 2007 avec les Springboks n’a pas mâché ses mots. Il en a profité pour expliquer pourquoi la situation de 2018, qui avait poussé les joueurs exilés à être appelés, n’est plus d’actualité. Selon lui : “L'Afrique du Sud est championne du monde et la fédération a fait quelque chose qui a fonctionné car, en 2018, lorsque Rassie Erasmus a été nommé, la génération actuelle des Springboks était tous à l'étranger. Mais nous ne pouvons pas permettre cela avec le prochain cycle de joueurs.”

Le manager des Bulls déplore notamment que “les franchises sud-africaines sont devenues un centre de formation pour les clubs étrangers”. Une pareille décision impacterait certains clubs de Top 14. Le RC Toulon serait par exemple amputé de ses stars comme Cheslin Kolbe et Eben Etzebeth. La déclaration de Jake White peut cependant surprendre. Bien qu’elle n’engage en rien la fédération, elle semble à contre-courant de la dynamique actuelle. L’intégration des franchises sud-africaines à la Ligue Celte pour créer le United Rugby Championship, suppose que l'Afrique du Sud se diriger vers une ouverture plutôt qu’une fermeture. Les rumeurs d’une intégration au VI Nations semblent également renvoyer à la même ligne directrice.RUGBY. RCT. L’électrique Cheslin Kolbe complimente Etzebeth et DupontRUGBY. RCT. L’électrique Cheslin Kolbe complimente Etzebeth et Dupont

Jake White complète en développant l’argument de l’absence des joueurs d’expérience. Il analyse le rugby sud-africain de cette manière : “Comme les meilleurs talents seniors se trouvent à l'étranger, nous faisons jouer des juniors de l'école qui, autrement, n'auraient pas été impliqués dans le rugby senior, et ensuite, lorsque ces jeunes ont 21 ou 22 ans, ils ont de l'expérience à leur actif et les clubs étrangers les signent et les gardent pour le sommet de leur carrière.” Une théorie qui est plus contrastée dans les faits. En effet, sur les 23 joueurs disposés sur la feuille de match à l’occasion de la victoire des Springboks sur les All Blacks le 02 octobre dernier, 9 évoluent actuellement dans une franchise sud-africaine. Ce chiffre correspond à environ 40% de l’effectif. Un pillage partiel auquel il faut confronter les capacités financières de la fédération sud-africaine à payer une génération de champion du monde.

L’ancien entraîneur du MHR en profite notamment pour réagir sur la prise de parole du président du RC Toulon qui indiquait que “des joueurs comme Eben Etzebeth et Facundo Isa sont un clair handicap pour le club” dans les colonnes de Var Matin. Il indique que “les propriétaires (de clubs européens) s'en rendent compte.” Une donnée qui peut-être également nuancée. Sur le même effectif pris précédemment comme exemple -le match du 02 octobre dernier face aux All Blacks-, 14 joueurs évoluent à l’étranger. Sur ces derniers, 2 sont sous-contrat en Irlande, 3 en France et 4 en Angleterre. Alors que 5 jouent dans la nouvelle compétition japonaise, la Japan Rugby League One. Un chiffre supérieur à n’importe lequel des championnats européens. Le nouveau marché asiatique occulté par l'entraîneur des Bulls ? Un constat que ce dernier devrait pourtant bien connaître. Il a entraîné de 2017 à 2019 l’équipe de Toyota Verblitz où évolue deux incontournables des Springboks : Willie Le Roux et Pieter Steph Du Toit.Rugby. Un Tournoi des 7 Nations avec les Springboks, cette légende du rugby y est favorableRugby. Un Tournoi des 7 Nations avec les Springboks, cette légende du rugby y est favorable

Le manager ajoute également que si les clubs européens “font appel à des talents étrangers, c'est en partie pour pouvoir rester compétitifs lorsqu'ils perdent des joueurs en raison des convocations aux Six Nations.” Pour prendre exemple sur les 3 Springboks évoluant en France cités au sein du même échantillon cité précédemment, aucun ne semble concrètement remplacer un éventuel cadre appelé à l’occasion du VI Nations. Eben Etzebeth ne côtoie que Swan Rebbadj comme éventuel homologue international. Trevor Nyakane est dans une situation similaire dans son nouveau club du Racing 92. Si Paolo Garbisi est effectivement appelé avec l’Italie, il serait exagéré de dire que le maître à jouer des champions du monde, Handre Pollard, fait office d’assurance tout risque au poste d’ouvreur dans l’Hérault. En comptant également la potentielle sélection de Kolbe, les ailes restent tout de même bien fournies malgré l’absence de Gabin Villière. Le bon début de saison d’Aymeric Luc n’indiquant pas le contraire du côté de la Rade.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • rororo4
    14515 points
  • il y a 2 ans

White spirit ... Et lui , il en a fait venir combien de joueurs sud-africains à Montpellier ? !

Derniers articles

News
News
News
News
News
Vidéos
News
Transferts
News
News
News