RUGBY. Gourdon, Galan, Vakatawa... Ces joueurs qui ont arrêté leur carrière pour raison médicale
Yahé, Vakatawa, Gourdon... Tous ont dû mettre un terme à leur carrière prématurément.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Cette semaine, le centre des Bleus Virimi Vakatawa a dû mettre un terme à sa carrière sportive, suite à des problèmes cardiaques. Une nouvelle terrible, et qui est loin d'être isolée.

Comme vous le savez certainement, le centre du Racing 92 et du XV de France, Virimi Vakatawa, doit mettre un terme à sa carrière, à seulement 30 ans. Atteint de problèmes cardiaques, pratiquer le rugby est donc désormais impossible pour le joueur d'origine fidjienne. Une terrible nouvelle pour le joueur, qui avait certainement en ligne de mire la prochaine Coupe du Monde en France, dans un an. Un cas qui est malheureusement loin d'être inédit : en effet, de nombreux joueurs et joueuses de rugby ont dû, eux aussi, arrêter leur carrière prématurément, pour des raisons médicales. Le dernier en date étant l'ancien joueur du Stade Rochelais, Kévin Gourdon. Passé notamment par Toulon et Clermont, le troisième ligne aux 19 sélections a dû lui aussi mettre un terme à sa carrière, suite à des problèmes cardiaques. Il n'avait que 31 ans. 6 mois plus tôt, c'était l'ancien joueur du Stade Toulousain, Gilian Galan, qui fut forcé de raccrocher les crampons. Atteint du syndrome de "l'artère poplitée piégée", lui causant une perte de sensibilité dans le pied, celui-ci disputa son dernier match officiel le 5 janvier 2020, à 28 ans.

RUGBY. La saison 2018-2019 : le véritable prime de Virimi VakatawaRUGBY. La saison 2018-2019 : le véritable prime de Virimi VakatawaAutre joueur du Top 14 à avoir mis un terme à sa carrière pour des problèmes de santé : Brice Mach. Talonneur de devoir, passé par Béziers, Montauban, Agen et Castres, Mach signe en 2017 du côté de l'USAP, pour un ultime défi. Malheureusement pour lui, un gros problème au niveau des cervicales est décelé : s'il continue le rugby, celui-ci pourrait devenir tétraplégique. À seulement 31 ans, le natif de Perpignan décide donc d'arrêter de jouer, et devient entraîneur. À ce jour, il coache toujours les avants de NarbonneCas moins connu, celui de Rob Horne : centre australien notamment passé par Northampton, Horne vécu quelque chose de dramatique, le 14 avril 2018. Lors d'une rencontre face à Leicester, le Wallaby se blesse très gravement en effectuant un plaquage. S'il pense d'abord s'être disloqué l'épaule, il comprend vite que sa blessure est bien plus importante, comme il le précisait à BBC Sport : "Je pensais juste m’être disloqué mon épaule droite. Ce n’est que lorsque nous sommes arrivés à l’infirmerie de Leicester, voyant le langage corporel, le comportement et la façon dont les spécialistes se sont approchés de moi, c’est à ce moment-là que j’ai compris que quelque chose de grave s’était passé pour moi". Finalement, le verdict tombe : Rob Horne se retrouve paralysé du bras droit, à l'âge de 29 ans...

Comment Rob Horne a-t-il rebondi après sa paralysie à vie du bras droit ?Comment Rob Horne a-t-il rebondi après sa paralysie à vie du bras droit ?Enfin, parlons du nouveau fléau du rugby : les commotions. Au fil des années, les chocs se font de plus en plus durs, ce qui a des répercussions terribles sur les joueurs. Et malgré les nombreuses règles mises en place pour éviter cela, on ne compte plus le nombre de joueurs qui ont dû mettre un terme à leur carrière à cause des commotions. Parmi eux, on retrouve Geoffrey Sella (29 ans), Pat Lambie (28 ans), Dillon Hunt (26 ans), Steve Devine (30 ans), Shontayne Hape (33 ans), Rémi Bonfils (31 ans) ou encore Cameron Pierce (25 ans). Sans oublier bien sûr la désormais consultante chez Canal +, Marie-Alice Yahé. Ancienne demi de mêlée et capitaine de l'Équipe de France, elle fut la première femme a arrêté sa carrière pour cette raison. Elle n'avait que 29 ans...

L'ancien Clermontois Viktor Kolelishvili renonce au rugby après plusieurs commotionsL'ancien Clermontois Viktor Kolelishvili renonce au rugby après plusieurs commotions

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Il n'y a guère que Serge Simon qui a arrêté sa carrière médicale pour le rugby ????

@Amis à Laporte

Exact, mais tout ça sans jamais l'avoir commencée!
Ils sont trop forts ces Rapetous!

  • Yonolan
    145980 points
  • il y a 4 semaines
@lebonbernieCGunther

Joueur, Bernard était nul. Il le sait. Pas de passe, pas de course et il n’a jamais plaqué personne. C’était par contre le meilleur capitaine, sans aucun doute. Il faisait ce qu’il voulait de l’équipe et il en a fait sa carrière
Les mots de Serge Simon
C'est émouvant de penser qu'il va retrouver son capitaine, tous les deux sur un banc ...surement pas celui qu'ils souhaitaient mais qu'ils méritent surement

  • Yonolan
    145980 points
  • il y a 4 semaines

Comme le fait cet article, il me semble important de différencier deux choses
Le sport de haut niveau et ses exigences supposées pour le toujours plus qui vont pousser le corps de l’athlète à son maximum
Et certaines imperfections, qui n’auraient jamais eu de conséquences dans une vie courante, ou un pratique du sport mesurée, vont se révéler et évoluer de façon dangereuse sur ces Formule 1
Dans cette catégorie il faut aussi ranger les limites de l’anatomie humaine
On pourra toujours augmenter la masse musculaire d’un athlète mais quid des ligaments qui deviendront alors le maillon faible de ce nouvel équilibre
L’architecture de la colonne vertébrale pour les premières lignes
Et puis il y a les commotions cérébrales et leurs conséquences à distance qui n’ont que très peu à voir avec la constitution d’un sportif mais presque tout avec la pratique du sport
En 2005, Omalu publie des résultats dans la revue Neurosurgery dans un article identifiant la présence chez Mike Webster de l’ETC.
Suite à cet article il disait :
La NFL a vigoureusement contesté nos conclusions et a voulu que je me rétracte. J’étais consterné. Moi qui croyais que l’Amérique était le royaume de Dieu, le paradis sur terre. Je viens d’un pays profondément corrompu ( il parle du Nigeria) . Pour moi, l’Amérique était une terre de lumière et de vérité.
14 ans plus tard ,en 2019, il déclarait
« Ce n’est ni l’ETC ni moi qui causeront la chute du hockey et du football. Non. C’est plutôt l’arrogance de l’industrie de ces deux sports.
Ce sont des industries qui connaissent beaucoup de succès. Qui parviennent à contrôler la sphère du divertissement. Qui se sentent invincibles. Ces industries en sont venues à occulter l’aspect humain de leur sport. Elles s’autodétruiront. Pouvez-vous croire qu’à notre époque, un haut dirigeant du hockey affirme à la télévision qu’il n’y a aucun lien entre le hockey sur glace et les lésions au cerveau des joueurs ? »
Alors le rugby est loin de manifester une telle arrogance
Mais pour le Rugby silence radio sur ce sujet ( je parle là du lien entre les chocs à la tête et les maladies dégénératives à distance) et ce à tous les niveaux ( fédérations et WR)
Essayez de trouver une communication officielle sur le sujet : je suis preneur
De peur d’ouvrir une boite de Pandore suicidaire pour ce sport ?
Parce que le rugby mondial est nettement moins riche que la FNL et que ses finances ne suivraient pas en cas de reconnaissance ?
Une petite frange de pharisiens incriminant même les mauvais comportements des joueurs comme cause essentielle …
Pour ceux qui ont vu la tournée de l’Irlande en AdS cet été , on a bien pu se rendre compte que les chocs à la tête étaient marginaux et liés au comportements inadaptés des joueurs et surement pas à une forme de jeu ou de stratégie …
Alors si il n’y a pas d’arrogance, il n’en reste pas moins un silence ..coupable ?
L’avenir le dira …
Quitte à ce que ce silence soit suivi pour beaucoup du traditionnel : on ne savait pas…enfin on ne savait pas tout
Mais d’ici là de nombreux noms auront rejoint cette liste

@Yonolan

En parlant des commotions, de leurs conséquences et des réactions des autorités, on peut s'intéresser au cas de Siobhan Cattigan. C'est une joueuse écossaise, internationale, décédée à 26 ans des suites de commotions à répétitions.

D'après la famille, les entraineurs, médecins et dirigeants de la SRU n'auraient pas pris les actions nécessaires à sa santé, en la faisant rejouer bien trop tôt, et ne se sont jamais préoccupés de son état, même lorsque la gravité était évidente aux yeux de ses proches et qu'ils ont essayé de les avertir.
https://www.thetimes.co.uk/article/they-fixed-siobhan-s-broken-bones-but-turned-their-back-on-her-broken-brain-n668rkwlt

Par ailleurs, les coéquipières de Siobhan ont dénoncé des déclarations de soutien au staff médical qui leur ont été attribuées par le syndicat des joueurs, alors qu'elles ont dû s'organiser elles-même pour lui rendre hommage avant un des matches.
https://www.theguardian.com/sport/2022/aug/19/siobhan-cattigans-teammates-reject-comments-by-head-of-players-union

La réaction de la SRU a été de soutenir sans faille son staff médical et de rejeter toute enquête extérieure sur le sujet.
https://www.bbc.com/sport/rugby-union/62535261

Désolé pour les liens en anglais, mais c'est une histoire bouleversante dont je n'avais pas entendu parler dans les médias français alors qu'elle mériterait beaucoup plus d'attention.

  • Yonolan
    145980 points
  • il y a 3 semaines
@Fufu Brindacier

Voici es extraits l'article de l'equipe de ce jour
Neil et Morvan Cattigan ne se résigneront jamais. Pas avant d'obtenir des réponses à leurs questions. En novembre dernier, ce couple écossais perdait sa fille Siobhan, 26 ans, troisième ligne de Stirling County (1re division féminine écossaise) et internationale aux 18 sélections. Un décès dont les circonstances n'ont pas été divulguées mais dont ils imputent la responsabilité aux manquements du staff quant à la prévention et la prise en charge des commotions cérébrales répétées dont a été victime leur fille. Sans retour satisfaisant de la Fédération écossaise, les Cattigan viennent de passer à la vitesse supérieure en demandant l'ouverture d'une enquête indépendante sur les circonstances de la mort de Siobhan.

Fin juillet déjà, le couple avait déposé plainte contre les fédérations nationale et internationale de rugby. « Ils ont réparé ses os cassés mais ont tourné le dos à son cerveau en miettes », expliquait alors son père dans une émouvante interview au Sunday Times. On y apprenait que la joueuse avait été victime de plusieurs blessures cérébrales, notamment d'un violent coup de genou dans la tête face au pays de Galles sept mois avant sa mort.

« Ils ont réparé ses os cassés mais ont tourné le dos à son cerveau en miettes »

Neil Cattigan, père de la joueuse
« Pendant qu'elle est traitée par un membre du staff médical, elle entend à travers l'oreillette de celui-ci le coach répéter : "Faites-la revenir sur ce put ain de terrain !" Et elle est revenue », a raconté son père, convaincu que sa fille serait encore vivante si elle avait été orientée vers un neurologue.

Après avoir nié les accusations visant le staff national, la Fédération écossaise, par la voix de son directeur exécutif Mark Dodson, a réfuté la nécessité d'une enquête indépendante, préférant gérer le dossier entre ses murs. Mais selon les observateurs, l'affaire Siobhan Cattigan devrait les faire durablement trembler.

@Yonolan

C'est bien que la presse française en parle aussi. Plus il y a de monde au courant de ce genre de pratiques plus les choses ont des chances de changer.

@Fufu Brindacier

L'article du Times étant reservé aux abonnés, je l'ai trouvé gratuitement pour ceux qui voudraient le lire : https://archive.ph/x0gf0

J'espère qu'on ne lira plus ce genre d'histoires...

  • Yonolan
    145980 points
  • il y a 4 semaines
@Fufu Brindacier

Cet exemple est effectivement bouleversant et fait résonner de façon douloureuse les mots d'Omalu que je citais: ces industries en sont venues à occulter l’aspect humain de leur sport. Elles s’autodétruiront.
Pire se rajoute l'indécence odieuse d'un système mis en place pour protéger les responsables
Quand la mort de quelqu'un qui avait sa vie devant-elle n'est même plus une ligne rouge franchie pour dire assez et repenser les choses , il y a vraiment quelque chose de pourri dans ce rugby là
Loin de toute humanité

Le sport de haut niveau est cruel et intraitable... Et ce dans de très nombreux sports...

@Roger Coudenlèrc

Surtout dès lors qu'il s'agit de sport professionnel.

Derniers articles

Vidéos
News
News
Transferts
News
News
News
News
Vidéos
News
News