RUGBY. VIDEO. Grand rival du XV de France, qu’a dévoilé l’Irlande pour son entrée au mondial ?
Si le score final n’était pas d’un grand suspens, la rencontre entre l’Irlande et la Roumanie a permis d’observer certaines choses chez nos rivaux européens. (Photo par Adam Pretty - World Rugby)
Si le score final n’était pas d’un grand suspens, la rencontre entre l’Irlande et la Roumanie a permis d’observer certaines choses chez nos rivaux européens.

Aux abords du stade Matmut Atlantique de Bordeaux, une vague verte a déferlé ce samedi 9 septembre. Pour cause, l’Irlande faisait ses gammes face à la Roumanie pour son premier match de mondial. Première rencontre de la Poule B à se jouer, elle avait plus l’air sur le papier d’une ultime rencontre de préparation au défi écossais et africain qu’à un challenge au niveau des Irlandais. À la fin de la rencontre, le score a confirmé cette impression : 82 à 8 en faveur des Celtes.

RUGBY. L’Angleterre désastreuse, la France studieuse, etc. Voici le conseil de classe pré-Coupe du mondeRUGBY. L’Angleterre désastreuse, la France studieuse, etc. Voici le conseil de classe pré-Coupe du monde

L’Irlande, une formation soutenue par ses fidèles

En Europe, l’Irlande et la France font leur loi depuis maintenant quelques saisons. Si au milieu, l’Écosse vient parfois jouer les trouble-fêtes, les deux nations citées font office de favoris au mondial. Si le Vieux continent veut de nouveau toucher au trophée Webb-Ellis, ils cristallisent beaucoup d’espoirs.

Venant à bord de leur fidèles destriers, trottinettes et vélos électriques incluses, afin de contrer l’abondance dans les transports, des milliers d’Irlandais affluaient au Matmut Atlantique. Parmi eux, la plupart des hommes et femmes en vert nous confirme une chose : cette Coupe du monde, ils la sentent bien. En pleine confiance, un supporter du nom de George confie ces paroles : “C’est une Coupe du monde, il y a beaucoup de bonnes équipes. Les meilleures mêmes. Mais si on reste vigilant, je ne vois pas contre qui on peut perdre. Le plus gros challenge serait d’affronter la France à domicile.” Autour de lui, ses amis acquiescent, verres à la main.

VIDEO. Coupe du monde. 12 000 personnes à Tours pour accueillir l'Irlande, un champignon gâche un peu la fêteVIDEO. Coupe du monde. 12 000 personnes à Tours pour accueillir l'Irlande, un champignon gâche un peu la fêteAu stade, l’impression de jouer non loin de Dublin se faisait sentir. Si un beau contingent de supporters roumains avait fait le déplacement, le Matmut Atlantique s’est peint en vert durant l’après-midi. Malheureusement, certains supporters n’ont pu observer le premier essai du match. Bloqués dans les transports ou aux alentours du stade, ils peinent à rentrer dans l’enceinte dans les plus brefs délais. Heureusement pour eux, la première cartouche fut à l’honneur des Roumains.

Au terme du match, la diaspora ne s’est pas particulièrement égosillée en tribune. Seules les mentions ou actions remarquées de quelques joueurs comme Jonathan Sexton ou Bundee Aki, provoquaient une huée dans les travées. Les tribunes se vidèrent massivement à partir de l’heure de jeu, le soleil et la chaleur ayant raison de certains. Dans un match sans grand suspens, les Irlandais connaissaient déjà la fin du film.

COUPE DU MONDE. L’Irlande peut souffler, Sexton sera bien du rendez-vousCOUPE DU MONDE. L’Irlande peut souffler, Sexton sera bien du rendez-vous

Et sur le terrain alors, ça donne quoi ?

Bien évidemment, il est difficile de juger les numéros 1 mondiaux sur un match pareil. Dans tous les secteurs de jeu, les Irlandais ont dominé des pieds à la tête sans souci. Cependant, quelques failles inattendues se sont fait voir du côté de Bordeaux.

Dans un premier temps, la ligne arrière irlandaise a montré une prestation inquiétante en défense. S’ils n’ont pas eu souvent besoin d’aller au charbon, les plaquages manqués sont tout de même légions. Sur l’intégralité de la rencontre, 50% des tentatives d’étreintes des trois quarts celtes ont échoué. Une dynamique étrange sachant que, en dehors de la présence de Keith Earls, l’intégralité de l’arrière-garde était composée des habituels titulaires.

VIDÉO. Dans les cordes, l’Irlande évite la catastrophe de justesse face aux SamoaVIDÉO. Dans les cordes, l’Irlande évite la catastrophe de justesse face aux SamoaEnsuite, les Irlandais ont beaucoup tenté. Avec 27 offloads et 40 défenseurs battus, ces derniers voulaient également se faire plaisir dans le jeu proposé. Néanmoins, beaucoup d’échecs se sont fait sentir avec beaucoup de turnovers concédés, notamment chez les lignes arrière. Enfin, l’occupation du terrain et la possession n’a pas été tant que ça à l’avantage des favoris. En début de match, les débats ont même semblé être neutres entre les deux formations dans ce secteur. Même si, en parallèle, l’Irlande comptait déjà trois essais à la 20ᵉ minute de jeu.

Bien évidemment, aucune de ces défaillances n’est dramatique pour les Irlandais. Le score est fleuve et en leur faveur. Néanmoins, il convient de se demander si les Irlandais ne se reposent pas un peu trop sur leurs (splendides) acquis, au risque de se faire surprendre en fin de phase de poule. Pour y répondre, rendez-vous le 23 septembre pour Afrique du Sud Irlande et le 7 octobre prochain pour son dernier défi dans la poule B, face à l’Écosse.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Il ne faut tirer aucune leçon sur un match avec une opposition aussi faible. La Roumanie n'est plus ce qu'elle était en rugby il y a 30-40 ans. La formation en Roumanie est vraiment au point mort et quand on voit que la Roumanie a aligné 3 Tongiens et 1 Australien naturalisés dans les lignes arrières pour ce mondial ...

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News
News