Avant Zach Mercer, qui sont ces Anglais qui ont illuminé Top 14 de leur classe ?
Jonny Wilkinson, une légende de l'histoire du rugby.
Jonny Wilkinson, les frères Armitage, Nick Abendanon, James Haskell. Qui sont ces anglais qui ont illuminé le championnat de France de leur classe.

Que vous soyez un supporter du MHR ou non, il ne vous aura sûrement pas échappé qu'une jeune recrue, positionné au poste de troisième ligne centre, rayonne sur les terrains de notre Top 14 depuis le début de saison. Avec son casque bleu, son mètre 91 pour 111 kg, il a fait parler sa puissance lors de la première rencontre face à Toulon, en inscrivant l'essai du match nul dans les arrêts de jeu. Vous l'avez ? On parle de Zach Mercer bien entendu. Arrivé de Bath à l'intersaison, l'Anglais réalise un départ canon sous ses nouvelles couleurs, ponctué de trois premiers matchs de très haut niveau. Si bien qu'à seulement 24 ans, il s'affiche déjà comme une tête de gondole des Cistes, lui qui était tout proche de jouer pour l'Angleterre. Pour L'Équipe, il indiquait : ''À cause des règles de sélection, peu de jeunes joueurs anglais tentent le pari (de jouer à l'étranger). Ils viennent lorsqu'ils sont plus âgés. Mais moi, je veux apprendre d'autres choses. Je sens que je peux encore m'améliorer, étoffer mon bagage et que je suis au bon endroit pour y parvenir.'' Gros défenseur, puissant balle en main, la bonne pioche du recrutement héraultais ? 

Top 14 - Qui es-tu Zach Mercer, le prodige anglais nouveau numéro 8 de Montpellier ?Top 14 - Qui es-tu Zach Mercer, le prodige anglais nouveau numéro 8 de Montpellier ?À l'instar de Mercer, un Anglais ravi depuis son arrivée dans l'Hexagone. On parle bien évidemment de Brett Herron. L'ouvreur du BO, presque inconnu au moment de sa signature dans le Pays Basque et seulement troisième dans la hiérarchie des Harlequins impressionne, que ce soit dans le jeu au pied, face aux perches ou dans le jeu courant, mais aussi dans son animation. Bien sûr, on ne peut tirer des conclusions sur trois matchs, mais force est de constater que l'apport des deux recrues anglaises pour le moment que sont Mercer ou Herron est indéniable. À voir donc sur la durée. De quoi nous demander. Avant eux, quels ont été les Anglais qui ont illuminé notre Top 14 ? 

VIDÉO. TOP 14. Brett Herron et Biarritz font chuter le Racing 92 !VIDÉO. TOP 14. Brett Herron et Biarritz font chuter le Racing 92 !

Wilkinson, les frères Armitage etc, un Toulon so British

En 2009, Mourad Boudjellal annonce une bombe. Après déjà avoir frappé des grands coups en recrutant en Pro D2 des joueurs comme Gregan, Matfield ou Umaga, le président toulonnais fait encore fort, en enrôlant, Jonny Wilkinson, le prodige anglais. On le pense sur la fin, enchaînant les blessures à répétitions. Mais à Toulon, ''Sir'' Jonny va renaître tel le phœnix et être à la hauteur de sa légende. Il va emmener Toulon sur le toit de France et d'Europe, remporter deux Coupes d'Europe en 2013 et 2014 et un Brennus en 2014, comme pour terminer une carrière immense en apothéose. Mais durant ce laps de temps, Jonny Wilkinson ne fut pas le seul Anglais à briller sur la Rade. Les frères Armitage ont largement contribué au succès du RCT. Steffon qui fait encore les beaux jours de Biarritz, débarque en 2011, alors que Delon le rejoint en 2012. Les deux quitteront le Var en 2016 avec dans leurs bagages 3 Coupes d'Europe et un championnat de France. Sans oublier les Nick Kennedy ou Andrew Sheridan qui, eux aussi, ont participé à la période de faste du club. Sans oublier le finisseur et électrique Chris Ashton, qui n'a passé qu'une saison dans les travées de Mayol (2017-2018), mais qui avait terminé meilleur marqueur du championnat avec 24 réalisations (26 toutes compétitions confondues). Bref, un air de God Save the Queen sur Toulon.

On se souvient également des passages sûrement moins marquants du deuxième ligne Tom Palmer,  du flanker James Haskell ou de l'ailier Ollie Phillips au début des années 2010 au Stade Français. Si Haskell s'était imposé comme un joueur phare du club et que Tom Palmer avait également apporté sa puissance et son aisance en touche, Ollie Phillips a parfois agacé, capable d'être génial de par ses courses rapides et déroutantes, ou de passer complètement à côté de son match. Plus récemment, Nick Abendanon a enflammé Marcel Michelin lorsqu'il portait la tunique clermontoise. Arrivé en Auvergne en 2014, ses relances incroyables ont fait de lui l'un des meilleurs arrières d'Europe. En 2015, il est tout simplement élu meilleur joueur européen et devient au fur et à mesure, l'une des coqueluches des supporters clermontois. Avec l'ASM, il remportera le Top 14 en 2017 et le Challenge Européen en 2019. Mais n'échappera pas à la malédiction des finales perdues : 2 de Top 14 (2015-2019), et 2 de Coupe d'Europe (2015-2017). Il évolue aujourd'hui à Vannes. David Strettle a également évolué à Clermont. Si son passage fut sans doute moins remarqué qu'Abendanon, il avait pu démontrer ses qualités de finisseurs hors pairs.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Ca fait du bien de retrouver un vrai briseur de ligne en 3ème latte.
De mémoire, depuis Picamoles (première version) on n'avait pas eu un vrai perforateur : Les Matadigo, Spies, Timu, Tauleigne ou Picamoles 2.0 n'ont rien donné ... Seul le petit Bécognée est prometteur mais encore irrégulier.
Avec le retour des internationaux et des blessés, on aura un joli groupe.
Déjà le contenu du match contre Toulouse était bon ... Reste plus qu'à être discipliné et passer les points.

Derniers articles

News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
News
News
News