Top 14. ''Je n'ai vraiment pas le sentiment d'être méprisant'' : Matthieu Jalibert répond aux critiques
Matthieu Jalibert a répondu aux nombreuses critiques sur son attitude.
Au cours de long entretien accordé à Midi Olympique, Matthieu Jalibert est revenu sur les critiques, son image d'enfant terrible mais aussi sur ses ambitions futures.

Dans les colonnes du Midi Olympique, Matthieu Jalibert est longuement revenu sur son image, et les nombreux reproches qui peuvent lui être adressés. Jugé hautain, un brin chambreur, le demi d'ouverture de l'UBB ne laisse personne indifférent. Aussi bien en dehors que sur le terrain. Car si l'on a évoqué le côté extra-sportif, le joueur de 22 ans (il soufflera sa 23ᵉ bougie le 6 novembre prochain) au jeu séduisant, très offensif, fait de prise d'initiatives peut aussi bien en émerveiller certains qu'en agacer d'autres. Ces derniers porteront leur préférence sur un 10 plus gestionnaire ou besogneux. Pour le bihebdomadaire, il raconte les critiques qu'il subit : ''Que certaines personnes ne m'apprécient pas, c'est le jeu. Je croise parfois des gens qui disent me trouver hautain. Je les comprends. Certains de mes potes me le disent aussi. C'est l'image que je dégage sur le terrain et parfois dans la vie de tous les jours. Seulement, j'essaie d'être le plus professionnel possible, de rester dans ma bulle, d'être froid. Je ne m'ouvre pas facilement aux autres, cela me donne un air arrogant, mais je ne crois pas manquer de respect aux gens. Et je n'ai vraiment pas le sentiment d'être méprisant''.

VIDEO. Top 14. Matthieu Jalibert fait taire le Hameau avec une superbe interceptionVIDEO. Top 14. Matthieu Jalibert fait taire le Hameau avec une superbe interceptionSes chambrages sont aussi remis en cause, comme ce match à Castres un soir de novembre 2020, où il était venu bousculer Julien Dumora à la fin du match. Toujours pour Midi Olympique, il s'en explique : ''Je m'étais fait insulter durant tout le match. J'ai essayé de garder mes nerfs. Mais bon... Plus que mon geste, c'est ma réaction d'après match sur Canal + qui n'a pas été très maline. J'ai dit que je n'avais pas fait exprès. Or, si j'avais expliqué ce qui s'était réellement passé, ça n'aurait pas fait tout ce buzz. Ce geste, je le regrette profondément. De par mon statut, mon image, je n'aurai jamais dû faire ça. Je m'en suis excusé auprès de Julien. En fait, j'ai été pris dans le feu de l'action, de l'excitation [...] Seulement, tous ceux qui ne m'apprécient pas s'en servent pour essayer de me déstabiliser et me descendre''. Dans un monde du rugby qui prône des supposées valeurs, où sortir du moule dérange, Matthieu Jalibert assure qu'il ne changera pas, peu importe ce qu'on en dise : ''Je n'ai pas envie de m'interdire de faire quelque chose parce que ça déplaît ou ça dérange. De toute façon, plus on va m'interdire un truc, plus je vais le faire. Dans le rugby, il y a beaucoup moins de libertés que dans d'autres sports. Or, je déteste la routine. J'aime le changement, j'aime me faire plaisir, tenter des choses. À l'image de mon jeu sur le terrain. Dans la vie, je fais ce que j'aime, je ne m'arrête pas sur ce que pensent les gens. Mais ça ne justifie pas la méchanceté parfois, à mon égard.''

Top 14. Départ de l'UBB, Ntamack, numéro 15 : les confidences de JalibertTop 14. Départ de l'UBB, Ntamack, numéro 15 : les confidences de JalibertCelui qui a connu très jeune les joies de l'équipe de France, revient également sur cette première sélection difficile. Alors qu'il vient de faire 19 ans, il se blesse gravement à un genou : ''Je suis arrivé en équipe de France à 19 ans, j'ai connu le succès rapidement et visiblement, ça ne plaît pas. Cela m'est tombé dessus alors que je n'avais rien demandé. Tout le monde m'a annoncé comme le nouveau petit prince du rugby français. Seulement, le plus dur a été la descente. Quand je me suis blessé, lors de ma première sélection, tous ceux qui m'avaient encensé m'ont descendu. À 19 ans ça fait bizarre [...] Aujourd'hui, j'ai aussi compris comment fonctionnait le système. Je sais qu'à chaque match tout peut être remis en cause par les supporters, les réseaux sociaux ou les médias''. Et de conclure sur ses ambitions : ''Je ne comprends pas que cela puisse être dérangeant d'avoir de l'ambition et de l'assumer. Personne ne peut m'empêcher de rêver. Seulement, quand on dit ça, on passe tout de suite pour une personne arrogante, prétentieuse. J'ai l'impression qu'en France, on ne peut pas forcément dire ce que l'on pense sans se retrouver sous le feu des critiques''. Voilà qui est dit. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

''Je n'ai vraiment pas le sentiment d'être méprisant''
C'est grave, le reconnaitre... c'est bien, mais ne pas s'en rendre compte..., il y a un problème là !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
Ecrit par vous !
Vidéos