TOP 14. CO ou MHR, ‘‘kikicé’’ qui gagne ? La finale décortiquée par d'anciennes gloires
À l’aube de la finale du Top 14 2021/2022, voici la revue de presse des analyses et pronostics disséminés dans la presse par les grands noms du rugby.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

À l’aube de la finale du Top 14 2021/2022, voici la revue de presse des analyses et pronostics disséminés dans la presse par les grands noms du rugby.

Ce vendredi 24 juin au soir, le jugement final sera rendu. À Saint-Denis, ce sont les deux meilleures formations de la phase régulière de ce Top 14 2021/2022 qui se présentent. Ainsi, le Montpellier Hérault rugby et le Castres Olympique se sont donnés le droit de rêver à un sacre. Pour le MHR, une victoire débloque un palmarès vierge à ce niveau. Un départ à la retraite sous une bonne étoile pour Guilhem Guirado et Fulgence Ouedraogo ponctuerait leur épopée rugbystique de la meilleure des manières. Pour les Tarnais, cela ferait du CO l’équipe la plus titrée des 10 dernières saisons sur le plan national. Si l'on enlève la saison 2019/2020 arrêtée pour cause Covid, Toulousains et Castrais auront tous deux gagné 3 des 10 dernières finales en cas de victoire d'Urdapilleta et des siens. L’occasion de se débarrasser définitivement de cette image de petit Poucet que le club aime rappeler. Pour choisir le vainqueur, certains grands noms du rugby hexagonal se sont risqués à des commentaires et analyses sur la future finale tant attendue. Parmi eux, des courageux se sont même risqués à désigner un vainqueur.TOP 14. ANALYSE. Le jeu de Castres est-il si soporifique que ça ?TOP 14. ANALYSE. Le jeu de Castres est-il si soporifique que ça ?Dans un premier temps, l’ancien Montpelliérain Julien Tomas commente l’évolution du groupe ciste. L’effectif pourrait profiter d’une libération, observée ces dernières années, pour remporter son premier Brennus. Il compare le groupe du MHR actuel à celui qu’avait pu connaître Xavier Garbajosa. Pour Le Monde, il effectue cette rétrospective qui pourrait emmener le MHR sur le toit de l’Hexagone : “Il est arrivé avec un projet de jeu ambitieux, très aéré. Mais ça n’a pas pris, car il avait encore l’effectif des anciens coachs, qui pratiquaient un jeu plus fermé.[...] (Désormais) Des efforts ont été faits en amont, le club a retrouvé son ADN. Avant, le club se fichait de la formation, chaque problème était compensé par un recrutement.” Dans le même papier, l’ancien toulonnais Maxime Mermoz met en avant l’importance du Capitaine Courage© Guirado et déclare : “Quand je regarde l’effectif, je vois une équipe pleine de leaders et ça change du passé. Quelqu’un comme Guirado ne va pas beaucoup parler, mais il va montrer l’exemple.FINALE TOP 14. Kockott primordial, Montpellier revanchard... la presse française analyse cette finale 2022FINALE TOP 14. Kockott primordial, Montpellier revanchard... la presse française analyse cette finale 2022Ensuite, on a pu voir d’anciennes légendes prendre le parti des joueurs du CO. Ayant terminé leader du Top 14 à la 26ᵉ journée, Castres fait office de favori dans les yeux de plusieurs observateurs. Sans surprise, l’iconique Rodrigo Capo Ortega n’a pas manqué l’occasion de chauffer les troupes tarnaises. Dans un papier publié par La Dépêche du Midi, il commente : “Il y a des joueurs d’expérience, j’ai vu avant la demi-finale à Nice des joueurs comme Palis ou Dumora qui étaient concentrés, mais cool, les jeunes étaient plus anxieux. Il faut de tout. Face à Toulouse, après cette entame où on a encaissé un essai, on a commencé à imposer notre jeu, à la fin on a été récompensé. En 2018, on a battu les Toulousains chez eux, on savait qu’après il y avait d’autres matchs, là aussi, c’est la finale qui compte. J’ai confiance.” Avec 13 années passées à Castres, Romain Teulet est également revenu sur cette finale. Toujours pour La Dépêche du Midi, RoboCop met en avant l’importance du jeu au pied pour décider du sort de cette finale. À l’image d’une finale 2021 entre Toulouse et La Rochelle qui s’était décidée sur cet axe de jeu, il commente :

Actuellement, on s’appuie beaucoup sur ce jeu au pied d’occupation ou de pression, que ce soit par le 9, le 10 ou l’arrière. On s’en sert pour inverser les pressions, mettre en place les systèmes de défense que l’on appelle les chasseurs. Il s’agit de monter vite et fort, afin de récupérer les ballons, avec des turnovers, ou des pénalités.[...] Cette stratégie s’élabore en fonction des joueurs dont on dispose, de leurs qualités.[...] Depuis 2015 avec Palis, Urdapilleta et Dumora, on a pu développer énormément ce secteur sur le plan technique, mais aussi stratégique. Je peux manquer d’objectivité, mais pour moi, ces garçons sont notre gros point fort. Je me demande si on peut avoir l’équivalence de ces hommes dans ce domaine en France.”

Top 14. ''Si on rapporte le bout de bois samedi à Montpellier, on sera une vraie institution'', lance AltradTop 14. ''Si on rapporte le bout de bois samedi à Montpellier, on sera une vraie institution'', lance AltradD’autres personnes sont plus mesurées quand il s’agit d’analyser cette rencontre. Pour continuer dans l’hypothétique déroulé tactique de la rencontre, Imanol Harinordoquy a mis le doigt sur ce qui dictera la rencontre selon lui. L'iconique troisième ligne de l’équipe de France et de Biarritz a livré ses impressions. Pour Rugbyrama, il dévoile la physionomie que prendra le match selon lui : “Cette finale, c'est l'apologie de la défense. De chaque côté, on a deux coffres-forts, deux défenses totalement hermétiques. [...] Peut-être que ça passera par des alternatives.” Par ailleurs, certains acteurs de l’ovalie évoquent un match se déroulant sur des bases égales. De cette manière, le natif de Castres Didier Bès évoque deux équipes “assez similaires". Pour l’ancien joueur et entraîneur du MHR, le jeu pratiqué par les deux formations possède des points communs, même si l’identité des deux écuries est bien différente. Pour Midi-Libre, l’ancien talonneur donne son pronostic : “C’est du 50-50. Ce sont les deux équipes directement qualifiées en demi-finales qui sont à Paris. On a vu Bordeaux et Toulouse très émoussés par leurs barrages. Le fait que Montpellier ait joué un jour après, ça peut jouer. La récupération peut être déterminante.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Pianto
    45356 points
  • il y a 4 jours

"Actuellement, on s’appuie beaucoup sur ce jeu au pied d’occupation ou de pression, [...] avec Palis, Urdapilleta et Dumora, on a pu développer énormément ce secteur sur le plan technique, mais aussi stratégique. Je peux manquer d’objectivité, mais pour moi, ces garçons sont notre gros point fort. Je me demande si on peut avoir l’équivalence de ces hommes dans ce domaine en France."

C'est exactement ce que je me suis dit sur le petit par-dessus de Palis à la 4ème minute.
Expérience, sureté technique, sens stratégique, il y avait tout sur cette action.

Une analyse de Christian Jean-Pierre peut-être ?
" Mais qu'est-ce qu'il a dans sa cabeza ???"
Merci Christian.

Je trouve que MHR a plus de qualité dans son effectif mais que le CO a plus de maîtrise collectivement... Match au couteau devant, occupation au pied... Je ne m'attends pas à une avalanche de points et j'imagine plutôt un score serré.

Derniers articles

Transferts
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
News