RUGBY. Identifiés en 2018, ces 10 jeunes talents de Pro D2 ont-ils réussi à percer ?
Lucas Peyresblanques va exporter son talent au Stade Français en Top 14.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

En 2018, nous avions ciblé 10 jeunes joueurs de Pro D2 à fort potentiel qu'il fallait surveiller. Que sont-ils devenus quatre ans plus tard ?

PRO D2 - Zoom sur 10 jeunes joueurs à suivre de près en 2018-2019PRO D2 - Zoom sur 10 jeunes joueurs à suivre de près en 2018-2019Que sont devenus ces dix joueurs depuis notre article ?

Marvin Woki, deuxième-ligne – Montauban > Nice (1996)

Le frère du Tricolore Cameron n'a finalement passé qu'une saison à Montauban, sans jouer le moindre match en Pro D2. Il a ensuite rebondi à Tarbes en Fédérale 1. C'est là que sa carrière en sénior a démarré. Lors de l'exercice 2019/2020, il a joué 17 matchs, tous comme titulaire. C'est ensuite à Rouen que le 2e ligne a découvert la Pro D2. À son compteur, 22 rencontres pour 11 titularisations en deux saisons. Cette année, il évoluera à Nice en Nationale. "Je suis content de venir à Nice car c’est un club ambitieux. Le projet est d’atteindre la Pro D2 et d’y rester et je partage cette ambition", a-t-il déclaré via le site du club.

Nadir Megdoud, ailier – CA Brive > Rouen (1997)

PRO D2. Nadir Megdoud n'en pouvait plus du rugby pro, mais il brille à nouveau avec RouenPRO D2. Nadir Megdoud n'en pouvait plus du rugby pro, mais il brille à nouveau avec RouenParcours singulier pour ce joueur qui avait découvert le Top 14 et même la coupe d'Europe lors de l'exercice 2017/2018. Un bel avenir s'offrait à lui mais victime d'une grave blessure, il avait choisi de prendre sa retraite à seulement 21 ans... pour finalement retrouver le pré deux ans plus tard. D'abord du côté de Beauvais, où il n'a joué que trois matchs, puis surtout à Rouen où il est devenu l'un des cadres de la formation normande en Pro D2 avec huit essais au compteur en 23 matchs (22 titularisations). International algérien, il aura encore un grand rôle à jouer cette saison pour aider Rouen à bien figurer dans l'antre de l'élite.

Victorien Jacomme, centre – Massy (1998)

Contrairement aux deux premiers cités, lui n'a jamais quitté son club. Il faut dire qu'il y a été formé. Et ce même s'il a dû passer par la Fédérale 1 puis la Nationale avant de retrouver le monde professionnel. Au fil des années, le centre est devenu un des joueurs importants de l'effectif massicois, passant de sept matchs joués en Pro D2 en 2017/2018 à 21 l'an passé. Auteur de six essais en Nationale, il a récemment prolongé de deux ans avec Massy. Preuve de l'attachement qui règne entre les deux parties.

Charly Trussardi, demi de mêlée – Béziers > Albi (1997)

International moins de 20 ans italien, le numéro 9 a connu une trajectoire assez originale depuis notre article en 2018. Débarqué à l'ASBH sous la forme d'un prêt en provenance de Clermont où il avait été formé et joué 8 matchs, dont une de Champions Cup, il a participé à 17 rencontres en Pro D2. Puis, il a choisi de traverser les Alpes pour rejoindre l'Italie et Trévise. "J'ai eu l'opportunité de jouer à un bon niveau et de vivre une expérience de vie différente, avec le championnat de Pro 14. Comme je suis à moitié italien, j'ai opté pour cette opportunité avec, peut-être, la possibilité d'accéder à la sélection", racontait-il à France Bleu. Non retenu par la Squadra, il a également joué à Rovigo avant de revenir en France à Albi. L'an passé, il a joué 19 matchs en Nationale.

Guram Papidze, pilier – Nevers > Pau (1997)

Guram Papidze a su se montrer patient avant de pouvoir faire son trou dans le monde professionnel. Lors de ses deux premières saisons à l'USON, il n'a joué que 10 matchs (notamment à cause du Covid et d'une opération). Mais l'exercice 2020/2021 a été le bon pour le Géorgien. Aligné à 21 reprises, il a débuté 13 matchs en Pro D2 et même marqué trois essais. Des performances qui ont tapé dans l'oeil de la Rochelle. Direction le Top 14 et la Champions Cup pour le jeune pilier. Et il n'a pas ciré le banc avec 15 feuilles de match (3 titularisations) et quatre rencontres européennes au compteur. Il a même joué deux matchs internationaux en 2022. Il a pris la direction de Pau pour la saison 2022/2023.

Lucas Peyresblanques, talonneur – Biarritz > Paris (1998)

Pro D2. Lucas Peyresblanques, le (presque) petit basque au grand avenirPro D2. Lucas Peyresblanques, le (presque) petit basque au grand avenirL'Hexagone ne manque pas de talonneur de talent, et Lucas Peyresblanques en fait partie. Depuis notre article, le numéro s'est installé comme un cadre de la formation basque. Talonneur très dynamique, il sera à n'en pas douter un des joueurs à suivre cette saison encore, mais en Top 14. En effet, il a fait le choix de quitter le Pays basque pour la capitale. Le Stade Français compte énormément sur lui pour retrouver les sommets. Stoppé l'an passé par une blessure, il sera sans doute remonté comme jamais.

Kitione Kamikamica, troisième-ligne – Vannes > Racing 92 (1996)

TRANSFERTS. TOP 14. Tuivuaka, Kamikamica... Le Racing passe à l'heure fidjienneTRANSFERTS. TOP 14. Tuivuaka, Kamikamica... Le Racing passe à l'heure fidjienneEn quittant l'UBB et le Top 14 pour Vannes sous la forme d'un prêt, le 3e ligne s'est donné une vraie chance d'avoir du temps et de briller. Et ça n'a pas manqué puisqu'il a participé à 23 matchs (13 titularisations). Des performances qui ont attiré l'oeil d'une formation de l'élite, Brive. En l'espace de trois saisons au CAB, il a joué 45 rencontres (29 titularisations) et marqué six essais. Désormais bien installé dans l'élite, l'international fidjien va découvrir un nouvel univers et la Champions Cup du côté du Racing 92. Un très gros test pour lui face à la concurrence.

Alexandre Becognee, troisième-ligne – Mont-de-Marsan > Montpellier (1996)

Top 14. Alexandre Bécognée, le 3e ligne qui monte au sein du MHRTop 14. Alexandre Bécognée, le 3e ligne qui monte au sein du MHRNotre rédaction avait vu juste avec Alexandre. Lors de la saison 2018/2019, le 3e ligne a été un des titulaires en puissance du Stade Montois avec 26 matchs joués. Des performances qui lui ont permis d'intégrer une formation de Top 14, en l'occurence Montpellier et de jouer en Coupe d'Europe. Mais aussi d'intégrer l'équipe de France. En juillet 2021, il s'était envolé avec les Bleus en Australie (1 sélection). L'exercice 21/22 a véritablement été celui où Bécognée a brillé. Cadre du MHR, il a été de la finale remportée contre Castres en juin dernier. Il sera à n'en pas douter l'un des cadres de la saison à venir.

Rafaël Cordier, ailier – US Bressane > Hyères Carqueiranne (1994)

Sans doute l'un des joueurs les moins connus de cette liste. Après Lille et Strasbourg où il avait joué en Fédérale 1, l'ailier avait rejoint Bourg-en-Bresse pour goûter au rugby professionnel. Mais il n'a joué que six matchs lors d'une saison 2018/2019 où les Bressans ont raté le maintien d'un rien. S'il avait signé pour deux ans en 2018, il n'est finalement resté qu'une saison. Il a ensuite posé ses valises au Rugby Club Hyères Carqueiranne La Crau, participant à 23 matchs en trois saisons. Il ne serait pas conservé par le club.

Faraj Fartass, ailier – Vannes > Suresnes (1997)

L'un des joueurs de cette liste dont on attendait beaucoup mais qui n'a finalement pas réussi à faire son trou chez les pros ainsi qu'au niveau international. Et ce, malgré une belle médaille d'or au JO de la jeunesse en 2014. En manque de temps de jeu à Paris et blessé à une épaule en 2017, l'international U20 avait rejoint Vannes sous la forme d'un prêt. Il y restera finalement deux saisons, la première ayant été bien meilleure que la seconde (covid) avec 16 matchs au compteur dont 15 titularisations. Non conservé par le RCV, il a choisi de rejoindre Beauvais et son beau projet en Fédérale 1. Mais surtout plusieurs de ses copains qui y évoluaient à l'époque. Après une belle saison 21/22 (19 matchs), il a signé à Suresnes en Nationale.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Nadir Megdoud devra aider Rouen à bien figurer dans l'antre de l'élite...

Article suivant : https://www.lerugbynistere.fr/news/point-transfert-un-maori-all-black-a-lyon-zeghdar-sur-la-duree-megdoud-a-paris-230722948.php

@coupdecasque

Ça fait plusieurs saisons qu'on espère que Rouen "figure bien dans l'antre (l'antichambre plutôt non ?) de l'élite" mais on attend toujours 😄

  • AKA
    58601 points
  • il y a 3 semaines

Il ne reste que le Biarrot qui a été blessé toute la saison, à suivre…

  • Timmaman
    28221 points
  • il y a 3 semaines

Comme quoi les pépites explosent parfois en vol. Petite précision, Megdoud n'a pas ses stats à jour sur it's rugby, puisqu'il a joué 2 saisons à Beauvais (2019-2021), en fédérale 2 la première saison, puis en fed 1. S'il n'a joué que 3 matchs en 2020-2021 (à cause du Covid), il a joué une dizaine de match avant l'arrêt des compétitions en 2020.

@Timmaman

https://www.allrugby.com/joueurs/nadir-megdoud-5495.html

C'est mieux non ?

  • Timmaman
    28221 points
  • il y a 3 semaines
@coupdecasque

Yes mais il n'y a pas le détail par saison. Je pense surtout que c'est parce qu'It's rygby ne prend les stats qu'a partir de la fédérale 1

@Timmaman

Ah en effet après il y a des formules payantes aussi je crois !

Derniers articles

Transferts
News
Vidéos
News
News
Transferts
News
News
News
News
Transferts