REPORTAGE. JP BarraQUÉ, Conroy, ''les jolies filles''... on a vécu le TQO de Monaco pour vous !
Ce TQO de Monaco nous en aura fait vivre de toutes les couleurs, mais aucune n'était plus belle que celle de la mèche de JP Barraque.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Ce Tournoi de qualification olympique était beau, très beau. Alors pour ne rien en rater, on vous dévoile tout ce qui s'est passé en coulisses... Immersion !

C'est un Tournoi qui semblait être placé sous l'auspice du bon jour pour le 7 de France. Un temps doux en Principauté, une pelouse taillée au millimètre, une poule abordable (parmi laquelle l'Ouganda était forfait) ainsi que quelques âmes éperdues en tribunes, toutes ou presque acquises à la cause des Français. Vous l’avez ? Non ? Alors on continue… C’est d’ailleurs de la meilleure des manières que s’est déroulé tout du long ce TQO de Monaco pour les Tricolores, jusqu’au dimanche 19h07, pour les garçons. Quelques instants plus tôt, les filles venaient en effet d’obtenir leur billet pour les Jeux Olympiques, 37 ans après le père d’Anne-Cécile Ciofani et sa participation à ceux de Los Angeles 1984.

VIDÉO. Première journée parfaite au TQO et une place en demi-finale pour France 7 à MonacoVIDÉO. Première journée parfaite au TQO et une place en demi-finale pour France 7 à MonacoEt puis, après deux jours de fête, il y eut donc cette finale face à l’Irlande pour les hommes de Jérôme Daret. "Notre plus mauvais match (du Tournoi)", disait l’entraîneur des Bleus en zone mixte dans la foulée. Chose que le capitaine du navire Jean-Pascal Barraque corroborait en ces mots : "On tombe de très haut. (…) Peut-être qu’on a voulu mettre trop d’agressivité, parfois à mauvais escient… (…) On a déjoué. (…) On a failli collectivement, certes, mais individuellement aussi, et en tant que capitaine, j’ai ma part de responsabilités."

Résultat, une défaite 19 à 28 face à l’Eire et le ticket pour Tokyo qui leur passe sous le nez, d’un rien. Cet été, il n’y aura donc pas d’"aligato" pour les Bleus, encore moins de temples bouddhistes et de cinq anneaux entrecroisés, mais simplement une pointe au coeur à chaque fois qu’ils repenseront à ce diable de Jordan Conroy, meilleur marqueur du tournoi (11 essais !) et auteur d’un doublé décisif contre eux. "D’habitude on sait le prendre", nous jurait pourtant JP Barraque à l’évocation de son nom. Oui mais voilà, le meilleur joueur du TQO était dans une autre dimension ce dimanche et, in fine, ce sont bien les Verts qui ont éteint les espoirs qui ont résonné dans les travées du stade Louis II durant deux jours. Comment cela s’est-il construit ? Immersion !

La douceur monégasque, Jean-Pascal « BarraQUÉ »…

Quelle arrivée en Principauté en ce 19 juin 2021 ! Plus le panneau "Monaco" approche, plus les choses assez singulières pour un gars de la cité phocéenne comme moi font leur apparition ; le charme des villes existe visiblement encore, on croise ici des gros gamos’ comme on achète une baguette de pain, la tranquillité est palpable et plus rare encore par les temps qui courent : il y a du monde au stade ! Enfin du monde… Nous sommes à Louis II et donc par « du monde », j’entends entre 1000 et 1500 personnes dans un stade de 18 520 places, quoi. Mais nous, journalistes, sommes tellement emballés par la possibilité de (re)goûter à ce type d’évènements, que nous nous mettons d’accord illico sur la raison des quelques âmes éperdues en tribunes : "la jauge des 5000 les gars"… Mieux, "ouais mais gros, y’a le grand prix du Castellet ce week-end aussi (…) Et l’équipe de France de foot à 15h !" Le pire, c’est que c’est probablement vrai. Mais à vrai dire, l’essentiel est ailleurs pour nous.

Car rien que de voir ici cet ultra du Zimbabwe (ou de la Jamaïque, il y a des doutes, vous verrez…) s’époumoner avec la voix Patrice Collazo, là le sosie d’Hemani Paea encourager les siens avec pudeur et son drapeau des Tonga noué sur les épaules, c’est déjà beaucoup. Alors, observer les - très sympathiques - supporters mexicains découvrir le rugby en même temps que leur équipe, la coupe de Gabin et la mèche blonde de Jean-Pascal de près ainsi qu’écouter l’annonce de la composition des Bleus par le speaker avec "J-P BarraQUÉ" en tant que capitaine, cela devient carrément magique !

Notre chouchou du tournoi. From Zimbabwe, à la voix de Gainsbourg.

Mais pour tous les gens qui n’ont pas l’esprit décalé (ou tordu, c’est selon) comme moi, l’attraction se situe bien évidemment sur le pré. Car au-delà de voir le natif de l’étape survoler les débats dans les airs (Antoine Zeghdar, 1m96), Paulin Riva découper tout ce qui bouge (grâce aux crampons Mizuno ?) ou Séraphine Okemba jouer avec ses adversaires comme avec des gosses, ce Tournoi de qualification olympique est bien sûr l’occasion de venir admirer l’ancienne star All Black Malakai Fekitoa, qui défend les couleurs de son archipel natal des Tonga le temps d’un week-end à 7. Serein, frais, gaillard comme jamais, il souhaite la bienvenue à l’un de ses homologues samoan d’un tampon magistral sur sa première action, vient exaucer nos souhaits en zone mixte et toujours avec le sourire Colgate… Bref, la classe Malakai !

L’incroyable vivier du 7, Conroy le Ricain

Au-delà de toutes ces anecdotes invisibles à l’écran, le rugby nous intéresse un peu, aussi. Ce genre de tournois plus médiatisés qu’à l’accoutumée, c’est évidemment l’occasion de découvrir des pépites inconnues du monde quinziste. Si tous les (un peu) curieux connaissent Dan Norton, Cecil Afrika ou Carlin Isles sur le World Sevens Series, pas sûr que tout le monde ait déjà eu vent de Terry Kennedy ou Melani Matavao. Croyez-nous pourtant, ce sont d’énormes talents qui brilleront aux JO cet été pour le premier, lors des prochaines éditions du World Sevens Series pour le second.

Mais ne nous mentons pas, si nous l’avions annoncé en début de tournoi, LA vraie attraction de ce TQO et découverte pour les journalistes et supporters présents sur place n’est autre que l’Irlandais Jordan Conroy. Un bolide, une fusée… tous les qualificatifs associés à la vitesse pourraient convenir à l’un des plus impressionnants "speedsters" du circuit mondial. Des essais tous plus impressionnants les uns que les autres dont son doublé en finale contre les Bleus, des pointes à 37km/h comme on boit un café en tribune de presse…

Oui, Jordan Conroy porte ses chaussures à la main. Rien de plus normal puisque d'après nos informations, la semelle aurait pris feu à la suite de sa dernière accélération à plus de 37km/h...

LA star de l’étape, c’était lui. Et cela lui va comme un gant puisqu'en plus de performer sur le pré, l’enfant de Tullamore aime fait ressortir sa vibe’ américaine en dehors : il fait le show en zone mixte, exécute des célébrations que Kamel Ouali "himself" ne renierait pas, "check" amicalement les journalistes qui lui portent de l’attention… Et peu importe si ses chevilles peuvent paraitre parfois presque aussi grosses que ses biceps, il reste toujours très accessible au bord du terrain. Son seul défaut n’aura finalement été que son honnêteté : "j'essaie d'être modeste mais je dois d'abord vous dire que nous sommes (avec Kennedy) un vrai cauchemar pour les défenseurs", plaisantait-il dans la foulée de la victoire finale de l’Irlande. Il est vrai qu’après Abbott et Costello, Batman et Robin ou Tic et Tac, flotte désormais - dans l’Eire - les noms de l’indissociable duo Conroy et Kennedy. Notre seule déception avec lui ? Qu’il n’ait pas été en mesure de nous dire s’il était plus rapide qu’Aaron Sexton, l’autre avion de chasse irlandais (10’43 au 100m) : "Je ne sais pas vraiment… À vrai dire, je pense que je suis plus rapide que lui sur la pelouse, qu’il est plus rapide que moi sur la piste". Rien de plus Jordan, really’ ?

Des stars à la pelle, la « lourdeur » d’un Tricolore

Et puis, et puis, pour ceux qui n’auraient pas eu la chance de se déplacer jusque sur le Rocher, quels sont les autres enseignements que l’on pu tirer de ce TQO monégasque ? Déjà que Bernard Laporte est, qu’on le veuille ou non, un président impliqué et passionné, même à la veille de partir en Australie avec le XV de France. Aussi, la confirmation que Mathieu Bastareaud possède le caractère le moins assorti à son physique de la planète, tant la star de 125kg vous ferait traverser une porte d’une pichenette mais reste doux comme un agneau, accessible, poli, avenant et presque réservé. Enfin que les gardes du corps du prince Albert II de Monaco ont tous dû être pris en tant que sosies officiels de Jason Statham, et que leurs costumes sont encore plus raffinés que les tiramisus proposés en tribunes. Mais ça, ce n’est pas très rugby…

Chemise près du corps, buste droit, regard de 3/4 et main dans la poche : Bernie n'était pas venu pour faire de la figuration lors de ce TQO en Principauté.

Alors, restons du côté de la balle ovale avant de se quitter. Enfin rentré du bel État souverain pour retrouver notre Bonne Mère chérie, on vous contera ces dernières petites anecdotes au milieu des grandes, que vous ne pouviez connaître que si vous avez réussi à vous dégoter un pass pour la "tribune honneur" durant le week-end. D’abord, s’il nous lit, sache que non, petit, la grande journaliste qui partageait notre pupitre à beau avoir un nom à forte consonance sud-africaine et "la gueule de l’emploi", elle n’est pas la femme d’un célèbre Springbok aux 46 sélections et au "six pack" le plus saillant de l’ovalie.

Ensuite, sachez que nous, envoyés spéciaux, sommes de grands chanceux puisque, par-delà les artifices, l’expérience d’un tel évènement et le spectacle sur le terrain, nous avons côtoyé de près pendant deux jours "les plus belles filles de Monaco", d’après un international français de 27 ans présent en tribune, un verre à la main et un brin « lourdeau », bien que pas méchant. Le champagne présent dans la coupe a peut-être altéré son jugement, qui sait, mais elles étaient surement au moins les plus sympathiques de l’évènement, oui. Jordan Conroy (toujours lui !) n’était pas loin de le reconnaître lui aussi, dimanche en fin de journée. Et c’est aussi en ça que vu de l’intérieur, ce TQO de Monaco était une magnifique expérience…  

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
News
Transferts
News
Vidéos
News
Transferts
Vidéos