Les troisièmes lignes ailes français sont-ils vraiment plus grands que leurs homologues étrangers ?
A l'image de Cameron Woki (1m97), nombre de flankers de l'Hexagone sont bien plus grands que les standards internationaux.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Avec une douzaine de troisièmes lignes ailes dépassant les 1m95, la France dispose d'un vivier de joueurs plus grands que la moyenne à ce poste. Très français.

On a souvent tendance à dire que nos Français, aussi athlétiques soit-ils, n’ont pas les mêmes gabarits que leurs opposants sudistes, pas les même prédispositions physiques que leurs homologues îliens. Remarquez, l’impression prévaut aussi pour nos voisins européens, qui exception faite des Anglais - jouissant d’une immigration plutôt bénéfique quand on voit de quel bois est fait leur pack entre les frères Vunipola, Sinckler, Itoje, Lawes ou encore Manu Tuilagi derrière -  souffrent parfois eux aussi de la comparaison. On a longtemps vu, également, que nos deuxièmes lattes culminaient moins haut que leurs rivaux sud-af’ par exemple, régulièrement entendu que nos troisièmes lignes étaient moins massifs que ceux des autres nations du Tiers 1.

Au vrai, la donne a aujourd’hui changé sur certains aspects. Le rugby évolue, les gabarits explosent et la France dispose par exemple à ce jour d’on ne sait combien de centres qui flirtent avec ou dépassent les 100 kilos. Pêle-mêle, on citera Rémi Lamerat, Henry Chavancy, Adrien Seguret, Yann David, Dorian Laborde, Julien Delbouis et bien sûr Mathieu Bastareaud (aujourd’hui reconverti en 8) ou Jonathan Danty, liste non-exhaustive.

Certes, comme beaucoup de nations, nous n’avons toujours pas de foyers de physiques d’exception, à l’image de la deuxième ligne sud-africaine*, des trois-quarts fidjiens, ou des piliers australiens. Mais s’il y a bien une tendance française qui se dégage, c’est que le pays dispose aujourd’hui d’une multitude de flankers bien plus grands que les standards internationaux. C’est simple, a vu de nez, nous avons compté au bas mot une douzaine de troisièmes lignes culminant au moins à 1m95 dans l’Hexagone, quand les autres nations comptent les leurs sur les doigts de la main. Ainsi, avec les Lyonnais Cretin et Guillard (respectivement 1m95 et 97), les Bordelais Woki et Roumat (1m97 et 99), les Racingmen Chouzenoux et Le Roux (2 mètres pour le premier, 1m97 pour le suivant), mais aussi le capitaine du XV de France Charles Ollivon (1m99), le seconde ligne de formation Arthur Iturria fixé un cran plus bas désormais (1m98), et les Jelonch, Macalou, Devergie ou Sanconnie tous affichés à 1m95, le Top 14 a de la hauteur.

(Cameron Woki devance Maro Itoje en touche lors de Angleterre-France)

Ailleurs, seule l’Angleterre présente quelques spécimens du genre entre les Itoje, Lawes ou Ted Hill, quand le capitaine de Worcester est l’unique habitué du poste. Chez les Blacks, il y eu bien Kaino puis Squire il fut un temps, mais les seuls géants du flanc de la troisième ligne chez les Kiwis sont à ce jour Shannon Frizell (1m96), tout incroyable porteur de balle qu’il est, voire Vaea Fifita. Même son de cloche en Australie où l’unique Salakaia-Loto (1m98) a d’ailleurs été repositionné en numéro 5, ou en Afrique du Sud chez qui le meilleur joueur du monde l’an passé Pieter Steph Du Toit (2 mètres) a définitivement quitté la cage désormais, et le prometteur Staassens (1m97) est en démêlés avec la justice de son pays. Famélique.

Transmission, coutume, génétique

Mais alors cette statistique qui avait attiré notre attention n’est-elle que pur hasard, où y a t-il une explication à cette prolifération de longilignes troisièmes lignes dans le championnat français ? Le premier indicateur se situe dans le dernier qualificatif utilisé pour décrire nos flankers : longiligne. Alors que les seuls spécimens flirtant avec le double-mètre aux quatre coins du globe s’apparentent souvent à des joueurs amenant de la densité (Du Toit, Salakaia-Loto, Yato toisent tous les 120kg) et sont de vrais porteurs de balle, les Bleus semblent davantage être des garçons assurant la continuité du jeu. Comme leurs illustres prédécesseurs Nyanga ou Ouedraogo mais en bien plus grands, voire des joueurs de rupture pour certains comme Charles Olllivon, Sekou Macalou ou Cameron Woki. Tradition française oblige.

Le second vient certainement de ce précepte très ancré dans l’Hexagone, qui veut que chaque entraîneur ait à sa disposition un vrai sauteur en troisième ligne afin d’équilibrer au maximum son paquet d’avants. Et bénéficier d’une multitudes de solutions aériennes, jalon indispensable de la conquête directe. Ainsi, nombre de « grands » travaillent ce poste là et ses aspects dès le plus jeune âge en France, et il n’est pas rare de voir les Macalou, Cretin, Roumat ou Chouzenoux parmi les meilleurs voltigeurs du championnat, devant des deuxièmes lignes souvent plus hauts qu’eux mais aussi plus difficiles à soulever. D’ailleurs, alors qu’il n’est pas un titulaire en puissance du côté de Bordeaux, le staff du XV de France n’a pas hésité à titulariser Cameron Woki en numéro 6 durant l’Autumn Nations Cup, au profit de ses qualités de jump indiscutables. Avec la réussite que l’on connaît. Alors qu’à l’étranger en revanche, le concept du numéro 4 sauteur ainsi que du numéro 5 pousseur n’est pas vraiment un gage de vérité et beaucoup de techniciens n’hésitent pas à agrandir leur cage pour raccourcir et/ou durcir le flanc de leur mêlée au profit de la domination physique.

Enfin, dernière donnée et non des moindres : la génétique. Force est de constater que quand un deuxième ligne moyen culmine aujourd’hui aux alentours des 2 mètres et qu’un même flanker oscille lui entre 1m88 et 1m93, la nouvelle génération française a de plus en plus tendance se situer entre ces deux marques. Et comme à ce jeu comme ailleurs il vaut mieux trop grand que trop petit, ce n’est pas pour rien que les jeunes, géants et polyvalents troisièmes lignes affluent dans notre championnat. Et ouvriront peut-être la voie à l’expansion internationale de cette tendance pour l’instant purement franco-française.

*Quelques mensurations des joueurs en question : (Eben Etzebeth - 2m03 et 122kg, Lood De Jager - 2m05 et 125kg, RG Snyman 2m07 et 126kg, JP Du Preez 2m09 et 122kg…)

(Semi Radradra 110kg, Josua Tuisova 111kg, Nemani Nadolo 137kg, Taqele Naiyaravoro 131kg…)

(Taniela Tupou 132kg, Pone Fa’amausili 138 kg, Allan Alaalato’a 125kg…)

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

C'est le poste le plus complet et qui demande le plus de polyvalence. L'exemple de Macalou est révélateur, lui qui peut même glisser 3/4 aile.
Ce sont un peu les décathloniens du rugby et ils doivent être capables d'assumer le bagage de plusieurs postes. Et aujourd'hui, en plus d'être coureur/gratteur, on leur demande d'être sauteur. Pas l'un ou l'autre, mais de plus en plus, les trois à la fois.
Magnifique poste en tout cas!

@lebonbernieCGunther

Pour y avoir joué, j'ai beaucoup aimé, c'est le poste où tu peux aussi bien faire la guerre au ras des rucks que finir les actions en bout de ligne, c'est le symbole d'un sport où quand tu rentres sur le terrain, tu dois être prêt à contribuer aussi bien en défense qu'en attaque 😁

Y parait que c'est pas la taille qui compte !

  • tropico
    19830 points
  • il y a 4 mois

Alors j ai jusre 2 choses à dire :
La premiere c est que dans le rugby ca fait des annees que je le dis ; les tailles et poids des joueurs communiqués sont totalement fausses et exagérées (de manière générale bien sur il y a des vérités) mais quand je vois sur internet des Fekitoa a 1m87 (premier exemple qui me vient en tete) alors que pour l avoir croisé c est à peine si il atteint les 1.75. Pour voir tout ca regardez les joueurs cote à cote des fois vous verrez certains qui ont la meme taille (alors que sur internet y a marqué 10cm d ecart) et inversement certains font pas la meme taille alors que les données disent que si.

Ensuite la seconde chose c est que le poste de 3eme ligne aile (pour y avoir joué 10ans) c est le poste auquel (à la base) il n y a aucunes mensurations type (je dis à la base car maintenant dans le rugby moderne tous les postes ont à peu pres les meme gabarits). Y a un proverbe qui dit :
"Il y a 2 types de profils de flanker selon leur physique :c est un gars qui a un physique d' Avant mais qui joue comme un 3/4 ou sinon c est un gars qui a un physique de 3/4 qui joue comme un avant... 😂
Hooper Pocock Itoje Juane Smith Armitage McCaw Aucun n ont le meme physique

@tropico

sur le mercato, ca se negocie au kilo et au cm, alors faut bien faire monter les encheres

  • O'Livey
    4058 points
  • il y a 4 mois

Intéressant l'article. Et je note que y'a une conséquence relativement néfaste au point souligné (non, être grand n'est pas toujours un avantage): on manque fortement de gratteurs spécialisés en France. Être grand et longiligne, c'est un atout en touche, pas au grattage, où l'idéal est d'être petit et trappu (la référence Pocock, c'est 115 kg pour 1m85). Le seul spécialiste qu'on ait (en 3e ligne aile), c'est Alexandre Fischer, qui a du mal à s'imposer (blessures), et j'ai aussi entendu parler de Delaporte, mais jamais vu en action.
La plupart de nos gratteurs spécialisés sont des première ligne (Chat, Marchand, Poirot...), soit des 3e ligne centre (Alldritt, Basta qui a réussi sa reconversion...). Nos flankers sont des gratteurs bien plus occasionnels, ils savent saisir l'occasion quand elle se présente, mais ce sont pas des poisons systématiques comme Richie, Watson, Curry, Tipuric, Hooper... C'est un point d'ailleurs assez évident quand on regarde l'import de certains 3 lignes étrangers au profil plus classique, comme Gill ou plus récemment Kolbe Fainga'a (j'espère pas avoir trop écorché). Ces mecs sont des 3e lignes ultra polyvalents, très complets, et pourtant la 1ere chose pour laquelle on les reconnait, c'est qu'ils sont excellents au grattage.
Actuellement, ça gêne pas trop en EdF car le rôle du poison dans les rucks a semble-t-il été dévolu à Alldritt (l'un des meilleurs du tournoi en terme de ballons gratté), plus au talonneur, là où pour les autres équipes internationales, c'est majoritairement des 3e ligne ailes qui font ce boulot.
Je dis pas que c'est mieux ou moins bien, mais juste que fondamentalement, on est pas sur la même doctrine que la majorité des autres nations.

@O'Livey

À part le fait que tu as ajouté 5cm et 15kg aux mensurations de Pocock, je partage complètement ton analyse !

  • gjc
    8161 points
  • il y a 4 mois
@O'Livey

intéressant
Mon explication est que dans les nations anglophones les flankers sont traditionnellement spécialisés en blindside/openside, l'openside gérant le grattage. Un openside comme Gill sera donc naturellement formé et reconnu pour ça, même s'il est bon en tout. Or avec la multiplication des rucks la tendance tactique est de jouer avec 2 opensides (Savea/Cane, Hooper/Pocock, Watson/Ritchie, Curry/Underhill, etc). Ca peut donner l'impression que le monde croule sous les spécialistes du grattage et nous non.
En fait chez nous l'absence de cette tradition nous a permis de partager le grattage entre plusieurs joueurs, notamment comme tu le dis bien en 1e ligne en lien avec la morphologie. Pour moi Chat, Marchand, Alldritt sont largement au niveau, ce n’est pas mieux ni moins bien. Quand je vois le Racing où un grand nombre de joueurs sont doués dans l'exercice, je trouve même que c’est un point fort.

@gjc

C'est clair qu'ici on aime bien être à contre courant de pas mal d'idées de jeu établies à l'échelle mondiale (à part nous qui d'autres met le 9 et non le 10 au centre de l'animation offensive ? 😅). Après, pour le cas du grattage, je trouve ça plutôt pertinent, ça crée une menace qui peut venir de partout, ça n'est pas seulement un ou deux (à la limite trois) mecs à surveiller, au contraire ça peut créer une forme de stress dans l'équipe adverse au moment des regroupements de savoir qu'à peu près n'importe qui peut te piquer le ballon, mais qu'en même temps il n'y a pas de menace ciblée, et même pour sa propre équipe ça permet de garder tout le monde concerné sur les phases de contact au sol je trouve !

@O'Livey

Ceci dit certains de nos longs flankers arrivent tout de même à être de vraies menaces dans les rucks (Macalou par exemple), et par ailleurs vue l'efficacité de notre contre en touche et de nos contre-rucks (c'est la patte Edwards ça, c'est clair qu'on défend beaucoup plus en avançant que sous PSA ou Moustache), nous avons bien d'autres occasions de récupérer des ballons, je note aussi une vraie progression sur la défense des ballons portés (bon avec l'essai qu'on prend à la sirène contre les Anglais c'est peut-être pas le meilleur moment pour parler de ça 😅), et l'ensemble de tout ça rend notre défense au global bien plus efficace que par le passé. Peut-être aussi que Galthié a mieux cerné le réservoir français et a choisi d'adapter son plan de jeu à ses joueurs, contrairement à ses prédécesseurs qui ont plus ou moins essayé de singer ce qui se faisait ailleurs (qu'on ne me dise pas que sur les années où il est titu en bleu, Lauret fait partie des deux meilleurs Français à son poste, même top 5 y a débat), et force est de constater que même si le résultat est peu académique sur le papier, finalement il n'y a rien de tel que de mettre les meilleurs joueurs dans les meilleurs conditions possibles pour en tirer la quintessence et tirer l'équipe vers le haut.

  • O'Livey
    4058 points
  • il y a 4 mois
@MacAlouster

Il y'a une différence fondamentale entre Macalou (le meilleur gratteur de nos 3e lignes longiligne) et les profils comme Curry, Hooper, Richie, etc. Macalou, il fait un "tri", si il voit une occasion, il y va. Ce qui fait que son taux de réussite de grattage est assez élevé, il doit bien réussir un grattage pour 2 tentés, ce qui est assez énorme. Mais la contrepartie, c'est qu'il n'y va qu'en cas d'occasion franche. En somme, ce n'est qu'un danger occasionnel. Là où les 3e ligne classiques sont des dangers permanents: ils n'ont pas un aussi bon taux de réussite, mais c'est parce qu'ils tentent beaucoup plus, et in fine ils grattent plus de ballon. La conséquence, c'est que les ballons adverses sont beaucoup plus ralentis, et qu'ils sont obligés de consommer plus de soutient offensif dans les rucks pour assurer la sécurité du ballon. L'objectif n'est pas de récupérer le ballon et générer un turnover, mais simplement de ralentir la libération et gêner l'attaque. C'est une approche fondamentalement différente.

@O'Livey

L'approche de que tu décris de Macalou (très bonne description d'ailleurs), reflète finalement assez bien selon moi l'approche générale de ces Bleus, quand tu regardes bien comment ils défendent, ce ne sont pas vraiment des fouines, en mode poil à gratter (c'est le cas de le dire 😅) sur chaque regroupement, en revanche ça flaire bien les coups, ça sent quand il faut mettre les mains, quand c'est le moment opportun pour mettre la pression et contre-rucker, il n'y a quasi jamais un mec de trop dans les regroupements (et donc en moins dans la ligne ou en couverture), et dans la mesure où on attaque de façon assumée sur les ballons de récupération, finalement cette philosophie défensive, où l'on essaie de rendre ces ballons le plus exploitable possible (avec des garçons disponibles notamment), fait plutôt sens. Et d'ailleurs, pour ré orienter un peu le débat, sans tomber dans un jugement de style, on peut se demander si ça n'est pas meilleur à terme pour la santé des joueurs, quand tu vois comment ont fini des Pocock, Warburton, Brussow, et dans une moindre mesure O'Brien ou O'Mahony, à se jeter en mode kamikaze dans tous les rucks (McCaw est pour moi l'exception qui confirme la règle) 🤔

  • O'Livey
    4058 points
  • il y a 4 mois
@MacAlouster

Y'a quand même eu une nouveauté apportée à ce courant de pensée lors du dernier tournoi. Nos gratteurs sont restés dans un style opportuniste ("j'y vais que sur occasion franche"), sauf un: regardes bien ce que fait Alldritt sur la plupart des rucks adverses lors des différents matchs du tournoi. Le mec, il allait mettre le zbeul dans quasiment tous les rucks, y compris quand il n'y avais aucune chance de réussir. C'est le plus proche exemple français que j'ai vu du "j'y vais juste pour vous emm*rder" qu'on voit dans la plupart des autres nations. A noter que Macalou, lors de sa titularisation contre l'Italie, a eu une attitude à peu près similaire, avec 5 ou 6 tentatives (pour 2 réussites).

@O'Livey

Alldritt a déjà d'une façon générale une grosse activité défensive pour un 8, aussi bien au placage que dans les regroupements, quasi au niveau, voire parfoissupérieure, à celle d'un flanker au niveau international, c'est vrai qu'en ça il dénote par rapport à un Vunipola, Picamoles, Read, Heaslip ou Faletau (je ne mets pas Pocock dans le même panier, vraiment un flanker repositionné pour le coup), d'où l'impression qu'il peut donner d'être hyperactif dans les rucks quand on regarde sous ce prisme là. Mais quand je regarde les matches de l'EDF, je trouve à la limite qu'il se trouve dans un pôle de joueurs "supérieurs" dans ce secteur (avec des Marchand, Chat, ou encore Bamba dans une moindre mesure), mais je ne le vois pas non plus crever l'écran à la manière d'un Underhill ou un Curry par exemple. Après ceci dit ton raisonnement fait sens, je vais surveiller ça de près sur les prochaines rencontres.

Pas forcément un point positif pour un flanker. Le jeu moderne c'est le jeu au sol -> donc besoin d'avoir des joueurs au positionnement très fort sur le ballon -> nécessité d'un centre de gravité bas, donc ne pas être trop grand. Les meilleurs flankers des dernières années sont d'ailleurs les Pocock, Hooper, Sam Cane, Savea, Sam Underhill, Tom Curry, Kolisi... qui ne dépassent pas le 1m90. Il y a Matera ou Ollivon parmi les meilleurs du moment qui dépassent le 1m90, certes.

@Theo Fondacci
je ne suis pas sur de comprendre ton argumentation sur la génétique, tu peux clarifier stp?

Le point avant miam miam glou glou
Nous avons un très beau premier gagnant en la personne de @MerDuNord, félicitations et toute cette sorte de choses.
Il s'agit d'un ancien international français.
Il a raté un match du Tournoi pour avoir pris 2 cartons jaunes en club.
"Un certain Blaise Pascal etc.."
Par @Yonolan nous savons qu'il ne s'agit ni de Moscato, ni du bon docteur SS, Et pas Papé (joli,ça) non plus.
Par @Dormeur 15 que ce n'est pas Marc Lièvremont. et par @ jlr974 que ce n'est pas Rougerie., mais ils ont joué ensemble.
Nouvel indice, parce que c'est vous : il a tourné avec Mimi Mathy.
Bon apéro !
Rappel : les propositions doivent OBLIGATOIREMENT être faites par mail sur [email protected] N'oubliez pas de mentionner votre pseudo rugbynistère que je puisse vous notifier ici.

  • AKA
    52343 points
  • il y a 4 mois
@lelinzhou

Vu la longue carrière de Rougerie l' indice est très aléatoire 😊 😉

Derniers articles

News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
Vidéos
News
News
News
Sponsorisé News
Sponsorisé News