Ecrit par vous !
Le sud de la Garonne, monument en péril du Top 14
Bayonne et Pau vont se battre pour conserver leur place en Top 14.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Petit à petit, les clubs du sud ouest disparaissent de la première division. Certaines formations historiques ont même disparu du rugby pro. Un triste constat.

Alors que tout le monde de l’ovale est penché sur le bulletin de santé de l’équipe de France et son taux de contaminés par la Covid qui n’en finit plus d’emmerder tout le monde. Je voudrais faire un focus sur un monument en péril, qui reflète toute la difficulté pour les petits clubs sans mécène de vivre autre chose que le maintien dans la dure loi du Top 14. Sachant que cette année Brive est l’exception qui confirme la règle. Les Pyrénées-Atlantiques, ce fief historique du rugby, est en passe de disparaître presque du paysage de l’élite. Bayonne et Pau vont se battre pour une place de barragiste, avec tous les aléas que cela comporte et le destin funeste de tous les clubs du Top 14 qui se sont retrouvés à cette place.Pro D2. Délocaliser le BO signerait l'arrêt mort du club selon la maire de BiarritzPro D2. Délocaliser le BO signerait l'arrêt mort du club selon la maire de BiarritzÀ côté de cette lutte de faux-frères, le jumeau basque des bleus et blancs, le Biarritz Olympique se débat dans un mélodrame politico-sportif où s’écharpent une maire droite dans ses bottes et un président à la barbe de mousquetaire moitié gascon, moitié Hong-Kongais. Dans l’univers impitoyable de ce Dallas biarrot, Jr Aldigé et Pamela-Maïder ne jouent plus à fleurets mouchetés, les menaces sont précises et les avocats travaillent les dossiers. JR veut quitter Aguilera et le mirage de son complexe immobilier pour aller jouer ailleurs, sans préciser où encore. Paméla refuse le chantage de la franchise à l’américaine que l’on délocalise où l’on veut si l’herbe est plus verte, arguant de son bon droit et du numéro d’affiliation de la FFR, détenu par l’association Biarritz Olympique qui empêcherait l’équipe pro de jouer à sa guise et où bon lui semble. Mais JR aurait un atout majeur dans sa poche : la marque BOPB appartiendrait au secteur professionnel et lui permettrait ainsi de jouer n’importe où… Paméla ne veut pas baisser la tête, le combat ne fait que commencer, balle au centre… Faisons un peu de rugby-fiction, Biarritz parti jouer ailleurs, Bayonne en Pro D2, il n’y aurait plus de club basque en Top 14, ça a déjà été le cas, le rugby d'Euskadi s’en est remis, mais les temps sont de plus en plus durs et il est de plus en plus difficile de remonter, depuis 2014 le BO en fait l’amère expérience.VIDEO. Top 14. Punis devant, dépassés derrière, Clermont a fait vivre un calvaire aux BayonnaisVIDEO. Top 14. Punis devant, dépassés derrière, Clermont a fait vivre un calvaire aux BayonnaisImaginons encore l’année suivante la descente de Bayonne, ce soient les Palois qui prennent l’ascenseur, il n’y aurait plus d’équipe du 64 en Top 14, une première historique. Mais au-delà de ce premoer constat, on s’aperçoit que ce sont deux comités ancestraux qui disparaitraient de l’élite : le comité Cote-Basque-Landes et le Béarn. La limite géographique du Top 14 s’arrêterait à Bordeaux, en dessous des clubs landais en apnée, des clubs basques en perdition et une section sous assistance respiratoire, le malade est mal en point... Le Périgord-Agenais dans le même état, l’Armagnac-Bigorre disparu des radars, le rugby du Sud-Ouest, celui où le bonheur était dans le pré ne serait plus qu’un rugby de fédérales, là où végètent Dax, Tarbes, Lourdes, Auch ou Bagnères-de-Bigorre.

On se rend compte, là où certains préconisent un resserrement de l'élite à 12 clubs, que ça va être de plus en plus difficile d'y résister. La lourde défaite, ce week-end, de Bayonne face à Clermont ne peut que valider cette proposition, portée entre autres par Didier Lacroix, le président du Stade Toulousain. C'est alors qu'on prend conscience que nous sommes dans un rugby à deux vitesses et que les moins riches ne peuvent plus suivre la cadence imprimée par les cadors. C'est malheureusement, comme l'écrivait Gilbert Cesbron, Mozart qu'on assassine, une part de notre innocence qui s'en va, notre enfance avec... Mais ne soyons pas trop pessimistes, ce n'est bien sûr que du rugby-fiction...

Pierre Navarron
Pierre Navarron
Cet article est rédigé par Pierre Navarron, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

En tant que natif du sud de la France, cela me plaisait bien côté sport régional, avec presque tous les joueurs du XV de France qui avaient l'accent de Toulouse, Toulon ou Biarritz. Mais cela fait déjà plusieurs décennies que l'apparition du professionnalisme a plus ou moins condamné le rugby des sous-préfectures. Si je prends mon cas, je suis natif de l'Aude et Narbonne, club qui a donné pléthore d'internationaux durant tout le XXe siècle et à présent en Fédérale 1. Quand on a connu l'époque où l'équipe ne s'inclinait qu'en phases finales du championnat de France face au Stade Toulousain, ça fait bizarre.

  • Pianto
    39808 points
  • il y a 5 mois

oui, ces comités disparaissent parce qu'il n'y a pas de grandes agglo à l'échelle nécessaire aujourd'hui...
Mais combien de joueurs du XV de France viennent de là ?
Viendront-ils encore au rugby s'il n'y a plus de locomotive régionale ?

Ollivon, Aldritt, Dupont, Serin, Bourgarit, Jelonch, Thomas, Dulin, Bouthier, viennent de ces comités déclinants... Ce serait dommage de s'en passer...

@Pianto

Tant qu'il y aura des clubs il y aura des joueurs qui sortent, c'est juste que le bon jeune du coin sera repéré et tentera sa chance loin de chez lui au lieu d'être repéré par le gros club du coin. Déjà aujourd'hui les gros clubs essayent de capter les jeunes avant que le club pro local ne les déniche pour qu'ils deviennent "JIFF formés" chez eux, ils ont déjà les réseaux pour faire de la détection.
Et pour ce qui est de l'envie de se mettre au rugby, aujourd'hui c'est le rugby à la télé qui fait rêver les jeunes et non pas le fait de savoir qu'il y a un club pro à 20 bornes de chez soi. C'est pareil, ce qu'il faut c'est le tissage de clubs amateurs pour que le gamin qui rêve devant sa télé puisse trouver un club pour commencer.

  • Pianto
    39808 points
  • il y a 5 mois
@Team Viscères

je me dis qu'ils ne viendront plus tous au rugby sans une tête d'affiche ou aller voir des matchs de haut-niveau dans le coin...

On a plein de gersois actuellement e EDF alors que ça fait belle lurette qu'il n'y a plus de club gersois proche de l'élite donc j'ai sûrement tort.

Mais bon, je pense que ça va changer le profil du rugbyman... petit à petit... moins de ruraux du sud-ouest et de plus en plus d'urbains de partout.

Il n'y a rien à regretter, ce n'est ni mieux, ni moins bien, juste différent de ce qu'on a connu.

Le sud de la Garonne en fait, c'est l'Espagne ...

money money

Jeu du personnage mystère, le point : c'est mou !
Toujours deux gagnants : @Manu et @dormeur 15, restent trois places à prendre.
C'est un international français
Jeune, les casses lui ont rapporté de quoi vivre.
Tout comme Gareth Edwards.
Il a beaucoup fréquenté le bistrot du bois de Boulogne.
Malgré son surnom il n'a jamais largué personne
@dormeur 15 a proposé Gérald Martinez, plus récent mais il y a un vrai point commun.
En revanche pas beaucoup de rapport avec le Bouthier de @Yonolan et le Chabal de @mche. Et @Le Haut Landais est le premier a tomber dans le piège en proposant Haouas !
@Yonolan envoie une rafale avec Fillol, Galtié ou Julien Dupuy mais c'est raté
Un nouvel indice : il a longtemps causé dans le poste
Si avec ça vous ne trouvez pas c'est que vous avez déjà trop forcé sur le jaune
Bonne soirée
Rappel : les propositions doivent OBLIGATOIREMENT être faites par mail sur [email protected]
N'oubliez pas de mentionner votre PSEUDO MINISTÈRE que je puisse vous notifier ici.

@lelinzhou

Un troisième gagnant avec @Emilienne T'Arnaque après : @Manu et @dormeur 15, Plus que deux place à prendre.
Ce n'est pas le Yach de @Le Haut Landais, pas plus que le J-B Lafond de @FRLAB. Notre bonhomme est plus ancien et ce n'est pas un neuf.

@lelinzhou

Un nouveau gagnant avec @FRLAB plus un autre hors concours car il n'est pas inscrit sur le ministère. Plus qu'une place à prendre.

  • AKA
    53280 points
  • il y a 5 mois

Vu les anciens grands noms cités dans l' article ce serai carrément "le sud de l' Adour" Quand au feuilleton Biarritz il mérite un article à lui tout seul 😉

  • Revahn
    19465 points
  • il y a 5 mois

Que de pessimisme...

Vous trouvez pas ça intéressant de voir de nouveaux bastions de rugby s'élever ailleurs que dans notre petit sud-ouest? La Rochelle, Vannes, Rouen, Nevers, Soyaux-Angoulême... tant d'équipes qui ont des choses à démontrer, une histoire à forger, ce que des équipes comme Lourdes ou Bagnères n'ont clairement pas besoin de faire.

Vous parlez sinon d'équipes malades ou en perdition : Montauban, Bayonne, Biarritz, Pau, Dax... Allez, voyons plus gros, ajoutons Brive, Agen, Tarbes. TOUTES ces équipes sont arrivées à rester en pro ou en revenir, certaines dans l'élite du rugby français, ce que je trouve magnifique, car elles arrivent quand même à exister dans un monde de plus en plus concurrentiel.

Je le sais car j'adore Agen : les voir perdre 16 fois me fend le cœur, bien sûr, mais on parle quand même d'Agen, la ville du Pruneau! 33 000 habitants, plus faible économie du Top 14, et toujours là après 3 saisons et demi. Je serai quand même heureux de les voir revenir en Pro D2, avec plus d'intérêt, là où le candidat pour le remplacer sera "assez" probablement un ancien du rugby (Biarritz/Perpi).

Sinon, effectivement, beaucoup de clubs ont chuté, mais si je prends les quelques exemples cités :
- Tarbes : Plus dans l'élite depuis longtemps. De ce que j'en sais, la corruption l'a plombé, mais pas coulé (Nationale).
- Les Pyrénées-Atlantiques : seul département avec DEUX clubs en Top 14, Biarritz est pas loin derrière.
- Lourdes / Bagnères : Sont en déclin depuis "avant" la professionnalisation.
- Dax / Auch : des problèmes d'argent dus à leur situation de petite ville, oui... mais aussi de mauvaise gestion (ce cas s'applique aussi pour Lourdes d'ailleurs).

Bref, toujours debout, rassurez-vous!

@Revahn

Je pense qu'il faut aussi faire des distinctions entre les disparitions de clubs, notamment en revalorisant la Pro D2. Parce que je veux bien entendre parler de club "disparu" quand on parle de Lourdes par exemple, mais quand on parle de clubs comme Biarritz, Perpignan ou encore Béziers ça me rend dingue... ils sont en deuxième division, dans les 30 meilleurs clubs du pays. C'est loin d'être anonyme et c'est loin d'être la honte.
Il faut à tout prix redorer l'image de la ProD2 pour ne plus qu'elle soit vu comme l'antichambre de l'enfer (tomber vers la Fed) mais comme l'antichambre du paradis (accéder au Top 14 même temporairement). Pour les "petites" villes être un club stable en ProD2 voir qui s'autorise une incursion régulièrement en Top 14, cela devrait être une fierté et non pas un poids. Ok c'est triste de savoir que la gloire passée ne reviendra pas, mais cela ne devrait pas occulter tout ce qu'il y a de bon malgré tout.

  • Pianto
    39808 points
  • il y a 5 mois
@Revahn

Bourgoin est descendu pour ne plus remonter, bientôt Agen, Bayonne, Castres, Pau...

Ils seront remplacés par Vannes, Perpignan, Grenoble, etc. des villes qui ont une autre surface de population, un autre tissu économique local.

Mais les petits au bout d'un moment n'arriveront à remonter qu'épisodiquement.

C'est ainsi.

  • Revahn
    19465 points
  • il y a 5 mois
@Pianto

Je ne dis pas l'inverse, et ce n'était pas mon sujet.

Sinon tu as raison en général, même si il y a énormément de cas particuliers : Agen, Vannes, Oyonnax, Brive ou Castres seraient déjà remplacés par des Lille, Strasbourg ou Marseille sinon.

Non, mon sujet c'était :
- Est-ce normal que ça arrive? Pour moi, oui.
- Est-ce triste? Non, car de nouveaux bastions de rugby naissent!
- Est-ce immuable? Non plus, sinon on n'aurait jamais vu des "petites" villes monter ou se maintenir dans la hiérarchie. Vannes, Oyonnax, Biarritz, Agen...

  • Pianto
    39808 points
  • il y a 5 mois
@Revahn

je suis assez d'accord avec toi. Disons que ça va arriver de moins en moins.
Les équipes qui montent de proD2 redescendent en deux trois ans sauf Lyon, Bordeaux, Montpellier etc.

Petit à petit, ça se gentrifie.

  • Manu
    13334 points
  • il y a 5 mois

Comme le bassin Adour-Garonne connaît de plus en plus de crues avec le changement climatique, je suggère aux clubs concernés de se reconvertir dans le water-polo.
Plus sérieusement, j'ai rarement pris autant de plaisir à encourager mon équipe quand elle allait à Biarritz ou Bayonne. L'ambiance y est excellente (je ne parle pas de Pau et son public plutôt agressif). J'en garderais de très bon souvenirs. J'espère que je pourrais en avoir d'autres dans le futur.

Très bon article, est lisible pour les non abonnés.👍🏻

Merci pour ton article.
Je me permets de compléter en disant que depuis l'avènement du professionnalisme, le rugby s'organise et se nourrit économiquement autour des grandes agglomérations, loin du rugby de clocher d'antan. Mais le terroir landais, basque, gersois... sera toujours aussi riche et producteur de talents dans ses écoles de rugby et chez les jeunes!
Le cas de Toulouse est particulier, faisant office de pépinière culturelle et historique et de bassin économique puissant à la fois. Mais si tu regardes de près ou même de loin la situation de l'Aquitaine voisine, beaucoup de régions peuvent envier sa situation, puisqu'elle est le premier fournisseur du Top 14 avec 4 clubs (UBB, AB, Section, SUA) et je parle même pas de La Rochelle, rattachée à la "nouvelle" Aquitaine.
Bref, pour moi, Aquitaine et Midi-Pyrénées resteront encore longtemps les plus gros viviers d'Ovalie et avec pas mal de représentants dans l'élite.

intéressant
même constat que "les centres villes des sous préfectures se désertifient". C'est sûr qu'il faut des millions de masse salariale pour un club donc partant de là... Après on peut toujours rêver au retour de Quillan, un gros industriel issu d'un patelin qui arrose. C'est le schéma Castres ou Clermont, mais plus petit. Ou alors moi, si je gagne à l'euro millions les 200 millions, j'ai 10 ans de budget top 14. Pas bête.

@pedronimo

Ce qui est sûr c'est que quand il y avait 80 clubs dans "l'élite", il y avait beaucoup de clubs abonnés à l'élite.

"Mais JR aurait un atout majeur dans sa poche : la marque BOPB appartiendrait au secteur professionnel et lui permettrait ainsi de jouer n’importe où"

C'est un atout en carton, la marque BOPB se rapportant explicitement a une ville et une région spécifiques, ce n'est pas la meme chose qu'une marque "neutre" comme celles des franchises aux Etats-Unis par exemple. C'est vraiment du bluff de mauvais niveau. S'ils délocalisent ils devront repartir de zéro avec un nouveau nom (ou alors un nom ridicule s'ils essaient vraiment de garder BOPB dedans), et je pense qu'ils le savent tres bien. Tout au plus peuvent-ils empecher un nouveau club a Biarritz de reprendre ce nom ou négocier la revente de la marque, mais c'est difficile de voir comment ils pourraient en tirer un bon prix.

@Cyclotherapon

Tellement hâte de voir jouer le Biarritz Olympique Pays Basque de Dunkerque...

  • Revahn
    19465 points
  • il y a 5 mois
@Team Viscères

Le Basque Olympique? On garde les initiales et ça sonne bien...
Vite, je vais aller déposer ça!

@Revahn

Ça sera plutôt le Gave Olympique.

Je vous demande de m'excuser, je n'ai pas pu finir mon commentaire précédent.
La disparition de ces clubs est de leur seule responsabilité ( ou irresponsabilité, chacun aura son avis)
Le rugby professionnel a vu avant elles, disparaître moultes équipes "historiques".
et en réapparaître d'autres en demande d'histoire.
Donc à part notre nostalgie, qui cela attriste ?

@garcon63

Mais qu'est ce qu'un club, est-ce que c'est vraiment une entité unique et monolithique dont on peut dire "c'est de sa faute"?
Est-ce qu'un club "est" son président? Son actionnaire majoritaire? Son équipe sportive? Ses supporters? Et est-ce que les erreurs des uns sont forcément de la responsabilité des autres... les joueurs sont ils responsables si le club ne trouve pas de nouveau sponsor, les supporters responsables si les joueurs ne sont pas au niveau, l'actionnaire responsable si le staff fait des erreurs?

Quant à ta dernière question, j'ai déjà une réponse assez simple et evidente : les supporters, les joueurs, le "petit" personnel du club, tous ceux qui aiment le club. Le fait que la naissance et la mort des clubs fasse partie de la vie du monde sportif n'enlève rien à la valeur dramatique de la disparition d'un club. D'autant plus étant donné le rôle social d'un club de sport.

@Team Viscères

Comme aurait pu dire le grand Jacques
Faut vous dire Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne joue pas Monsieur
On ne ne joue pas, on compte

@lelinzhou

Brunel?

  • Pianto
    39808 points
  • il y a 5 mois
@Team Viscères

Patrick Brunel ?

C'est un débat sans fin et dont je n'ai sûrement pas la réponse, mais il me semble qu'il existe d'autres alternatives pour améliorer notre 1ere division :

-on peut créer une compétition fermé avec des régions comme les irlandais, mais cela signifierait la fin du Top14 (lol.... Mais bon à envisager), les meilleurs joueurs du pays, ainsi que les Meilleurs ! Joueurs étrangers, pourront jouer dans cette compétition.

-On peut aussi garder le système des clubs, et au lieu de diminuer les équipes, faire un Top 16 en deux ou Top 14.

-L'option du Top 12 .....

-Mais pour moi la meilleur option serait un Top 20, en deux poules avec quarts-de-finale - demi - finale ( tous les matchs sur terrain neutre). Autre formule très intéressante ( moins de match jouer par les joueurs, plus de pause lors des périodes internationale, un plus gros magot pour le diffuseur, plus d'équipes dans l'élite, et donc plus de chance de faire monter des jeunes dans le haut niveau avec également une meilleure visibilité pour la Fédération, ainsi que toujours de très belle affiche en arrivant en quart de finale, car on voit bien aujourd'hui que la course à la qualification ce joue entre 9 voir 10 équipes, un top 20 serait donc parfait).

-réduire la formule de la Coupe d'Europe ? Attention au coup de bâton Celtes et Britanniques .....

-ou une formule Top 14 avec aucune phase finale ! Le vainqueur est le premier du championnat au classement ! Point finale ! Je déteste cette idée mais elle est à prendre....

-Ensuite, beh la roue tourne malheureusement..., et le rugby de clocher pour le haut niveau c'est terminé.

@CastaingST

Pour moi ke top 14 est très bien.
Il faut pas se leurer le rugby de haut niveau appartiendra à des grandes villes ou pour certain des milliardaires.
C'est être pro. 20 clubs ça va tirer lecrugby vers le bas!

@Guyland31120

Excuse-moi, mais je ne peux pas être d'accord du tout avec toi.

Comme je les bien précisé dans mon commentaire, les apports et les bon côté d'un Top 20 en deux poules serait énorme d'après moi, nous sommes au rugby, et le rugby français à le droit d'être parfaitement différent de celui de ces voisins.

Au lieu de le tirer vers le bas comme tu le prétend, le fait de rester à un Top 20 va permettre de faire émerger et grandir plus de joueur internationaux ! c'est une logique.

Plus il y aura d'équipes (avec une certaines limites il ne faut pas abuser non plus) dans notre 1ère division, plus notre XV de France et nos Grands Clubs vivront sereinement la saison en cours.

Mais bon je ne suis qu'un modeste rugbyman ... Pas une grande pompe de la Fédération, ce que j'ai écris n'est que hypothétique.

Mais aujourd'hui il faut clairement revoir notre Top14 ET surtout son calendrier, dangereux pour nos joueurs.

@CastaingST

Le championnat féminin "teste" cette année la formule à 20.
Et ben c'est pas glorieux.
On y voyait déjà des scores fleuve. Maintenant c'est tous les matchs. L'apport pour le diffuseur est négatif, trop de matchs en bois.
Pareil pour le niveau des joueurs/joueuses; on peut lancer des jeunes sur les matchs facile, mais les meilleurs ne vont pas progresser.

@Fidjien sous prozac

Tu compare le rugby feminin qui vient à peine de devenir professionnel avec des budget bien moins important que les pro masculin, on ne peut pas comparer l'incomparable.



Moi je demande bien à voir un top 20 en deux poules de 10 après plusieurs années.



Bien-sûr que si que les joueurs vont progresser... Ce n'est pas parce qu'il va y avoir plus d'équipes que le niveaux va baisser c'est ridicule de penser ça, c'est justement l'effet inverse qui peut se passer avec beaucoup plus de jeunes et de talent en 1 ère divisions qui vont pouvoir ce stabiliser plus facilement.



De plus, un simple multiplex comme le fait canal chaque semaine est largement suffisant pour occuper le public.

On le voit bien de toute façon, aujourd'hui il y a bien 10 équipes dans le top 14 qui sont capables de jouer le titre, la concurrence augmente chaque année.

@CastaingST

Je suis entièrement d'accord avec toi.
Et pour le top 14 (top20)
et pour cette [email protected]#@&& de coupes d'europe en carton....
je fais également le même constat depuis des années....la roue tourne (et comme dirait l'autre : " laroutourne tourne")

Ou est le souci

Derniers articles

News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
Transferts
News