Coupe du monde. Pas de ''passe-droits'' pour les arbitres français, World Rugby assume son choix
En France, la Coupe du monde de rugby verra peu d’arbitres français officier sur ses pelouses à l’automne 2023. Crédit image : capture d'écran YouTube France 3
En France, la Coupe du monde de rugby verra peu d’arbitres français officier sur ses pelouses à l’automne 2023.

Mathieu Raynal en tant qu’arbitre central et Pierre Brousset en arbitre assistant. Voici le contingent d’officiels français qui vadrouillera sur le territoire français à partir du 8 septembre prochain. Pour réagir à cette dynamique nouvelle, le patron de l’arbitrage tricolore, Franck Maciello s’est exprimé auprès de L’Équipe. Dans cette interview, il indique que “World Rugby a l'habitude de travailler d'une Coupe du monde à une autre. Face à la retraite anticipée de certains cadres de la discipline, l’instance internationale n’aurait “pas souhaité les remplacer en cours de cycle.” Faut-il comprendre que la présence de seulement 2 arbitres français n'indique pas une baisse de niveau, mais surtout une question de protocole et d'ordre logique ? 

En réponse à cette prise de parole, Joël Jutge, patron des arbitres à World Rugby, a décidé de confirmer cette idée. Selon lui, il n’y avait aucune raison de faciliter l’arrivée de nouvelles têtes françaises dans la course au mondial 2023. Toujours auprès de L’Équipe, le dirigeant a fait preuve de fermeté. Néanmoins, il avoue qu’il “comprend la déception de Franck” et déclare que le sujet a été discuté “en amont” avec ce dernier. Dans la suite de sa réponse, il évoque le cas de Tual Trainini pour le niveau international tout en argumentant sur sa décision :

Tual (Trainini) est apprécié au niveau international, mais en 2021, Romain Poite, Pascal Gaüzère et Alexandre Ruiz sont arrêtés alors qu'ils faisaient partie du groupe d'arbitres internationaux et Trainini n'apparaissait nulle part à ce moment-là. Il a intégré le niveau international depuis, mais sans la passerelle des moins de 20 ans ni les autres passerelles classiques. D'autres arbitres méritaient leur place. Pierre Brousset par exemple, qui est arrivé avant Trainini dans notre groupe et est passé par toutes les passerelles. Ce n'est pas parce que la Coupe du monde a lieu en France qu'il y a des passe-droits pour les Français.

RUGBY. Les arbitres pour la Coupe du monde connus : seulement 2 Tricolores, première historique pour Joy NevilleRUGBY. Les arbitres pour la Coupe du monde connus : seulement 2 Tricolores, première historique pour Joy Neville

2023, l’année creuse des arbitres français ?

Loin de la diaspora tricolore observée en 2019, l’arbitrage français a pris un nouveau coup derrière la tête avec cette annonce. Les départs ou reconversion de certains cadres des sifflets nationaux et les débats autour de la professionnalisation n’ont rien arrangé ces derniers mois. D'autant plus, les dernières échéances mondiales furent l’occasion de montrer l’excellence française en la matière. Le point d’orgue de l’arbitrage hexagonal ayant été la présence de Jérôme Garcès en tant qu’arbitre central lors de la finale de la Coupe du monde 2019, succédant à l’iconique Nigel Owens.

RUGBY. Un Tricolore dans le XV de rêve de Nigel Owens, auriez-vous choisi le même ?RUGBY. Un Tricolore dans le XV de rêve de Nigel Owens, auriez-vous choisi le même ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • JC83
    4220 points
  • il y a 1 an

La justification de Joël Jutge à propos de la non-sélection de Trainini est proprement sidérante ! En clair c'est le meilleur actuellement mais il ne participera pas à la Coupe du Monde parce que d'autres arbitres sont arrivés avant lui ! 😱
C'est un peu comme si Galthié s'était passé de Villières sous prétexte qu'il n'avait pas fait toutes les sélections chez les jeunes...
On comprend mieux le niveau actuel des arbitres français avec un tel raisonnement de la part de leur "chef"...

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News
News