RUGBY. VIDEO. Le jour où Henry Tuilagi a terrorisé Schalk Burger et les Springboks
En 2007, Henry Tuilagi avait marqué physiquement les Springboks.
Pour Schalk Burger, le joueur le plus effrayant de la planète évoluait en Top 14. La seule fois où il a eu peur sur un terrain, c'était face à Henry Tuilagi.

Vous vous souvenez de Schalk Burger ? Ce flanker sud-africain à la mâchoire proéminente, la tête de tueur et l'agressivité aussi grande que sa crinière était blonde. L'un des plus grands chiens fous de l'histoire de ce jeu depuis qu'il est passé professionnel, comme l'évoquait Dan Carter il n'y a pas si longtemps pour RugbyPass. Et c'est sur RugbyPass toujours que Burger, 86 capes avec l'Afrique du Sud, s'est confié non sans humour cette semaine. Le meilleur joueur du monde 2004 a révélé l'une des seules fois où il a eu peur sur un terrain. C'était face aux Samoa, lors du Mondial 2007, en France.

RUGBY. XIII. Oubliez Dusautoir ou Burger, le capitaine des Dragons Catalans réussit 50 plaquages en moins d'une heure !RUGBY. XIII. Oubliez Dusautoir ou Burger, le capitaine des Dragons Catalans réussit 50 plaquages en moins d'une heure !

Ce jour-là, en tant que flanker des Springboks, l'ancien joueur des Saracens eut la lourde tache de se coltiner Henry Tuilagi, le numéro 8 et fer de lance des hommes du Pacifique. "Il était probablement la chose la plus effrayante que j’ai jamais vue sur un terrain de rugby", explique-t-il. L'homme aux 86 sélections évoque également de la crainte qu'inspirait l'ancien troisième ligne de l'USAP, dans les rangs sud-africains. Notamment chez son arrière Butch James, pourtant réputé pour sa vaillance, ou encore chez Victor Matfield, "en train de paniquer" dans le couloir menant à la pelouse à la vue du colosse samoan (1m85 pour 128kg).

Une réaction compréhensible, d'autant que sur le terrain, Tuilagi leur en avait fait voir de toutes les couleurs. Malgré la large victoire des Boks (59 à 3) et un quadruplé de Bryan Habana, le grand frère de Manu avait marqué physiquement les Boks, et notamment Burger justement, mais aussi Dannie Rossouw ou Juan Smith. Schalk toujours : "Il venait droit sur moi, donc je me suis mis de côté (et me suis accroché à lui). J’ai roulé sur son dos comme sur un taureau. Il m’a tracté en me retournant au moment, j’ai vu Danie Rossouw sur les fesses. C’était tout simplement incroyable." Après le match, les deux joueurs finiront par boire une bière ensemble et quelques semaines plus tard, Burger et ses coéquipiers devenaient champions du monde. Henry Tuilagi, lui, rejoignait donc l'Hexagone dans la foulée, où il martyrisera bien d'autres joueurs du Top 14. Retraité depuis 2015, il est resté dans le Languedoc pour couler des jours heureux.

Et aussi : 

TOP 14. USAP. 1,92 mètre pour 149 kg : Posolo Tuilagi est un bébé hors normesTOP 14. USAP. 1,92 mètre pour 149 kg : Posolo Tuilagi est un bébé hors normes

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Sissa
    1392 points
  • il y a 10 mois

@pascalbulroland
En fait il y avait eu 59-7 et non 59-3, et le premier essai marqué par les... Samoans dans une 1ère mi-temps où ils ont effectivement très fortement bougé les sudafs (9-7 à la 31e et exploit individuel de Habana qui scelle un peu le match), marqué notamment par un attentat de Burger inexplicablement sanctionné d'une simple pénalité... l'arbitre ayant globalement été le 16eme joueur de boks en première mi-temps.

Le problème de cette équipe samoane coachée par Michael Jones est qu'elle était totalement désorganisée et ne vivait que par ses individualités (les frères Tuilagi, surtout Henry monstrueux cette année là, Johnston, Lemi dans une moindre mesure), les mecs faisaient mal évidemment mais n'arrivaient à mettre aucune continuité et explosaient physiquement assez tôt dans les matchs. Les manu samoa de 2011 étaient bien supérieurs et auraient dû aller en quarts.

Derniers articles

News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
News
News
News