VIDEO. RUGBY. A l'image des grands, l'équipe de France universitaire à 7 devient championne du monde !
L'équipe de France universitaire de rugby à sept à été sacrée championne du monde ! Crédit photo : FFSU / Guillaume Mirand
C'est un rêve éveillé qu'ont vécu les jeunes joueurs de l'équipe de France universitaire lors des championnats du monde de rugby à sept, le rugby français se porte bien !

Un parcours sans faute !

Ce mercredi 12 juin, l'équipe de France universitaire de rugby à sept a soulevé le trophée de champion du monde, à Aix-en-Provence. Un petit exploit qui montre à quel point le vivier du rugby tricolore se porte bien. 

Sans jamais perdre le fil, ces jeunes joueurs qui évoluent dans différents échelons du rugby ont porté haut en couleur le drapeau français ! Thibault Santoro, numéro 5 de cette équipe (ouvreur) et étudiant à l'EM Lyon, est revenu sur cette expérience au lendemain de la victoire. 

Le joueur de Narbonne, qui totalise sept matchs en Nationale 1 cette saison, explique que la victoire est aussi due à une préparation bien léchée : "On a eu de la chance, car on a pu faire deux stages de préparation, fin avril et à une semaine de la Coupe du mondeC'était dédié pour la compétition et à Marcoussis, c'était super !"

Ce dernier nous explique le format, qui est un vrai casse-tête pour le staff : "On était 14 en stage, mais nous ne sommes partis qu'à 12 et nous n'avons pas la possibilité de rappeler des mecs en cas de blessure. Au final, on a fini à 10 avec deux blessés donc il fallait gérer la fraîcheur des mecs, ce n'était pas simple."

Sur trois jours de compétition, les jeunes tricolores n'ont pas connu la défaite, avec deux victoires le premier jour face au Chili (35-12) et à l'Inde (62-0). Bis repetita le deuxième jour, avec une adversité plus élevée certes, mais deux succès assurés contre l'Australie (39-18) et le Japon (17-10). Santoro nous raconte ces quatre premières rencontres : 

"En poule, on commence par le Chili, qui est accrocheur, mais c'était le premier match et on gagne sans vraiment réussir. Le deuxième jour, c'est monté en gamme avec l'Australie, et surtout le Japon, qui nous a surpris. Ils sont très en place, ils jouent très bien au rugby et on a gagné de peu, c'était une belle partie."

Premiers à l'issue des phases de poules, les Bleus affrontent les redoutables Pumas en demi-finale, mais gagne largement 38-12, bien que le score ne reflète pas la physionomie du match : "Ils étaient comme le Chili, très accrocheurs, mais en jouant mieux au rugby. Pas mal de choses nous ont réussis et ça s'est plutôt bien goupillé pour nous, dans l'envie, on a été très présent. Pourtant, il n'y avait pas un gros écart de niveau avec eux, mais on a sorti un gros match."

Ensuite, pour la finale, les Tricolores ont affronté leur homologue de l'Afrique du Sud, et ont réussi à prendre le meilleur d'une seule marque, 22-15. Les Springboks avaient "de grosses individualités, beaucoup d'appuis et étaient très bons en un contre un", mais pas suffisamment pour renverser nos jeunes français. 

 

Très remarqués durant le tournoi, Lewis Noon (Brive) et Lucas Oudard (ASM Clermont) étaient les deux capitaines de la formation française ! Pour les filles, une belle cinquième place a été acquise face à l'Afrique du Sud, qui réussit bien à la France. 

Félicitations à l'ensemble du groupe tricolore, mais aussi aux entraîneurs et au staff ! 

RUGBY. TRANSFERT. TOP 14. Montpellier veut sécuriser ce solide Wallaby pour caler sa mêléeRUGBY. TRANSFERT. TOP 14. Montpellier veut sécuriser ce solide Wallaby pour caler sa mêlée

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Lewis, fils de Jamie ?

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News