RESUME VIDEO. Biarritz/Bayonne. Prolongations, tirs au but, jamais un match nul n'aura été si intense
Suspense insoutenable lors du derby basque entre Biarritz et Bayonne.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Ce derby basque entre Biarritz et Bayonne restera dans toutes les mémoires par son scénario à la fois tragique et exceptionnel.


On savait que ce match resterait dans l'histoire. Et pour cause, les deux clubs basques s'affrontaient pour une place en Top 14. Ce qu'on ne savait pas, c'est qu'en dépit d'un score sans essai, cette rencontre nous ferait vibrer bien au-delà du temps réglementaire. Tous les acteurs y ont mis tout leur cœurs mais n'ont plus se départager après 80 minutes. Ni même après deux périodes de prolongations. Des points ont été laissés en route de part et d'autres. Les Bayonnais pourront regretter cette ultime occasion face aux perches à la 80e qu'ils n'ont pas su transformer, en tentant un drop par exemple. C'est finalement au pied que le ticket pour l'élite a été décerné. Cinq partout après la première série de tirs au but. Puis un premier échec d'un Bayonnais. À la mort subite, c'est le BO qui a tiré le gros lot.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

C'était plutôt l'intensité de l'ennui, surtout pour ceux qui n'étaient pas Basques...

Pourtant, ce scénario était écrit, ça ne pouvait que se finir comme ça après le ridicule du pichrocolesque projet de BO Lillois..
Il fallait que l'auto-destruction du rugby pro basque aille de l'avant, et fasse l'objet d'une belle fete diffusée partout.
C'était le destin, que j'avais bizarrement intuité (en général je suis plutot mauvais) avant même la dernière journée de Top14 et la finale ProD2 (dans https://www.lerugbynistere.fr/news/spoiler-on-a-vu-la-finale-de-prod2-avant-tout-le-monde-pour-vous-0306211806.php?comment=433674).
Le rugby de clocher n'est pas mort, tant mieux pour le rugby, tant pis pour les paillettes.

Erreur dans le titre : Prolongations, tirs au but, jamais un match nul n'aura été aussi...NUL, parait plus approprié.

  • jojo7
    3814 points
  • il y a 1 mois

Chanter , danser , fête l'évènement c'est bien mis attention au réveil . Demain sera un autre jour . Il va falloir mettre la main au portefeuille sinon l'aventure Agenaise pourrait bien se renouveler au BO . Cela dit le folklore ne doit pas disparaitre . Bien au contraire !

  • AKA
    53340 points
  • il y a 1 mois

@de1a15 A peu près de ton avis! Étant insensible à tout ce folklore je suis bien content de ne pas avoir gaspillé mon après-midi devant ce spectacle! Les Biarrots ont tout l été pour faire la fête, les Bayonnais pour digérer! Après il faudra tous le savoir faire de l’ Indien pour ramener la même ferveur à Aguilera quand il faudra ferrailler contre les « légions » du Top14 sous le crachin hivernal! Pour l’ Aviron la dirigeance devra s’ interroger sur l’ avenir A suivre...

  • de1a15
    356 points
  • il y a 1 mois

Chanter, s’amuser sont bien les particularités du rugby basque.
La dualité de voisinage entre ces deux clubs fait partie des us et coutumes.
Qui pourrait rester insensible à ce contexte ?
Et puis, pffffiiiiit, plus rien….
Mais que s’est-il donc passé ?
Serait-ce le déconfinement ?
L’enjeu économique ?
Le commentateur TV qui n’a de cesse de nous répéter que c’est le match du siècle ?
Les fautes techniques inhabituelles des joueurs ?
Quoi qu’il en soit, le spectacle fut aussi pauvre que les interrogations nombreuses, au point d’en devenir comique.
Aucune raillerie dans mes propos, tout au plus l’expression d’une simple tristesse.
Alors, AB ou BO, que votre rugby retrouve ses chants et ses joies pour la saison prochaine.

Derniers articles

News
News
News
Transferts
News
News
Transferts
News
News
News
News