XV de France. Comment Matthieu Jalibert a dynamité la défense japonaise lors de son entrée ?
Matthieu Jalibert a été étincelant lors de son entrée en jeu face au Japon.
Grace à ses appuis, sa vitesse et sa vista, Matthieu Jalibert a réalisé une entrée sublime face au Japon. Peut-il rebattre les cartes à l'ouverture ?

Facteur X, match-winner ou électron libre, appelez-le comme vous voudrez mais soyons raccords sur une seule et même chose : les entrées de Matthieu Jalibert en Bleu forcent le respect. Ce dimanche encore face au Japon, le Bordelais a réalisé 20 grosses minutes détonnantes, qui contrastaient avec un Romain Ntamack assez terne et pas franchement dans son assiette dans son jardin, obligé de le quitter sanguinolent à l’heure de jeu. 

Ntamack, Jalibert et manque de jeu : les réseaux sociaux critiquent la victoire de la France face au Japon !Ntamack, Jalibert et manque de jeu : les réseaux sociaux critiquent la victoire de la France face au Japon !

Jalibert, puisque c’est de lui qu’on cause, fut tout simplement électrique sur chacune de ses prises de balle, au Stadium. Dans la salle de réception de gala du Stade Toulousain, l’ouvreur de 24 ans n’a pas fait de jaloux en collant à la fois si bien à l’ADN de jeu des Rouges et Noirs, et en utilisant son pied à merveille. Dans un stade dédié principalement au football, ça se s’invente pas. C’est d’ailleurs grâce à sa patte droite que  "Matt" fit sauter le verrou nippon à plusieurs reprises. Par deux fois grâce à des jeux au pied par-dessus bien sentis, qu’il apprécie tant. Si à 7, l’Argentin Marcos Moneta a fait des jeux au pied à suivre sa marque de fabrique, le Tricolore est en train de faire des "little kicks" la sienne. 
Lui qui fut décisif sur la deuxième réalisation de Penaud après un numéro sur plus de 50 mètres dans le fermé, mais également à l’initiative de l’essai de Jelonch et celui finalement refusé à Danty. Cette fois grâce à ses appuis déroutants, vers l’intérieur du terrain. Avant de terminer la rencontre par un sublime 50/22, tout en décontraction, alors que son équipe, lessivée, peinait à trouver de l'avancée. Le tout en 24 minutes, s’il vous plaît…

La relance du débat de l’ouvreur des Bleus ? 

Alors au sortir d’une performance remarquable en si peu de temps de jeu - face à un adversaire qui lui sied à merveille -  et à la suite de deux entrées déjà remarquées face à l’Australie et l’Afrique du Sud, Jalibert peut-il (à nouveau) rebattre les cartes concernant le poste d’ouvreur chez les Bleus ? Sur le papier, au regard des différences de forme cet automne entre Ntamack et lui, la thèse se défend. Mais dans les faits, Jalibert n’a t-il pas encore accru cet intense profil de  "finisseur" idéal qui lui colle à la peau en sélection ? Cela a tout pour y ressembler. Face à un NTK qui, s’il n’a pas ses appuis et sa vitesse, possède néanmoins un profil plus "international" que le Girondin. Un peu comme Julien Marchand et Peato Mauvaka, quelques crans plus hauts… 
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Yonolan
    180967 points
  • il y a 1 an

Comparer les mérites respectifs de deux joueurs évoluant au même poste anime bien souvent la famille du rugby. Et pas qu’elle d’ailleurs
En sachant d’ailleurs que cette question n’a pas forcément de réponse indiscutable ; un fond de réalité palpable s’associe forcément à de l’affectif, voir du clanique « club »
Mais on aime ce genre de débats
Oui parce que les supporters d l’EDF sont aussi, pour beaucoup, des supporters de club
Et qu’un supporter ne voit que le joueur évoluant sur le terrain et pas le joueur évoluant dans le groupe France
Et qu’un entraineur (pardon manager) lui peut prendre en compte toutes ces composantes, rajoutées à ses aprioris humains
Tous les managers privilégient l’équipe par rapport au joueur et cela peut paraitre totalement légitime
Mais pas quand on fait prendre des risques physiques à un joueur
Et Galthié ne fait pas exception à cette règle
On se souvient du dos de Toto lors de la dernière CDM et le risque qu’on lui a fait prendre, passant à deux doigts d’une opération très lourde, tandis qu’on renvoyait Ramos pour un mollet que l’air de Toulouse a réparé en quelques jours…
Galthié a mis tout ça sur le dos de pépère Brunel … ouf mais pour beaucoup ça ne tient pas la route
Pour Cyril Baille après une longue blessure et quasiment pas de temps de jeu, on le remet directement dans la très haute intensité avec enchainement de matchs ?
Juste parce qu’on l’estime indispensable à son poste ? Comme Toto lors de la dernière CDM ?
Cette prise de risque n’aurait pas dû exister
Pour Ntamack, lui il n’y avait aucun risque physique juste pas de matchs depuis longtemps
On nous vante son côté robocop, maitre absolu de ses sensations et de son mental
On oublie juste que ça reste un garçon de 23 ans qui même s’il fait preuve de grande maturité n’est pas un surhomme
Là le seul risque était qu’il n’en soit pas en totalement confiance et qu’il n’ait pas encore retrouvé son niveau, à lui faire sauter tous les paliers normaux pour une reprise
On ne peut pas dire que ses matchs furent exceptionnels et qu’il a retrouvé sa totale dimension
Bon il va rentrer dans sa famille toulousaine et aura surement largement le temps, avant les nouvelles convocations, de se refaire une santé dans ce cocon plus protecteur
Pour Jalibert c’est plus délicat
Non pas parce qu’il avoue avoir pour modèle cet anglais Owen Farrell
Bin sur il y a eu ce geste de chambrage sur Dumora
Ce n’est pas le geste qui est grave, après tout ,et il aurait été même anecdotique
Si il n’y avait pas eu sa déclaration de fin de match
« Non mais en fait, j’étais content. J’ai couru et sans faire exprès, j’ai percuté l’arrière Dumora, et voilà. Il l’a un peu mal pris. »
Réaction stupide quand il sait que tout est filmé ..
Et que penser de son tweet a froid
Je m'excuse s'il me voit. Ce n'était pas forcément volontaire. C'était dans l'euphorie, je ne l'ai pas vu et on s'est percutés. Après, il y a un petit chamaillage, mais ce n'était pas voulu. Ce n'est pas des belles images que l'on veut voir dans notre sport. Je m'excuse auprès de lui, je n'ai pas pu lui dire à la fin. j'espère qu'il ne m'en veut pas.
Bon ce n’est pas le premier joueur qui ment
On se souvint d’un autre Mathieu : Bastareaud et l’épisode de la table
Contexte beaucoup plus lourd qui en mit en branle le gouvernement NZ ; Bastareaud a été pris par la patrouille, sanctionné
Nul doute que cet épisode fut très formateur et qu’il a su apprendre de cette erreur pour devenir l’homme est ; tout le mérite lui revient
Je me suis toujours méfié quand on laisse passer
On voit ce que le sentiment d’impunité a pu faire dans les hautes sphères du rugby français…
On ne sait pas exactement à l’extérieur quel fut le rôle de Jalibert dans l’épisode Urios
Mais on sait en début d’année qu’il s’est exprimé dans la presse pour s’exprimer sur la faiblesse du recrutement de l’UBB s’attirant les foudres de son président et son recadrage mesurédans la presse
« J’aime bien ce que disent les Anglais : « Les joueurs jouent, les entraîneurs entraînent, les présidents président ».. . On a un recrutement correct mais qui ne transforme pas l’équipe, on en est conscients. »
Et puis Matthieu Jalibert a certainement d’autres sujets de préoccupation comme celui d’être titulaire en équipe de France par exemple. Il en a le potentiel. Pour qu’il le devienne, ça passe par de grosses prestations en club. »
La question n’est pas de savoir si Jalibert avait raison ou pas ; mais le fait qu’il s’exprime dans la presse et qu’il ne reste pas à sa place
Ça personne n’aime et encore moins en DF
La liste est longue des joueurs blacklistés parce qu’ils l’avaient ouvert…
Alors surement que Jalibert n’est pas l bon soldat qu’est Ntamack et qu’il peut y avoir un pouvoir de nuisance vu du staff
Aujourd’hui il est le numéro 2 et cette situation semble permettre au staff de le gérer et d’éviter les problèmes qui pourraient arriver si il était conforté en numéro 1
Vous pensez que j’exagère ?
Voici la déclaration de Lucu après le match contre le Japon
« Les rôles sont clairs, assure son coéquipier à l'UBB Maxime Lucu. Et Matthieu ne fera pas de vagues, contrairement à ce que j'entends ici ou là. En équipe de France, on n'a pas le droit d'avoir des états d'âme.
Les deux mois qui arrivent vont livrer la réalité terrain de ces deux joueurs
Et si les deux se tiennent, et hors blessures, je ne vois pas de changement en vue
A Jalibert de travailler sur lui pour montrer que ces comportements de starlette sont désormais du passé et apporter de sérieuses garanties au staff de l’EDF

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News