Tournoi des 6 Nations. Angleterre-Irlande, le match le plus important pour les Bleus ?
L'Angleterre reçoit l'Irlande ce samedi à Twickenham.
Ce samedi, l'Angleterre reçoit l'Irlande à Twickenham (17h45). Un match entre deux concurrents directs à l'équipe de France, qui suivra ce match avec énormément d'attention.

Dans l'Hexagone, tous les yeux sont rivés sur le match de ce vendredi soir, et le déplacement de l'équipe de France à Cardiff pour y défier le Pays de Galles, et ce bien évidemment à juste titre. Mais si l'on devait objectivement désigner LE choc de cette quatrième journée du Tournoi des 6 Nations, on pencherait pour l'Angleterre-Irlande de ce samedi, qui aura lieu sous les coups de 17h45 à Twickenham. Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que le perdant de cette rencontre devra dire adieu à ses rêves de victoire finale. A contrario, le vainqueur deviendra alors le principal adversaire de la France pour le titre tant convoité. De leur côté, les Bleus seraient bien inspirés de gagner à Cardiff, histoire de regarder sereinement l'affrontement des deux nations anglo-saxonnes, et s'éviter de faire des calculs d'apothicaires. On peut s'avancer sans problème en disant que cet Angleterre-Irlande est un match primordial pour la bande à Fabien Galthié.

6 Nations. Angleterre. Marler s'attend à ''une belle bagarre de bar propre'' face à l'Irlande6 Nations. Angleterre. Marler s'attend à ''une belle bagarre de bar propre'' face à l'Irlande

Il suffit de jeter un œil au classement de ce Tournoi des 6 Nations pour comprendre l'importance de ce choc entre Britanniques et Celtes aux conséquences directes pour les Bleus. Respectivement 2èmes et 3èmes, Irlandais et Anglais n'ont subi chacun qu'un seul revers. Pour le XV du Trèfle, cela remonte à la deuxième journée et cette défaite au Stade de France (30-24) au terme d'une rencontre à l'intensité folle. Pour les hommes d'Eddie Jones en revanche, elle est survenue dès l'entame de sa campagne hivernale, en Écosse. Ne manquant pas de faire naître les critiques outre-Manche alors que les hommes de Sa Majesté semblaient avoir la partie en main. Vous l'aurez compris, bien malin celui qui peut, à l'heure d'écrire ces lignes, désigner avec certitude le vainqueur de la partie. Un favori ? Allez, on se risquera à mettre une piécette sur l'Irlande mais sans grande conviction. Pourquoi ? Parce que les joueurs d'Andy Farrell restent sûrement l'une des meilleures équipes au monde aujourd'hui. Avant cette défaite en France, les hommes en verts restaient sur une impressionnante série de 9 victoires de rang, dont une contre les Blacks en novembre dernier. Dans ce Tournoi des 6 Nations ? Une première victoire face au Pays de Galles, logique, ne souffrant d'aucune contestation et impressionnante de maîtrise. Puis ce revers en France avant de martyriser une Italie trop amoindrie, dans ce qui pouvait s'apparenter, on ne va pas se le cacher, à une parodie de rugby.

RÉSUMÉ VIDÉO. 6 Nations. L'Irlande inscrit 9 essais et pulvérise des Italiens rapidement réduits à 13RÉSUMÉ VIDÉO. 6 Nations. L'Irlande inscrit 9 essais et pulvérise des Italiens rapidement réduits à 13

Quant aux Anglais ? Eh bien, aussi étonnant que cela puisse paraître, les coéquipiers de Maro Itoje, qui n'ont pas vraiment convaincu depuis le début de l'édition, sont toujours en course pour une victoire finale. Car on le sait, même moins bien ou dos au mur, les coéquipiers de Marcus Smith restent un adversaire redoutable qui sait aller puiser des ressources pour renverser des situations parfois désespérées. Après une entrée en matière manquée en Écosse, le XV de la Rose et surtout son entraîneur Eddie Jones, ont été sous le feu des critiques outre-Manche. Le sélectionneur, dans une position inconfortable, s'était notamment vu reprocher son coaching et cette sortie prématurée de Marcus Smith à un quart d'heure de la fin, alors que les Anglais, emmenés par le joyau des Quins, maîtrisaient leur sujet. La rencontre en Italie fut poussive de même que celle à domicile contre le Pays de Galles. Après 50 minutes à leur main, les Anglais se sont fait peur, laissant le XV du Poireau revenir en fin de match et qui a même pu entrevoir la victoire sur la dernière possession, avant qu'un grattage salvateur d'Itoje ne vienne mettre fin à leurs espoirs.

Bref, une Angleterre fébrile qui nous fait penser qu'elle aura du mal à se dépêtrer d'une Irlande sûre de sa force. Mais comme écrit plus haut, les Anglais possèdent une grosse force de caractère. Et pourraient être galvanisés à l'idée que s'imposer ce samedi leur offrirait une finale face à la France à Saint-Denis. Et face à leur meilleur ennemi, seuls contre tous, les Anglais pourraient bien prendre un malin plaisir à venir nous gâcher la fête, une motivation décuplée par l'évènement. Pour en revenir à nos moutons, autre facteur qui pourrait s'avérait déterminant ce samedi, les Anglais jouent à domicile, dans un Twickenham qui risque être bouillant. De quoi rebattre considérablement les cartes.  

6 Nations. Les médias écossais aux anges, Eddie Jones sous le feu des critiques en Angleterre6 Nations. Les médias écossais aux anges, Eddie Jones sous le feu des critiques en Angleterre

Les Bleus supporters de l'Angleterre ? 

On ne va pas se mentir, une victoire de l'Angleterre arrangerait considérablement les Français. Pourquoi ? Déjà parce qu'un succès de l'Irlande obligerait les partenaires d'Antoine Dupont à faire un sans faute sur les deux matchs restants. On s'explique. Si la France venait à perdre ce vendredi au Pays de Galles, celle-ci viendrait à souhaiter une défaite des Irlandais. Car grâce à leur large victoire face à des Italiens rapidement réduits à 13 puis 12 en fin de match, les coéquipiers de Jonathan Sexton ont soigné leur goal-average (bien supérieurs à celui des Bleus). Ils leur resteraient la réception de l'Écosse à Dublin et sans manquer de respect aux Scots, le XV du Trèfle devrait, surtout avec l'obligation de résultat, s'imposer. En gros, que l'on soit clair, si l'Irlande et la France venaient à terminer toutes deux à une défaite, ce serait l'Irlande qui très probablement raflerait le Tournoi.

En revanche, une victoire des Anglais, et les Bleus auraient alors encore leur destin entre leurs mains, peu importe le résultat à Cardiff, le dernier match opposant ces deux équipes. Dès lors, une victoire face aux Anglais ce 19 février leur permettrait de glaner un premier titre depuis 12 ans. Bref, le microcosme rugbystique français risque soutenir la bande à Jones ce samedi et les supporters les plus chauvins devront mettre de côté leur désamour pour l'Angleterre durant quelques heures. Quand on vous dit que ce match aura une importance capitale pour la suite du parcours des Bleus.

RÉSUMÉ VIDÉO. 6 Nations. Le Pays de Galles a fait douter l'Angleterre jusqu'au bout mais s'inclineRÉSUMÉ VIDÉO. 6 Nations. Le Pays de Galles a fait douter l'Angleterre jusqu'au bout mais s'incline

Les compositions 

Concernant les compositions d'équipe, cela reste du grand classique, si l'on enlève les blessés déjà connus. Fait notable, Sam Simmonds a été préféré en 8 à Alex Dombrandt côté anglais, alors que Jonathan Sexton fait son retour à l'ouverture en Irlande. 

Angleterre
1
Genge
2
George
3
Sinckler
4
Itoje
5
Ewels
6
Lawes (cap)
8
Simmonds
7
Curry
9
Randall
10
Smith
11
Nowell
12
Slade
13
Marchant
14
Malins
15
Stewart
16
Blamire
17
Marler
18
Stuart
19
Launchbury


20
Dombrandt
21
Youngs
22
Ford
23
Daly
Irlande
1
Healy
2
Sheehan
3
Furlong
4
Beirne
5
Ryan
6
O'Mahony
8
Doris
7
Van Der Flier
9
Gibson Park
10
Sexton
11
Lowe
12
Aki
13
Ringrose
14
Conway
15
Keenan
16
Herring
17
Kilcoyne
18
Bealham
19
Henderson


20
Conan
21
Murray
22
Carbery
23
Henshaw
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Quand on voit ce qu'ont montré les 2 équipes depuis le début du tournoi, je pense que les Irlandais vont gagner ce match, et plutôt facilement (Et j'espère qu'ils feront mal à Smith, si arrogant).
En effet, les Irlandais sont plutôt constants et très en forme depuis le début du tournoi (seulement battus par de très bons bleus), quand les anglais sont bien en-deça de leur niveau. On dirait les bleus sous Noves, qui n'arrivaient jamais à marquer d'essais et gagnaient uniquement contre les italiens et contre les équipes faisant beaucoup de fautes (comme les anglais contre les gallois).

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News