Top 14. Gonzalo Quesada fustige l’arbitrage, que risque-t-il avec ces accusations ?
Dans des propos largement relayés par les médias, l’entraîneur parisien Gonzalo Quesada a porté de graves accusations à l’encontre d’un arbitre.
Dans des propos largement relayés par les médias, l’entraîneur parisien Gonzalo Quesada a porté de graves accusations à l’encontre d’un arbitre.

Ce samedi 18 février, l’Aviron Bayonnais accueillait le Stade Français Paris à Jean Dauger. Sur son terrain, le club basque a arraché une précieuse victoire et confirme son invincibilité retentissante à domicile. Durant le match, les joueurs et divers faits de jeu ont donné du travail à Vivien Praderie, arbitre central de ce match. Après le match, une personne en particulier a fait savoir qu’il n’avait pas apprécié les décisions de l’officiel, il s’agit de Gonzalo Quesada. Alors qu’il échappait tout juste à une suspension ce mercredi 15 février, l’Argentin n’a, encore une fois, pas eu sa langue dans sa poche. Face aux journalistes, il a affirmé que “ce qu’il s’était passé était presque scandaleux”. Par la suite, il a affirmé que certaines décisions de l’arbitre ayant travaillé un temps à Biarritz étaient “dur et injuste”.

Selon des propos rapportés par Eurosport, l’entraîneur du Stade Français continue en déclarant ceci : 

C’est difficile d’arbitrer quand on a grandi au Pays basque et qu’on connaît l’ambiance à Bayonne comme M.Praderie… On sait que c’est difficile de ne pas se laisser influencer. Maintenant, ne pas sortir un carton jaune après les 4-5-6 fautes sifflées d’affilée et après leur donner la pénalité à la fin pour un joueur à nous qui ne sort pas du plaquage, alors que ce n’est pas le cas, et que cela décide du résultat du match.[…] On savait que ce serait dur pour Vivien. Je le connais, j’ai entraîné Biarritz. Il fait la bise à tous les joueurs biarrots. Il sait que tout le monde dit qu’il est de Biarritz et le faire venir arbitrer ici à Bayonne était compliqué pour lui. La dernière fois que nous avons perdu à Bayonne, il y a deux ans, je vous laisse deviner qui arbitrait. Il n’y avait pas grand-chose à voir, mais c’est dur. Aujourd’hui, la défaite ne dépend pas que de nous et je ne peux pas me taire.”

RUGBY. 15 de France. Gonzalo Quesada rétablit la vérité et fait taire les rumeurs !RUGBY. 15 de France. Gonzalo Quesada rétablit la vérité et fait taire les rumeurs !

Paris sans Gonzalo Quesada pour un moment ?

Par ailleurs, la séquence pointée du doigt par Gonzalo Quesada est inexacte. L’instant du match où les pénalités se sont enchaînées se situe entre la 73ᵉ et 77ᵉ minute du match. Ses phases de mêlées seront par ailleurs suivies d’un essai parisien. En tout et pour tout, il y a eu 3 pénalités, ainsi qu’un coup franc, sifflées sur ses mêlées. Sur le match, les Parisiens ont commis plus de fautes que les locaux (15 pour le Stade Français et 13 pour l’Aviron Bayonnais) sans recevoir un quelconque carton. Mais au-delà de l’analyse factuelle des déclarations de Gonzalo Quesada, le manager parisien peut-il risquer une sanction ?

Habituellement, la commission de discipline ne traite que de ce qu’il se passe sur ou à proximité du pré, mais pour ces sujets-là, il n’est pas rare que ce cadre s’élargisse. Si la prise de position de Gonzalo Quesada n’a pas eu lieu sur le terrain et a été faite via une conférence de presse, ses paroles peuvent néanmoins être sanctionnées. En décembre 2016, la LNR avait directement saisi la commission de discipline envers le manager de Grenoble de l’époque, Bernard Jackman. À l’époque, la sanction avait été lourde puisque le membre du staff avait reçu une suspension de 6 semaines. Son club, lui, avait dû payer une amende de 50 000 €, dont 40 000 € de sursis.

6 Nations. Pourquoi le 15 de France a du mal à s'adapter à l'arbitrage ? L'explication d'Alexandre Ruiz6 Nations. Pourquoi le 15 de France a du mal à s'adapter à l'arbitrage ? L'explication d'Alexandre Ruiz

Pour cause, l’article 1.8 du Chapitre 4 des statuts et règlements généraux de la LNR stipule que les acteurs du rugby professionnel français doivent s’astreindre à un droit de réserve. C'est-à-dire qu’ils ont “l’interdiction de manifester ostensiblement son désaccord” avec les décisions du corps arbitral, “sur et en dehors du terrain.” Les sanctions pour ce manquement au règlement sont très larges et peuvent aller d’un simple blâme à une radiation pure et simple, en passant par des amendes. D’autant plus, Gonzalo Quesada pourrait jouer gros au vu de son passif. Il avait notamment été convoqué devant la commission de discipline le mercredi 15 février dernier. En 2020, l’Argentin avait déjà été condamné à un mois de suspension hors des terrains pour “manque de respect envers l’autorité d’un officiel de match”.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Ce n'est pas la première fois que je vois Quesada faire cela. C'est minable. J’espère qu'il n'aura jamais rien à faire avec l'EDF.

Derniers articles

News
Transferts
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
News