RUGBY. Toulon. Sous escorte policière, l'anecdote complètement maboule avant la finale de Challenge Cup
Gilles Panzani déclare qu'il s'agit de sa plus grosse boulette en 30 années passées à accompagner Toulon en Top 14 et en Europe.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Avant d’affronter Lyon en finale de Challenge Cup à Marseille, l’intendant du RCT Gilles Panzani a eu une belle frayeur.

Il est l’homme d’un club. Après 30 ans de bons et loyaux services, Gilles Panzani quitte le Rugby Club Toulonnais. L’intendant du club laissera donc le club varois vide de ses petites habitudes et attentions. Pour rester aussi longtemps à ce poste au sein du club triplement champion européen, l’aspect irréprochable de l’homme ne fait pas l’objet de beaucoup de doute. Pourtant, à quelques matchs de sa retraite bien méritée à 72 ans, le Toulonnais a commis “la plus grosse connerie” de sa carrière. Ainsi, il a raconté à Var-Matin cette anecdote absolument folle.RUGBY. TOP 14. Info ou Intox, des banderoles toulonnaises ont-elles été refusées à l'Arena ?RUGBY. TOP 14. Info ou Intox, des banderoles toulonnaises ont-elles été refusées à l'Arena ?

Logos et maillots, la grosse frayeur du RCT

Alors qu’il est à Marseille, au Vélodrome, l’intendant prépare les ultimes détails à quelques heures de la finale de Challenge Cup. Cependant, tout ne se passa pas comme prévu. Il explique qu’il avait “tout simplement oublié de floquer deux maillots sur la partie avant.” De cette manière, les sponsors étaient absents des maillots des internationaux Gabin Villière et Jean-Baptiste Gros. Habituellement, Gilles Panzani explique qu’il  “les accroche de telle sorte à ce qu’on voit les numéros.” Mais cette fois, il avait souhaité faire autrement. Il souhaitait exposer les partenaires du club visibles sur le torse des joueurs pour “faire plaisir aux sponsors.” A la vue de cette bourde, l’intendant devient livide. D’après des propos rapportés par Blog RCT, il déclare :

Je commence à paniquer, je me dis « Putain, mais je fais comment ? ». Trois heures avant le match, je pense à m’en aller, à démissionner, je me dis que c’est impossible. Ça ne m’est jamais arrivé en 30 ans… Fred Michalak n’était pas loin de moi, je l’ai interpellé et je lui ai dit « File-moi ta voiture s’il te plaît, je dois foncer à Toulon ». On est à 2 heures 30 du match. Je prends deux maillots, je saute dans la voiture et je roule, je roule. 140, 150 km/h. Personne sur la route dans ce sens. Mais dans l’autre, je voyais la route se boucher, pleine. Je ne savais pas comment je pouvais ne serait-ce qu’envisager d’être à l’heure au coup d’envoi… En arrivant à Toulon, je mets la machine en chauffe, et heureusement tous les logos étaient à côté.”

RUGBY. Amour rouge et noir, un grand nom du RC Toulon rêve de revenir au clubRUGBY. Amour rouge et noir, un grand nom du RC Toulon rêve de revenir au clubJusque-là, cette anecdote insolite prend une tournure d’histoire complexe. Comment revenir à Marseille à temps pour que les joueurs se baladent aux yeux de l’Europe avec les bons maillots ? Pour ce faire, Gilles Panzani va avoir l’occasion de bénéficier d’une aide inattendue : une escorte policière. Il complète :

Pendant que la machine montait en température, je téléphonais et on m’a dit : « Gilles, il y a un flic qui va t’aider, il t’attend à Bandol. Il va au stade, il prend les deux maillots et les emmène. Et toi, une fois que tu lui as passé, tu auras une voiture de police avec les gyrophares qui t'attendent à La Bédoule. Ils vont t’escorter, et tu auras deux motards en plus ». Le policier a dû bien rouler pour traverser Marseille, et il a réussi à poser les maillots pour l’échauffement. Vingt minutes avant le match. Moi, je ne suis pas arrivé longtemps après. Avec la voiture, le gyrophare et les deux motards qui se sont mis devant moi à La Valentine, c’était drôle (rires). Là, « pin-pon, pin-pon ». Je suis arrivé devant le Vélodrome, je leur ai balancé quatre maillots, car ils m’avaient rendu une fière chandelle, et j’ai couru rejoindre le vestiaire.”

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Au risque de jouer le rabat-joie, les policiers n’ont rien de plus constructif à faire ?

@Math yeux Jah l’ibère

Je confirme, tu es un rabat joie !
😉

  • oc
    30285 points
  • il y a 1 semaine
@Math yeux Jah l’ibère

En Gironde sûrement , dans le Var , les commissariats ont un standard exclusivement dédié aux ... dépannages .
Mais faut être abonné .

@oc

Peu cher, ça doit pas être donné !

  • stef7
    60756 points
  • il y a 1 semaine

Même à l'heure du professionnalisme, ce sont des gens comme ça qui font vivre le rugby, dévoué à leur club de cœur....J'en ai connu quelques uns (merci Christian et Nounette, que de repas superbes)...Merci à tous ces gens

Très drôle cette histoire et sans doute encore plus drôle avec son accent de Toulon. Un grand respect à ce monsieur pour son investissement sans faille à son club. J’espère qu’il aura la reconnaissance qu’il mérite.

Magnifique histoire et tellement rugby !!
On ne trouve ça que dans des clubs avec une très forte identité. Le RCT en est un, à n'en pas douter.

  • DAV!D
    1303 points
  • il y a 1 semaine

Il va nous manquer !

C'est une bonne pâte!

Derniers articles

News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
News
News