RUGBY. Premier ou deuxième du Top 14, y a-t-il un réel enjeu ?
Rochelais et Toulousains se disputeront la première place lors de l'ultime journée de Top 14. Crédit image : Screenshot Youtube Canal+
La dernière journée de Top 14 dévoilera le classement final de la phase régulière. Toulouse et La Rochelle batailleront pour la place de leader. Mais est-ce vraiment important de finir premier ?

La première place ! Si dans de nombreux sports, elle est synonyme de titre, au rugby on ne sait pas trop comment l’appréhender. Bien évidemment, elle est le reflet d’une régularité dans la performance et d'une domination sur le championnat, mais est-ce une fin en soi ? Non, ce qui compte, c'est le Bouclier de Brennus. Qu’importe la première place obtenue par le Stade Rochelais au terme de la saison régulière 2016/17. Ce qu’il reste de cette édition du Top 14, c'est le deuxième bouclier de l’histoire soulevé par l’ASM. Pourtant, cette année-là, le club auvergnat a terminé la phase régulière à la 2e place… Alors est-ce vraiment important de finir premier ?

XV de France : Thibault Giroud en plein doute sur les capacités d’Emmanuel MeafouXV de France : Thibault Giroud en plein doute sur les capacités d’Emmanuel Meafou

Côté Toulousain, la réponse est claire et inlassablement répétée : “L'objectif, c'est de finir à la première place”, Alexandre Roumat dans Acturugby ; "Il est important pour nous de conserver la première place", Emmanuel Meafou dans RugbyRama. Si les deux premiers sont directement qualifiés pour les demi-finales et profitent d’une semaine de récupération, il y a bien un avantage à finir en tête du championnat. Si le classement en reste là, le Stade Toulousain joue sa demi-finale le vendredi 9 juin quand le Stade Rochelais joue le lendemain. Les hommes d’Ugo Mola profiteraient donc, en cas de victoire, d’un jour de récupération supplémentaire.

71,4% de victoire en finale

En se penchant sur les dernières saisons, le constat est clair : il faut absolument finir premier ! Depuis la saison 2010/2011, premiers et deuxièmes du championnat ont certes joué le même nombre de finales (sept) mais pas avec la même réussite. Les champions de la phase régulière ont remporté cinq de leurs sept finales, soit 71,4% de victoires. Les dauphins affichent, eux, 28,6% de victoire avec seulement deux triomphes. L’ASM Clermont Auvergne d’abord en 2016/17 après sa victoire en finale contre le Rugby Club Toulonnais (16-22) et le Montpellier Hérault Rugby la saison dernière face au Castres Olympique (10-29).

La bataille finale semble plus accessible au premier, encore faut-il l’atteindre. Cette fois, qu’importe l’ordre, il faut finir dans les deux premiers. C’est bien simple depuis la saison 2010/11 aucune finale ne s’est jouée sans une des deux meilleures formations de la phase régulière. Une tendance qui s’accentue. Depuis trois saisons (hors Covid-19), l’ultime affiche oppose le leader et son dauphin (2018/19 : Toulouse - Clermont ; 20/21 : Toulouse La Rochelle ; 21/22 : Castres - Montpellier).

TOP 14. Non mais c’est quoi cette ligne de ¾ délirante que se construit le LOU pour l'année prochaine ?TOP 14. Non mais c’est quoi cette ligne de ¾ délirante que se construit le LOU pour l'année prochaine ?

Le dénouement du Top 14 offre parfois des surprises comme lors de l'édition 2017/18. Cette année-là, le Castres Olympique termine 6ᵉ et se qualifie de justesse pour les phases finales. Toulouse, le Racing puis Montpellier, le CO se défait de tous ses adversaires et remporte le cinquième Bouclier de Brennus de son histoire. Au fond, qu’importent les statistiques, à l’heure des matchs décisifs, les compteurs sont remis à zéro. "La seule vérité qui compte, c’est celle du terrain". Alors logique respectée ou exploit, une chose est sûre : la formule si spéciale du Top 14 fera une nouvelle fois frissonner les amateurs du ballon ovale.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

A savoir qui a la plus grosse ?

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
Ecrit par vous !
Vidéos