RUGBY. 25 plaquages pour Elstadt, West omniprésent, etc. Les stat’ de Toulouse vs La Rochelle
Le sécateur humain a taillé les pâquerettes présentes sur la pelouse d'Ernest Wallon durant toute la soirée.
Sur la pelouse d’Ernest Wallon, les statistiques ne reflètent pas réellement le score observé à la fin du match.

Quoi qu’il arrive, les statistiques sont des chiffres à relativiser et à analyser sous le prisme du score final. Ce samedi 11 juin, cette règle n’a pas fait exception. Pour ce premier barrage de Top 14 opposant le Stade Toulousain au Stade Rochelais, ce sont bien les Maritimes qui mènent la danse dans les données d’ESPN Scrum. Par exemple, La Rochelle a parcouru presque 500 mètres ballon en main quand leurs adversaires en ont cumulé une centaine de moins. Pareil en défense, les Toulousains ont réalisé quasiment deux fois plus de plaquages pour un ratio de calinous musclés réussis légèrement inférieur à leurs adversaires. Et pour cause, Toulouse a distribué sans cesse vers ses adversaires. Hier, l’impression générale donne l’idée d’un Stade Toulousain qui a empêché son adversaire de mettre en place son jeu. Pourtant, les 28 coups de pieds dans le jeu de Thomas Ramos ont eu des airs d’invitations au jeu quelque peu empoisonnées.VIDÉO. STADE TOULOUSAIN. Pour Dupont, Castres est un ennemi qu’il ‘‘connaît très bien’’VIDÉO. STADE TOULOUSAIN. Pour Dupont, Castres est un ennemi qu’il ‘‘connaît très bien’’Ainsi, le jeu Rochelais s’est bien mis en place au Wallon. Les chiffres ne mentent pas. Pour cause, Ihaia West (32) a fait approximativement le même nombre de passes qu’Antoine Dupont (34). À l’inverse, Romain Ntamack n’a distribué qu’à 4 petites reprises vers ses coéquipiers. Un 10 qui passe autant qu’un 9, l’idée à de quoi faire penser à une rouste sans précédent. Pourtant, c’était sans compter sur une arme de destruction massive vêtue de rouge et noir : Rynhardt Elstadt. Pas sûr que le 20 décembre 1989 à Johannesburg les parents du sécateur sud-africain s’attendaient à mettre au monde une telle machine à plaquer. En effet, là où aucun Rochelais ne dépasse les 10 plaquages, le troisième ligne toulousain, lui, en a enquillé 25 sur la rencontre. Une performance d’autant plus majuscule que cela représente presque le double du second meilleur câlineur toulousain, Anthony Jelonch et ses 13 plaquages.TOP 14. Toulouse a battu ''tous les records'' à l’entraînement avant la RochelleTOP 14. Toulouse a battu ''tous les records'' à l’entraînement avant la RochelleAinsi, ce facteur X en défense aura rassuré les Toulousains. Les 60% de possessions et 55% d’occupation maritimes n’auront rien changé à la donne. Une domination stérilisée par la défense toulousaine aura eu raison des hommes de Ronan O’Gara. Rajoutez à cela l’efficacité hors-norme des Toulousains, avec Arnold qui prend des airs de centre sur sa percée. La faillite au pied des Rochelais en début de match a également fait peser le doute sur les épaules des coéquipiers de Greg Alldritt. Même si, c’est bien les Toulousains qui ont montré une inhabituelle inefficacité dans ce domaine avec seulement 63% de réussites face aux perches. Selon Rugbyrama, Ronan O’Gara s’est exprimé en fin de match au sujet du visage montré par sa formation. Le technicien irlandais a semblé largement déçu : “Le manque de précision est évident, mais l’écart entre les deux équipes était trop grand. C’est une septième défaite contre Toulouse et nous devons l’accepter, mais surtout nous devons trouver le moyen de la stopper.” Et effectivement, il paraîtrait que Toulouse a conservé la recette de la potion magique leur permettant de battre les irréductibles Rochelais. À voir si cette recette continuera de faire ces preuves face au Castres Olympique en demi-finale.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • AKA
    72525 points
  • il y a 2 ans

Comment des stats peuvent rendre omniprésent un 10 aux pieds carrés et transparent dans le jeu!

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos