Que faut-il retenir du symposium de World Rugby qui s'est déroulé à Marcoussis ?
Les dirigeants de World Rugby ont discuté sur plusieurs propositions de règles.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Plusieurs membres de la Fédération internationale se sont rassemblés au CNR du 18 au 20 mars pour réfléchir sur l'avenir du rugby et la sécurité des joueurs.

Un nouveau cycle va démarrer pour World Rugby. L'organisation s'est positionnée sur plusieurs objectifs pour les quatre prochaines années, qui auront pour priorité d'améliorer la sécurité des joueurs. Des médecins, des scientifiques, des directeurs de performance de différents pays, mais également des joueurs, comme un certain Conrad Smith, étaient ainsi conviés à Marcoussis du 18 au 20 mars, à l'occasion d'un symposium accueilli par la Fédération Française de Rugby. Ce mardi, plusieurs membres de World Rugby à savoir Martin Raftery (responsable des services médicaux), Brett Gosper (PDG), Bill Beaumont (président) et Mario Ledesma (sélectionneur de l'équipe d'Argentine) ont expliqué devant la presse les décisions qui ont été prises. Serge Simon et Didier Retière se sont également exprimés en fin de conférence pour apporter quelques précisions. Voici ce qu'il faut retenir:

Un constat : le nombre de blessures n'augmente pas

C'est le premier point qui a été abordé lors de cette conférence et qui a même été martelé ! Contrairement aux idées reçues, les blessures dans le rugby n'augmentent pas ! De plus, les commotions, en raison de la prise de conscience effectuée ces dernières années, ont baissé de 14% depuis la saison 2017-2018. Autre élément significatif, aujourd'hui, « seulement 8% des commotionnés retournent sur le terrain », a précisé Martin Raftery. Des chiffres dont se félicite l'organisation internationale, même si le travail est loin d'être terminé.

Le plaquage à la ceinture et l'interdiction du plaquage à deux testés en France la saison prochaine

8 pistes explorées par World Rugby

Après plusieurs réflexions, l'instance internationale a décidé de tester 8 nouvelles règles. Le but étant d'aller vers « toujours plus d'espace sur le terrain », pour reprendre les mots de Bill Beaumont, président de World Rugby.

Si l'ensemble de ces points n'a pas été détaillé, certains d'entre eux ont malgré tout été évoqués comme celui de la montée de la ligne défensive sur les phases de rucks (qui pourrait ne s'effectuer qu'après la première passe) ou celui de la touche indirecte. Venant du XIII, cette règle permettrait à l'équipe qui tape indirectement en touche de garder la possession, si le coup de pied a été effectué entre sa propre ligne des 22 mètres et la ligne des 50. « Cela va obliger la défense à mieux organiser son troisième rideau pour couvrir le bord des lignes de touche, ce qui va ainsi permettre de libérer de l'espace pour les attaquants », a analysé Didier Retière, le DTN de la Fédération.

La France en cobaye pour le plaquage

Pour ce qui est du cas français, la FFR a hérité du plaquage. Dès la rentrée, le plaquage à la ceinture et l'interdiction du plaquage à deux seront donc testés dans les catégories amateures. Pour ce qui est de la catégorie Espoirs et de la Fédérale 1, une réflexion doit encore être menée. Un test qui va s'effectuer sur la saison 2019-2020 et qui aura pour objectif de laisser place à plus d'espace et plus de jeu. L'organisation défensive devant être complètement revue.

L'instauration du High Tackle Warning

C'est la grande nouveauté au niveau professionnel. La saison prochaine, World Rugby va instaurer le High Tackle Warning, un nouveau système qu'elle a déjà testée lors de la Coupe du monde U20 l'été dernier et qui avait permis une réduction de 50% du nombre de commotions. Comment cela fonctionne-t-il ? C'est très simple. Si un joueur plaque haut, il est averti une première fois par le commissaire vidéo. S'il récidive, il peut être une nouvelle fois alerté, et en cas de troisième faute, le joueur peut être carrément exclu du terrain, même si son plaquage ne semble pas particulièrement violent. Ce système rentrera en vigueur après la Coupe du monde 2019 au Japon.

Des objectifs techniques à mettre en œuvre pour préserver la santé des joueurs

Si aucun objectif chiffré n'a été mentionné par l'instance internationale, elle a malgré tout insisté sur sa volonté de modifier les comportements. Ce qui se passe par un rugby plus éducatif, en priorité sur les phases de contact (mêlées, plaquages, rucks). Il s'agit ainsi d'éradiquer toutes les attitudes néfastes comme foncer tête dans la première dans un duel, offensif ou défensif. L'objectif pour Word Rugby sur ces quatre prochaines années étant de baisser le nombre de plaquages par match, mais aussi de tenter de mettre de moins en moins de joueurs dans les rucks. « Le comportement des joueurs doit être modifié, mais également celui des coachs ! » a tenu à souligner Serge Simon, le vice-président de la FFR. Lors du colloque organisé en hommage à Nicolas Chauvin début janvier, Didier Retière avait notamment appuyé sur le fait qu'aujourd'hui, les entraîneurs doivent parfois admettre que dans certaines situations, pour préserver la sécurité du joueur, le plaquage peut être irréalisable.

Didier Retière : « Je suis responsable de ma sécurité et de celle de mon adversaire

Le rôle de l'arbitre amené à évoluer

Tous ces changements vont aujourd'hui inciter l'arbitre à être de plus en plus vigilant sur les phases de contacts, comme cela est déjà le cas depuis le début de la saison. Des informations claires seront alors communiquées aux différents arbitres très prochainement, comme l'ont expliqué les membres de World Rugby, à l'image de ce qui est fait aujourd'hui avec le plaquage cathédrale. Si le joueur retombe sur la tête, c'est carton rouge, autrement, c'est jaune. Au niveau du carton jaune justement, une nouvelle façon de fonctionner pourrait voir le jour. En effet, lorsqu'un joueur recevra un carton jaune, l'arbitre vidéo visionnera les images pendant ses 10 minutes de repos. Si ce dernier juge l'action plus grave, il aura comme possibilité d'alerter l'arbitre de champ et dans ce cas-là, le joueur fautif pourrait ne plus réapparaître sur le terrain.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Encore du boulot pour l arbitre??

Et a quand la Shoulder Farrell Tackling? Non, parce que jusqu'a présent, c'est le seul qui a le droit d'envoyer l'épaule et de prendre juste une pénalité

@Pukeboy

Voir qui récupère le bénéfice du ballon...

Surtout à quand des arbitres qui arbitrent avec la même dureté car ça sert à rien de sanctionner en top 14 les charges avec le coude en avant, les plaquages hauts, les plaqueurs qui relâchent pas ou qui sont pas sur leurs appuis si quand on joue en coupe d'europe ou dans le six nation arbitré par des sudistes on se fait niqu** à chaque fois !

@coupdecasque

Complètement d'accord avec toi. L'harmonisation des décisions arbitrales est urgentes pour un jeu plus fluide.
On a tous ressentit ce sentiment de persécution quand l'arbitre pénalise un francais sans que l'on comprenne trop pourquoi

@Pukeboy

C'est surtout le laxisme sudiste qui me gène énormément, je regarde le super rugby c'est n'importe quoi l'autre jour Lavanini se prend une percutions, il se relève, titube jusqu'à tomber dans le camps des adversaires, l'arbitre dit rien... ni les juges de touche, ni l'arbitre vidéo...

Qu'ils viennent pas arbitrer en coupe du monde ou dans le six nation si c'est pour laisser 1 en-avant sur deux passer ou des gestes qui méritent carton rouge direct !

@coupdecasque

Le laxisme sur les en-avants me gêne moins, parce que c'est le choix de faire passer l'esprit du jeu avant l'application au millimètre du règlement (je parle des en-avants qui se jouent à pas grand chose et d'après la règle, non pas des en-avants de 5 mètres ou des en-avants qui n'en sont pas mais qui énervent tous les supporters qui n'ont toujours pas lu le règlement ou compris l'inertie)

Le laxisme sur les plaquages et percussions c'est une autre histoire, parce c'est le choix de faire passer le jeu spectacle avant la santé des joueurs et qu'à part d'être un gros *censuré, attention au langage!* ce n'est pas justifiable.

@Team Viscères

Le problème c'est que ça me dérange pas non plus c'est beau et sympa mais quand c'est 5m un peu plus et quand c'est ces arbitre qui vont arbitrer le Six nation ça me dérange carrément !!

@coupdecasque

Les en-avants de 5 mètres sont très rares, même au sud. Les passes où le ballon avance de plusieurs mètres par rapport au terrain c'est beaucoup plus courant, mais ce ne sont pas forcément des en-avants pour autant.

@Team Viscères

Pas faux ils jouent à la limite mais ça n'enlève rien à leur arbitrage sur les rucks, les gestes dangereux etc qui non seulement encourage ces pratiques (à voir la tête des all blacks quand Grosso s'est fait emplâtrer le front). C'est juste encourager des joueurs à aller à l'encontre de l'esprit du jeu.

Un seul high tackle warning aurait été suffisant à mes yeux, mais je chipote.

@Marc Lièvre Entremont

Au troisième, le joueur sera réprimandé. A la troisième réprimande, ce sera une pénalité. A la troisième pénalité, un carton jaune. Au troisième carton jaune, l’arbitre aura la possibilité d’envisager l’exclusion définitive

@Le Haut Landais

Il y aura déjà 10 morts ^ ^

@Marc Lièvre Entremont

Arrêtes tu vas leur donner des idées : "Bon alors au premier mort c'est une réprimande, arrivé à dix morts c'est un blâme et au troisième blâme c'est une suspension d'un match". Et on tatouera des petites écussons sur les bras des joueurs pour comptabiliser leurs victimes.

Que le plus simple et le plus franc serait de dissoudre les fédé- de Rugby et que tout le monde rallie les fédé de Jeu à XIII.

  • gjc
    9577 points
  • il y a 2 ans

Est-ce qu'interdire le plaquage à deux et les plaquages aux épaules ne va pas favoriser les grosses collisions, au contraire?
Ca redevient séduisant d'envoyer Bastareaud (par exemple) percuter un mur défensif... au mieux il rebondit sur le plaqueur, au pire il fait un offload.
Et est-ce que ça ne risque pas d'augmenter les commotions chez les plaqueurs?

@gjc

Il fut un temps ou les joueurs plaquaient aux jambes ce qui entrainait une défense plus d'homme à homme car un seul défenseur suffisait je pense surtout vu la vitesse d'aujourd'hui.

Par contre interdiction de plaquage à deux me semble pas nécessaire au vu de ce que je viens de dire.

Pour Basta ne t'inquiète pas le jour où il réussira deux offloads dans un match est pas encore arrivé :b

  • gjc
    9577 points
  • il y a 2 ans
@coupdecasque

Basta a 9 passes après contact dans le Tournoi, soit plus que tout autre joueur...

Je suis content que World Rugby se réveille mais je voudrais être sûr que ces nouvelles règles n'auront pas l'effet pervers d'encourager les percussions de joueurs de 120kg, à l'inverse de la tendance actuelle. Garder les plaquages à deux me semble donc essentiel.

@gjc

Nous allons vers plus de temps de jeu et moins de remplacements (j'espère) donc les mecs de la première lignes ou les autres vont devoir être plus en forme !!!

Je sais bien et heureusement qu'il a cet atout dans sa manche, après je trouve que la continuité du jeu après lui est trop faible et qu'il ne rentre pas dans le style de jeu des joueurs autours. Enfin bon éternel débat.

J'aimerais savoir si une passe après contact est comptabilisée à partir du moment où elle est effectuée ou réussie (le coéquipier attrape le ballon).

La mort du pick-and-go avec les nouvelles regles sur le plaquage. Peut etre meme son interdiction...
Je joue première ligne bien sur.

@Matt Gâteau

La mort des 15 plaquages par match...
Je joue troisième ligne 😉

  • kob
    6389 points
  • il y a 2 ans

Avec une telle règle de dégagement cala va peut-être obliger nos joueurs à s'intéresser aux coups de pieds et avoir enfin un jeu digne du niveau international. Après, si ca augmente drastiquement les touches aux 5 mètres débouchant sur un maul je suis pas sûr que ca arrange le beau jeu ni le nombre de commotions.

J'aime l'idée d'adapter le 40/20 du XIII au XV, c'est l'une des règles que j'apprécie le plus à XIII.

Ca ajoute du spectacle, soit parce que la défense adverse s'organise et doit laisser des espaces, soit parce que ça donne lieu à de superbes coups de pieds.

Symposium c'est un mot bien choisi, parce qu'avant de désigner une conférence avec des spécialiste chez les Grecs cela désignait un banquet où l'on discutait en bouffant et picolant.

@Team Viscères

l'essentiel avec les most grecs, c'est de faire classe comme si c'etait du latin

  • epa
    38573 points
  • il y a 2 ans

Quid d'un plaquage au jambes sur un joueur positionner sur un ruck?
Ceci dit l'idée de la touche indirecte me plait bien.

Z'étaient pas en repet chez Hanouna ??

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos