La nouvelle interprétation de la passe en-avant fait également débat à l'étranger
L'interprétation de la passe en-avant fait également débat à l'étranger.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Alors que la passe acrobatique de Yohan Huget fait débat, de l'Angleterre à l'Australie, la nouvelle interprétation de la passe en-avant interpelle.
Alors que la passe acrobatique de Yohan Huget à Maxime Médard fait encore débat du côté du bar Le Rafaëlle à Clermont et même à la Rosa Negra à Toulouse, d’autres pays commencent également à émettre de sérieux doutes sur le bien-fondé des nouvelles instructions de l’IRB en ce qui concerne les passes en-avant à l’intention des arbitres. D’après la règle, il y a passe en avant lorsqu’un joueur lance ou passe le ballon en avant. En avant signifie vers la ligne de ballon mort de l’équipe adverse. Sauf qu’à l’heure actuelle, les hommes au sifflet ne doivent plus prendre en compte la trajectoire du ballon mais la position des mains du porteur de balle. Si celles-ci vont en direction de sa ligne, il n’y a pas en-avant, et ce même si le cuir va clairement dans la direction opposée. Une directive qui a du mal à passer chez les supporters alors que la règle de l’en-avant fait partie intégrante de la discipline depuis des lustres.

Celle-ci a été mise à mal quand l'IRB a donné plus de pouvoir aux arbitres vidéos. L'essai de la demi-finale fut l'occasion de revoir la fameuse vidéo d'un coach australien, qui a eu l’idée de filmer différentes passes en mouvement en se servant de lignes blanches parallèles sur le sol pour prouver que les passes n’étaient pas en avant, mais qu’en raison de la vitesse du passeur, le ballon ne pouvait aller que vers l’avant. A l’époque, ces explications physiques ont fait couler beaucoup d’encre, surtout dans l’hémisphère sud. Dans le New Zealand Herald, un journaliste avait pris un exemple concret pour soutenir cette thèse : « C’est comme essayer de lancer une pomme de manière rectiligne vers un point fixe à partir une voiture lancée à pleine vitesse. C’est impossible. Et moins vous y mettrez de force et plus la distance par rapport au sol sera grande. »

Quand les lois de la physique dictent le jeu

Dans TheRoar en 2009, pas de pomme mais un paquet de chewing-gum : « Imaginez que vous roulez avec un ami dans une voiture à 100 km/h et votre ami vous lance un paquet de chewing-gum alors que vous êtes tous les deux assis devant. Pour cela, il le lance de côté car vous êtes sur la même ligne que lui. Et même si vous roulez à vive allure, le paquet ne vole pas en arrière à 100 km/h parce vous bougez tous les deux à la même vitesse. » Les choses sont cependant différentes pour une personne immobile qui observe la scène, comme un auto-stoppeur : « Alors que la voiture vous double, le paquet va vers l’avant à une vitesse de 100 km/h. Si vous mesurez le mouvement par rapport au sol, le paquet a peut-être fait 20 mètres vers l’avant malgré le fait qu’il était lancé sur le côté. De fait, si un joueur fait une passe à plat ou vers l’arrière, le ballon ira toujours vers l’avant par rapport au sol. » L’auteur de l’article indique à ce titre que l’on doit juger la façon dont le ballon quitte les mains et non sa trajectoire par rapport au sol. Une affirmation en rapport avec la loi de vitesse relative.

Un retour à plus de simplicité

Cependant, il s’agit ici d’apporter une précision : malgré cette « découverte », la loi sur la passe en-avant n’aurait pas été modifiée. Ce qui pousse The Australian à se dire que désormais la passe en-avant est autorisée, les arbitres se focalisant désormais uniquement sur les mains du passeur. Ce qui, à pleine vitesse, n’est pas aisé. D’où un recours de plus en plus systématique à une vidéo qui hache le jeu. « Personne n’a pris la peine d’expliquer ce qui n’allait pas avec la loi en vigueur, et pourquoi elle ne pouvait pas être gérée par les arbitres de champ, l’arbitre vidéo, ou encore mieux par le juge de touche, dont le rôle est de plus en plus décoratif, s’interroge le journaliste australien. Comment ce dernier peut-il en effet prendre une décision alors qu’il lui faut savoir si la passe est allée vers l’avant mais aussi prendre en compte la physique : à savoir la vitesse du passeur, la longueur de la passe et l’angle des paumes de main. » A l’instar de l’auteur du papier, l’ancien demi de mêlée international écossais Mike Blair appelle à plus de simplicité via la BBC : « Les infractions à la règle doivent être claires et évidentes pour qu’un essai soit refusé. Alors combien de fois est-ce que le TMO doit regarder une passe en-avant potentielle ? Est-ce que ce doit être 8 ou 10 fois ? Le « clair et évident » n’indique-il pas qu’un ou deux visionnages suffisent ? »

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Sinon on se fait pas chier et on interdit aux joueurs de faire une passe en courant ! vachement plus simple, après il restera toujours le problème du vent et du ballon ovale... mais c'est un autre débat

  • Broques
    17634 points
  • il y a 6 ans

@PAcolito: Le site de Canal, avec les commentaires des nihilistes de l'en-avant bien sur...

@RUGBYWAN KENOBI: Je suis bien d'accord, sauf qu'après selon que le joueur se fasse plaquer derrière ou pas, le même geste sera sanctionné où ne le sera pas.

@Theobit: Bien vu l'analogie au coup de pied de renvoi, je la retiens. 🙂

Quand à la position des mains, on peut même avoir de gros doutes ici quand on regarde l'action de l'angle de caméra opposé, qui n'a été visionné qu'une fois. Enfin bref...

Quelqu'un aurait-il un lien pour voir l'action svp?

  • FDB
    13625 points
  • il y a 6 ans

L'introduction de cette règle, qui n'est d'ailleurs qu'une règle d'interprétation pas une règle de jeu (si un joueur fait en-avant sur le terrain et que l'arbitre siffle, il ne peut pas dire "j'avais les mains en arrière"😉, est dû à l'arrivée de la vidéo. En effet, en dehors des situation de vidéo-arbitrage, l'arbitre reste maitre de son sujet.

Par contre à partir du moment où l'on regarde des vidéos, plusieurs fois, au ralenti, alors on voit "apparaître" des en-avants. Et nous les voyons encore plus lorsque l'on met des lignes sur le terrain. La règle des "mains vers l'arrière" permet justement d'utiliser la vidéo sans pénaliser le jeu. Si cette règle n'existait pas, il y aurait de nombreux essais refusés pour en-avant. Des en-avants non justifiés au vu des règles de physique exposées dans ces articles.

3 solutions :
- Plus d'arbitrage vidéo : on revient à l'ancienne, avec beaucoup de plaintes sur les essais.
- Arbitrage vidéo avec signalement de toutes les passes "en-avants" : en prend le référentiel terrain comme base et on siffle des en-avants à tout va
- Arbitrage vidéo avec une "astuce" pour déterminer si la passe est réellement en-avant : les mains en arrières? une autre base de choix?

Pour moi la 3ème solution reste la bonne.

L'erreur serait justement de prendre le terrain comme référentiel. Il y aurait alors beaucoup trop de passes signalées en-avant.
Enfin, les règles doivent normalement restées relativement similaires en pro et en amateur. Je vois mal les agents de la mairie tracer 20 lignes parallèles sur le terrain (ça tient en ce moment sur la boue?), et les arbitres être obligés de juger si le ballon à belle et bien été envoyé en arrière vis-à-vis du référentiel terrain...

Pourquoi faire simple quand l'IRB peut faire compliqué....

De mon point de vue, la notion de "en-arrière" est effectivement pas évidente (cf l'article d'il y a plusieurs semaines avec les lignes blanches) et si on revient au référentiel terrain, il y aura encore 2 fois plus de méléé.
Plutôt que de parler de direction de la passe, il suffit de dire que celui qui fait la passe doit rester devant celui qui la reçoit...il s'agit dès lors de mouvement relatif du ballon et tout va bien. C'est d'ailleurs exactement ce que les arbitres sifflent. Et la vidéo interviendra sur des passes tendues seulement. Sur l'essai de ce week end, le ballon atterrit devant celui qui a fait la passe => en avant.

Faut vraiment arrêter avec cette histoire de vitesse imprimée au ballon lorsque l'on fait sa passe.
En lisant certains commentaires on en vient presque à croire qu'il est IMPOSSIBLE de faire une passe en arrière lorsque l'on court...

C'est sur que lorsque l'on est lancé et qu'on fait la passe vers l'arrière elle ira "moins en arrière" que si on avait fait la même passe en étant statique.
Là dessus : OK

MAIS ça n'empêche pas que la passe en arrière est possible ! Au joueur de faire en sorte que cela arrive en faisant le bon mouvement.

Sapiac76 a 100% raison avec son analyse du Point A et B, c'est CA qui définit un en avant ou pas ! Pas une quelconque "intention" du joueur et de ses mains.

Canal + commence enfin a tracer des lignes parallèles aux lignes d'en but pour montrer si la passe est en avant ou pas.
Ça me dépasse complètement que cet outil ne soit pas mis à disposition des arbitres...

Au rugby si on veut faire une passe un avant on a un moyen très simple de le faire : on utilise son pied ! POINT !

Je me demande comment on va expliquer aux gamins à l'école de rugby: "tu as fait une passe en arrière mais en fait y'a en-avant, non parce qu'en fait la relativité dit que blah blah blah..."

Personnellement je suis pour se baser sur le mouvement des mains: cela force le passeur à faire une passe "relativement" en arrière, et puis il me semble quand même que dans la majorité des cas on le voit bien à la vidéo.

Concernant le mouvement du ballon c'est super complexe. Pour peu qu'on soit un peu lancé le ballon ira forcément un peu en-avant. Alors à moins de forcer le passeur à aller très vite ou les soutiens à aller plus lentement, cela me parait absurde. Et puis j'ai peur que la défense prenne encore plus le pas sur l'attaque si on doit faire une passe très loin derrière (pour qu'elle soit vraiment en arrière) dans ces conditions.

Bref ce n'est que mon avis. Mais tout ça pour dire que pour moi l'essai de Médard est valable 🙂.

Théobit: Je ne sais pas si c'est moi mais je l'ai dit tantôt (comme dirait nos amis belges).

Je suis assez pour essayer l'histoire des lignes comme au foot US, on verra bien mieux les en-avants. Si on supprime cette règle des bras vers l’arrière, bien sûr...

Allez les jaunisses !

J'avais aussi lu un commentaire d'un internaute qui disait ceci (et pour le coup il était dans le juste), je paraphrase:

" si la passe avait été faite 20m avant, et sans essai, l'arbitre aurait jugé la passe en avant.... et parce que c'est un essai à la clé, la passe est jugée à la vidéo et validée. Les passes ne sont donc pas toutes égales entre elles"

Je dois faire partie de la majorité des gens (joueurs, entraineurs, supporters) qui trouve cette règle complètement débile...

La base même du rugby, est la passe en arrière. Sans cela ce n'est plus du rugby. Si le ballon va en avant alors que le passeur fait une passe au cordeau, et cour , donc s'en attention de faire une passe en avant... alors il faut qu'il fasse sa passe vers l'arrière en prenant en compte les paramètres de la physique. Point!!! Y a pas à tergiverser.
C'est comme une vidéo qui avait été postée ici même, où à l'engagement le ballon revient vers le camps du botteur à cause d'une bourrasque ... si on part sur le même principe, le 10 voulait botter dans le terrain adverse mais à cause du vent, c'est revenu dans les bras de son 15, et donc y a pas mêlée au centre?!

Bref, règle sans intérêt, qui n'apporte aucune amélioration au jeu, à part des débats à la c**

@Pikeyboy, désole d´avoir maltraité tes yeux si chaste avec mon orthographe. Pour ma défense, je tiens à préciser que le français n´est pas ma langue maternelle. Si tu le désires je t´invite à écrire dans une langue qui n´est pas la tienne sans faire de faute ainsi pourras tu critiquer quelqu´un pour son orthographe. De plus je croie que le site est fait pour parler rugby et non grammaire et orthographe.
Te souhaitant á toi et les tiens une année remplie de joie et de tolérance.

Ouch que c'est compliqué toute cette physique et toute ces propositions qui vont avec. Je ne vois qu'une solution: supprimer la passe 🙂

Je me rappelle qu'en mini-poussin nous n'avions pas ce problème: 7 contre 7, un maul de 14 joueurs, 1 joueur qui trouvait la béchigue, s'extirpait du maul et allait marquer tout seul. 0 passe, 1 essai bien valide et des VHS en guise de TMO.

  • Compte supprimé
  • il y a 6 ans

Je pense que le fond du problème est la "sur - utilisation" de la vidéo.
L'arbitre doit juger en son âme et conscience.. Il y aura moins de polémique en admettant que l'erreur fait partie du jeu.

C'est sans doute naïf, mais cela ne fonctionné pas si mal avant ...
Et puis le visionnage en boucle des actions n'apporte pas de réponse indéniable.....il n'y a qu'a voir les débats engendrés autour des actions en question (dont l’essai du stade toulousain)

En clair il faut simplifier les choses et n'utiliser la vidéo que pour valider ou non, un essai.
Gardons ce qui fonctionne correctement et éliminons les "vrais faux progrès"

  • Harry
  • il y a 6 ans

Faire rebondir la polémique après cette passe de Huget n'apporte rien...En effet il est clair pour tout le monde que si c'est la même phase de jeu au même moment d'un match lors de ASM/ST,Berdos ne fait pas appel à la vidéo et ordonne illico une mêlée intr ASM , ce qu'il aurait du évidemment faire...l'appel au TMO n'est pas fait pour être utilisé lors de passes lobées effectuées alors que les épaules du passeur sont dirigées à l'opposé de la direction de la passe....en recourant au TMO c'est l'embrouille assurée avec prime à l'équipe qui joue chez elle...c'est bien pour ça qu'il y a eu compensation enxsuite...Ce même Berdos avait d'ailleurs "oublié" sous ses yeux et dans les 22m asémistes aussi une charge à vide flagrante et déterminante de Joubert sur Mermoz sans ballon dans la première 1/2 heure de la finale 2010 qui aurait pu permettre à USAP de faire un break décisif...la règle de l'obstruction n'a pourtant pas changé depuis 2010 !

  • FDB
    13625 points
  • il y a 6 ans

Les démonstrations faites dans les articles précédents nous montrent que nous ne pouvons pas utiliser le référentiel terrain. Il faudrait pour cela faire des passes très "en arrière". Et elles seraient impossibles à juger pour l'arbitre.

Si on prend le référentiel joueur (le ballon doit arriver derrière le joueur qui a fait la passe), alors nous avons deux biais possibles : soit le joueur qui fait la passe est stoppé et mis sur le reculoir et alors sa passe arrive devant lui même s'il la faite vers l'arrière. Soit, pour un joueur qui courre très vite, ça revient à pouvoir envoyer le ballon vers l'avant, puis à courir très vite, pour laisser un de ses collègues le reprendre.

Ce qui importe c'est que le ballon soit envoyé vers l'arrière par le joueur. Reste à savoir si on peut laisser les arbitres en juger plus souvent par eux-mêmes, ou si la règle du "les mains vont vers l'arrière" est la bonne.

  • Coq
    9439 points
  • il y a 6 ans

PikeBoy a raison.

Le seul moyen absolu c'est de connaître, au moment où le passeur fait la passe, à quelle vitesse il se déplace vers l'avant et à quelle vitesse le ballon avance. Si le ballon avant plus vite que le joueur c'est en-avant. La vitesse latérale du joueur et/ou du ballon ne doit pas être prise en considération.

Le seul cas limite que je vois c'est si le passeur fait sa passe alors qu'il est en train de se fait plaquer : sa vitesse est nulle ou presque, donc le ballon là ne devrait pas partir devant lui.

@ Virilmaiscorrect : Le problème c'est qu'avec ce seul critère, tu peux théoriquement t'amuser à balancer de grandes balles en cloche vers l'avant qu'un partenaire qui part pleine bourre de derrière toi pourra récupérer sans mal. Un peu comme une passe au pied mais avec les mains. D'où la règle introduite par l'IRB qui consiste à regarder la position des mains du passeur et la direction de la passe au moment ou elle est relâchée.

Comme on l'a dit, ce n'est pas évident à juger à vitesse réelle...

  • JuanJuan
  • il y a 6 ans

J'ai mal à mon rugby...

Une aberration cet essai, une a-be-rra-tion ...

Ne serait-il pas plus simple de regarder la position du receveur au moment de la passe ? Si celui ci est derrière le passeur c'est bon s'il est devant pas bon ?

@ Le Basque : De ton temps, les règles de la physique étaient sans aucun doute les mêmes, mais on ne disposait sans doute pas de ralenti devant son poste ni d'arbitrage vidéo pour pimenter les débats (par contre, je suis à peu près convaincu que les règles de l'orthographe étaient identiques mais passons).

Aux autres : Ceux qui parlent de tracer des lignes sur le terrain, en marquant par A et B les points où le ballon est respectivement relâché et réceptionné, ignorent volontairement les lois de la physique qui sont très bien expliquées dans la petite vidéo en anglais dans l'article du rugbynistère de la justice sur l'essai de jauzion. Le cas de la passe au-dessus de la tête est édifiant. L'argument qui consiste à dire que les joueurs devraient peut-être courir moins vite pour éviter que le ballon ne circule vers l'avant à cause des lois de la vitesse relative, tient au mieux de la fantaisie.

Ce n'est sans doute pas évident à arbitrer, mais je pense qu'il est essentiel de privilégier le jeu. C'est comme au foot (du temps où le foot arrivait encore à susciter un intérêt chez moi) : ceux qui se mettent à trépigner, à baver et à se rouler par terre parce qu'un but est entaché d'un hors-jeu d'un demi-centimètre me font sourire. Au rugby, ce devrait être la même chose : si le passeur fait le geste de faire une passe vers l'arrière et que le receveur est derrière lui au moment où la passe est lancée, alors un petit visionnage rapide permet de valider l'essai et on n'en parle plus.

en 1 sec canal est capable de tracer une ligne sur la largeur du terrain, c'est facile si le ballon arrive derriere cette ligne c'est bon sinon c'est en avant
certains terrains de foot ont des lignes naturelles, y'a qu'à faire pareil pour l'arbitre ce sera plus facile l'arbitre de touche pourrait aussi voir plus facilement, la cinétique on s'en branle, le ballon part d'un point arrive à un autre point, si le A est devant le point B c'est bon si le point b est devant le point A pas bon, c'est la règle de base
pas besoin de capteur

  • Lolbib
    8245 points
  • il y a 6 ans

Et si tout simplement il fallait juger de l'endroit ou le 2ème joueur recever la passe par rapport au 1er, le lanceur ?
Si le re veut récupéré la passe en étant derrière le lanceur alors ok. Sinon passe en avant ! Y a pas de physique, ni de triangulation, ni de puce RFID...
Mais au moins c'est logique. Le receveur est derrière le lanceur, même si le balon fait techniquement un passage vers l'avant du lanceur, celui qui le récupère est derrière...
Ça ressemblera plus à du rugby, qu'à un labo de R&D de physique quantique vous ne croyez pas ?

Le truc c'est que la règle a toujours été la même, sauf que l'on n'avait jamais tous ces ralentis pour voir où retombait vraiment le ballon. Beaucoup de passes dont le ballon retombe devant ont toujours été tolérées depuis toujours.
Si on prend le référentiel terrain de façon bête et disciplinée, il y aura au moins 80% des passes faites par les joueurs en mouvement qui seront en-avant !
Il y aura toujours 2-3 cas par saison qui feront parler car ils seront pile à la limite de la règle, peu importe celle que l'on choisit. Je pense qu'il faut plutôt chercher un moyen plus facile d'arbitrer ce genre d'action.

  • kleag
    512 points
  • il y a 6 ans

La nouvelle interprétation est débile. Le référentiel doit être le terrain un point c'est tout. Si les joueurs doivent aller moins vite et raccourcir les distances pour parvenir à faire des passes en arrière tant mieux. Il y aura plus de passes, plus de jeu.

A haut niveau, une puce RFID dans le ballon, 3 capteurs pour trianguler et hop, plus besoin d'arbitrage vidéo pour la passe.

Maintenant un arbitre doit avoir une licence en physique. A mon epoque, le ballon il ne devait pas aller vers l´avant point. Dites, a mon epoque la physique etait diferente a maintenant? Je pensé que non, mais je peut me tromper.
Meme Guitou n´est pas d´accord pour accorder l´essaie, et il est de son equipe. Quelques centimetres en avant cela passe, mais la ce sont carrement des metres en avant. A quand des passes comme au football US?

Sempre en avant.

  • Broques
    17634 points
  • il y a 6 ans

Quand les deux entraineurs ou managers de chaque équipe disent que la décision de l'arbitre, bien que conforme à la règle est ridicule (on remerciera au passage Noves pour son honnêteté), c'est clairement qu'il y a un problème. Cette interprétation de la règle est quasi-unanimement critiquée par les joueurs, les entraineurs, les supporters. On se plaignait que les arbitres ne pouvaient pas voir à vitesse réelle la trajectoire du ballon par rapport au sol en raison de la vitesse relative, qu'on connait depuis Galilée. C'est vrai qu'il est tellement plus facile pour un arbitre de voir la direction des mains du joueur alors que celles-ci ont généralement une trajectoire circulaire autour du joueur!
Alors qu'à la vidéo, on voit clairement quand la trajectoire du ballon est en avant par rapport au sol, et rarement la direction des mains du passeur.

En résumé en jugeant par rapport au sol, on voit parfois difficilement a vitesse réelle et toujours clairement a la vidéo.
En jugeant par rapport aux mains, on voit encore plus difficilement a vitesse réelle et rarement clairement à la vidéo.

Revenez au référentiel terrain!

Derniers articles

News
News
News
News
News
Sponsorisé News
News
News
News
News
Transferts