Huis clos, déficit important : L'ASM tire à son tour la sonnette d'alarme
Jean-Michel Guillon s'est exprimé sur les difficultés financières rencontrées.
L'ASM n'est pas plus épargné par la crise économique qu'un autre. Le président du club s'en est exprimé.

C'est un refrain qui revient inlassablement et qu'on connaît désormais sur le bout des doigts. On le sait, le monde est en crise et le rugby ne déroge pas à la règle. Privés de billetterie, les rencontres se déroulant à huis-clos, la plupart des clubs ne cessent d'alarmer sur une situation devenue insupportable pour tout le monde. La Montagne se penche même ces derniers temps sur les comptes de l'ASM Clermont-Auvergne. Comme tous les autres clubs de l'échelon professionnel, l'absence de public est un manque à gagner important pour le club auvergnat. Et la situation actuelle, ne tend pas à l'optimisme : ''Si nous ne retrouvons plus de public d'ici la fin de saison, on affichera un déficit de 9 M€ sur un budget d'un peu plus de 26'', déclarait Jean-Michel Guillon, le président clermontois. 

Dans de telles conditions, le rugby professionnel a pu bénéficier d'aides, comme le précise ce dernier toujours dans les colonnes de La Montagne : ''On devrait bientôt toucher la part du fonds de solidarité qui doit se situer pour nous entre 2,5 M et 2,7M€. Nous avons déjà obtenu sur la saison dernière 800 000 € d'exonérations de charges sociales. On discute encore à Bruxelles pour que l'on puisse obtenir à nouveau 800 000 € pour la saison en cours.'' Le journal précise que Clermont avait déjà pris des mesures drastiques au niveau des salaires des joueurs afin de compenser au minimum les pertes. En effet, les joueurs à plus de 100 000 euros annuels ont vu ces derniers baissés de 16,2%. ''Nous ne sommes pas aux abois pour payer les salaires mais nous avons une dette que nous devrons rembourser [...] Si on retire les aides et exonérations, on arrive à un déficit, dans le pire des cas, situé entre 5,5 et 6M. Comment vit-on alors ? À crédit, grâce au PGE (prêt garanti par l'Etat).'' poursuit Jean-Michel Guillon. Avant de terminer : ''L'Etat nous aide mais à un moment il risque de nous demander de revoir notre modèle économique''. Les salaires des joueurs risquent d'être au coeur du débat. 

Top 14 - Stade Toulousain. Didier Lacroix espère une aide du gouvernement pour ne pas ''tenir 3 mois''Top 14 - Stade Toulousain. Didier Lacroix espère une aide du gouvernement pour ne pas ''tenir 3 mois''

Un sujet déjà évoqué à maintes reprises cette saison notamment par Didier Lacroix le président toulousain pour Le Figaro : ''Si on est dans l'incapacité d'exercer notre activité, à savoir recevoir du public, on devra se retourner à nouveau vers les pouvoirs publics''. Une option également évoquée par Jean-François Fonteneau en octobre dernier, le président agenais déclarant qu'en l'absence ''d'aides importantes'', certains clubs seraient ''condamnés''. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Ah mince, vous aussi vous n'avez plus que 2 mois avant la faillite?

Derniers articles

News
News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
Vidéos
News
Vidéos
News