COMMOTION. Une nouvelle enquête jette un froid sur l'avenir du rugby et la santé des joueurs
COMMOTION. Une nouvelle enquête jette un froid sur l'avenir du rugby et la santé des joueurs.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
La santé des joueurs est au cœur du débat depuis plusieurs années. Et visiblement, ça ne risque pas de changer.

La moitié. La moitié des rugbymen professionnels présentent "une modification inattendue de leur volume cérébral en raison d'impacts reçus à la tête en carrière." Sur son site, L'Equipe se fait l'écho d'un rapport de la fondation Drake concernant des commotions cérébrales. Sujet largement débattu ces dernières années dans le monde du rugby, et qui n'en finit pas de faire parler.

À juste titre.

Rugby. Déceler une commotion cérébrale grâce au eye-tracking, l'objectif de World RugbyRugby. Déceler une commotion cérébrale grâce au eye-tracking, l'objectif de World RugbyLa conclusion de l'enquête ? Vouloir faire changer les protocoles du rugby à long terme. Outre le volume cérébral qui augmente pour la moitié des joueurs, 23% de ces derniers "présenteraient des anomalies dans la structure cérébrale de la substance blanche et des vaisseaux sanguins." Mais comment changer les protocoles ? En faisant tout pour réduire le nombre d'impacts, notamment. Président de la fondation, James JP Drake explique :

Les joueurs sont aujourd'hui, et de façon globale, plus forts et plus puissants. Nous devons donc être conscients de toutes les conséquences que la multiplication des impacts aura sur leur organisme.

Ces dernières années, nombreux ont été les internationaux à raccrocher les crampons prématurément après avoir subi une commotion.

Australie. Dane Haylett-Petty va-t-il rejoindre la longue liste de retraités ''commotionnés'' ?Australie. Dane Haylett-Petty va-t-il rejoindre la longue liste de retraités ''commotionnés'' ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Snark
    8034 points
  • il y a 1 mois

Peut-être faudrait-il réfléchir à de nouvelles règles : 750 kg d'avants en tout et 550 d'arrières ; jouer sans crampons pour réduire la vitesse des chocs ; doubler la taille du ballon qui servirait de pare-chocs; etc.

@Snark

Déjà si on sanctionnait les percussions à l'épaule de l'attaquant...

  • AKA
    54197 points
  • il y a 1 mois

https://actu.fr/sports/rugby/pro/rugby-une-etude-revele-des-chiffres-tres-inquietants-sur-les-commotions-cerebrales_43636096.html/amp C' est un peu plus complet...

Michel Crauste dans les années 60 disaient à ses copains " On va faire de vilains vieux ".
Lui ne pensait pas, enfin j'imagine, aux conséquences neuro de chocs répétés à la tête. De fait les anciens internationaux de 70 ans et plus présentent plutôt bien.
Depuis le rugby est devenu pro, les compétitions se démultiplient, chaque joueur a pris en moyenne 30 kg, les pick and go à répétition, les chocs frontaux au détriment de l'évitement ont transformé ce sport. Avec une épée de Damoclès qui plane sur la tête de tous les joueurs. Que faire, à part un refonte globale des règles ?

  • Yonolan
    121417 points
  • il y a 1 mois

Les commotions cérébrales sont le poison lent du rugby

Personne ne doit jouer les vierges effarouchées dans ce domaine et personne ne peut dire qu'on ne sait pas
On ne sait surement pas tout mais ce que l'on en sait est suffisant pour qu'on mette ce sujet en haut de la pile


Mais voilà vous verrez que certains vont contester ce rapport ( ou essayer)


Les spécialistes semblent se retrouver sur le fait que 3 commotions cérébrales sévères est le maximum que peut encaisser un joueur dans sa carrière avant d'arrêter sous peine de lésions irréversibles
Vous imaginez la forme de roulette russe que c'est pour les joueurs et leur carrière ?

Mais ce que l'on ne sait pas précisément actuellement c'est l'impact de chocs répétés sur la boite crânienne tout au long de la carrière d'un joueur qui n'entraine pas forcement de commotions mais qui pourraient aussi se révéler extrêmement nocifs ( ce que certains subodorent )

Alors un sport formateur ne peut vivre en dehors des sensibilités de son époque
On n'est plus au temps des jeux du cirque et n'en déplaise à certains ce risque de dégradation physique ultérieure à la carrière de joueur ne peut ni être pris par les joueurs ou par les structures du rugby

Alors oui le rugby devra évoluer ; il y perdra surement ce qui est pour certains des fondamentaux de ce sport ; mais si il ne le fait pas , il se marginalisera
Mais je n'ai pas le sentiment que les nouveaux financiers du rugby et leurs zélés ambassadeurs dans les instances internationales vont prendre ce sujet à bras le corps

Bien sur il y aura des messages sécurisants ( en particulier pour les parents ) , quelques réformettes style pommade sur une jambe en bois ...

Faudra-t'il quelques procès perdus par les employeurs ? une reconnaissance de maladie professionnelle ?

J'en ai bien peur

@Yonolan

J'y pense régulièrement et je ne vois pas vraiment de solution. On pourrait passer a du rugby union (dans les règles) mais avec seulement 13 joueurs. En enlevant le 6 et le 7, ca augmenterait les espaces et diminuerait les collisions, mais ce ne serait que temporaire vu la course a l'armement en terme de musculature.
on pourrait agrandir les terrains mais ca ne serait vraiment pas pratique.
changer les règles serait sans doute le plus efficace mais lesquelles et comment?
et je fais effectivement confiance a nos chers dirigeants pour passer une belle pommade sur une jambe en bois

@Le Haut Landais

En effet, la masse corporelle des mecs (et je ne parle pas de la nature de la masse) a augmenté de plus de 20% comparativement aux années 80, la vitesse de déplacement moyenne de 15% environ, le temps de jeu effectif de 40%, le nombre de participants remplaçants compris de 25%, on peut rajouter les facilitateurs d'accélération que sont les matériels (chaussures, ballons, terrains) et en tirer pour conclusion qu'il y a effectivement proportionnellement 20 à 25 % de plus de risques de collisions et ce à plus grande vitesse. C'est comme si sur une route tu mettais des véhicules 20% plus lourds avec une tolérance de 20% de vitesse supérieure, un pouvoir d'accélération augmenté d'autant, en y rajoutant 40% de véhicules supplémentaires sur une chaussée vierge de tout obstacle, le risque d'accident s'en trouve démultiplié non ?
Si je devais comparer ce sport avec celui des années 80 (l'époque où j'enfilais un maillot le dimanche), je dirais que le Rugby à XV est aujourd'hui devenu du Rugby à 18 (en gros les espaces d'aujourd'hui correspondent à ceux qu'ils auraient été alors si on avait rajouté 3 bonshommes sur le pré) ! On peut rajouter la généralisation des "compléments alimentaires" qui donnent cette illusion de toute puissance (être "fort" au rugby aujourd'hui c'est mettre un c-l !) et surtout que la raréfaction des espaces a pour effet mécanique qu'on travaille en toute logique moins ce qui se présente rarement (espace) au profit de ce qui se présente plus souvent (= collision ou ruck).
Quel intérêt de former aujourd'hui les mômes à l'évitement si cela se traduit de fait plus tard à des situations qui ne se présentent en réalité que très exceptionnellement ? On en fait souvent des tonnes sur le fait de : " se créer des espaces" alors qu'en fait, le propos consiste le plus souvent à exploiter des espaces...
Alors oui, et au risque de choquer certains autoproclamés "puristes de ce jeu", je pense que l'avenir de notre pratique passe par une baisse de 20% du nombre de pratiquants pour revenir à un équilibre "naturel" entre force et vitesse.
On peut règlementer en agissant sur pas mal de leviers pour atténuer la portée de ce qui tend à gangréner notre sport c'est vrai mais fondamentalement, se pose la question du nombre de mecs sur le pré !

@MARCFANXV

Je me demande meme si on ne devrait pas joue a 12 avec 6 avants et 6 3/4. tu enlèves les flankers et un ailier, ca créerait beaucoup d'espace, on aurait toujours des melees, des touches, des rucks, des mauls mais on verrait des mecs plus vifs, dynamiques qui jouent dans les espaces.
on devrait pouvoir ne pas (trop?) dénaturer le sport tout en réduisant les collisions (surtout frontales)

"Augmentation du volume cérébral". Donc plus on a de commotion, plus on a de capacité à réfléchir ? Sexton est donc le Einstein du rugby

@L\\\'ibère

Le cerveau d'Einstein était plus léger que la moyenne donc pas la bonne théorie

@Le Haut Landais

Je plaisantais , tu l'as bien compris.
On parle beaucoup des pro, mais en amateur (ou ancien amateur), je pense qu'on va aussi pas très bien finir pour beaucoup. Entre pathologies cervicales et dorsales ou des petites dyslexie venant sur le tard, je commence à flipper quand même pas mal pour le futur ...... Et je jouais derrière. J'imagine même pas certains gros

@L\\\'ibère

J'ai les genoux et les épaules de travers, le bas du dos qui couine sans parler du reste

  • cahues
    140235 points
  • il y a 1 mois

Rapport qui incitera les parents à éviter les écoles de rugby pour leurs progénitures.

@cahues

Heureusement il y aura toujours des enfants insupportables et des parents qui veulent s'en débarrasser, donc à défaut de pouvoir légalement les abandonner dans les bois il restera le club de rugby local.

Mais puisqu'on vous dit qu'on peut joueur 03 matches internationaux en 10 jours dans aucun soucis à la fin d'une saison de 12 mois ....

@Rchyères

Bien sûr, et c'est bien pour ça que les deux génies qui dirigent WR, Bill Beaumont et Bernie Krapul songent actuellement à instaurer une saison de treize mois. 👍

  • AKA
    54197 points
  • il y a 1 mois
@lelinzhou

En forme les gars! 😉

@lelinzhou

C'est une idée totalement logique. Puisque la saison ne rentre pas dans l'année civile et qu'on n'arrive pas à raccourcir la saison, alors il faut allonger l'année civile.
C'est comme quand tu grossis et que tu rentres plus dans tes vêtements : si tu n'arrives pas à perdre du poids tu achètes des vêtements plus grands.

Ce qu'ils sont malins ces dirigeants...

Derniers articles

News
News
News
News
News
Sponsorisé News
News
News
Transferts
News
Transferts