Bernard Laporte : « non, le rugby à XV ne ressemble pas de plus en plus au XIII ! »
Bernard Laporte est intervenu sur plusieurs thèmes en compagnie du président de la FFRXIII Marc Palanques.
Ce mardi à l'Université de Perpignan, Bernard Laporte a rencontré le président de la Fédération française de rugby à XIII pour évoquer différents sujets.

Le XV et le XIII. Deux entités à part entière aujourd'hui dans le rugby français. Même si ce n'est pas le cas partout dans le monde de l'ovalie. Invité à rencontrer Bernard Laporte ce mardi à l'Université de Perpignan, suite à l'initiative de viàOccitanie, le président de la Fédération Française de rugby à XIII Marc Palanques a en effet rappelé que les grandes nations qui dominent actuellement le rugby (Australie, Nouvelle-Zélande) possèdent une seule et même fédération pour les deux disciplines. Alors, un rapprochement est-il possible en France ? À en entendre Bernard Laporte, on en est encore loin :

Le rugby à XV restera le rugby à XV. Et le rugby à XIII restera le rugby à XIII. Chacun avec ses points forts et ses points faibles. La guerre, je la ferai peut-être un jour avec la maladie. Il n’y a que celle-là qui me fait peur. Je n'ai pas de guerre à mener avec les autres. Que chacun fasse bien sa vie et que chacun se respecte. C’est aussi simple que cela. 

En soulignant également qu'aujourd'hui chacun de ces deux sports avaient des spécificités qu'on ne pouvait pas enlever :

On dit qu’aujourd’hui que le rugby à XV ressemble de plus en plus au rugby à XIII. Je ne le pense pas ! Il y a des spécificités dans chacun de ces deux sports et chacun les garde. La mêlée et la conquête de balle par exemple sont des éléments essentiels du XV. Mais les terrains n’ont pas été agrandis contrairement aux qualités athlétiques des joueurs à XV. Les qualités techniques de nos avants ont fait qu’il y a moins de place.

XIII : les Dragons Catalans dévoilent un maillot collector aux couleurs du... Barça !XIII : les Dragons Catalans dévoilent un maillot collector aux couleurs du... Barça !De son côté, Palanques a également défendu son grappin en rappelant l'origine du jeu à XIII, à savoir un sport pratiqué au départ par des mineurs du nord de l’Angleterre qui souhaitaient préserver leur intégrité physique pour le travail. Ils en sont alors venus à créer un rugby plus spectaculaire en supprimant deux joueurs par équipe pour libérer des espaces. Même si la notion de combat est restée au centre selon le président de la FFRXIII :

Notre sport est beaucoup plus un sport de combat ! La mêlée à XIII sert à favoriser le spectacle. Il y a donc moins d’épreuves de force au niveau collectif. Mais il est vrai que c’est un autre choix qui est fait, c’est le choix du spectacle. À XIII, on a donc un temps de jeu de 70 minutes sur 80. Cela requiert des conditions physiques irréprochables. Et du coup, mathématiquement, le nombre d’actions de jeu se démultiplie.

La sécurité : un terrain d'entente dans toutes les formes de rugby

AMATEUR - Un rugbyman de 15 ans victime d'un malaise cardiaque à MarmandeAMATEUR - Un rugbyman de 15 ans victime d'un malaise cardiaque à MarmandeLes derniers incidents qui ont touché le rugby à XV ont dépassé les frontières de cette discipline. Le rugby à XIII veille également aujourd'hui à la sécurité de ses joueurs, même si contrairement au XV où de nouvelles règles vont être testées (interdiction du plaquage à deux et obligation du plaquage à la ceinture pour les catégories amateurs), le XIII n'a pas modifié son règlement. Pour Palanques, le principal travail doit être effectué auprès des écoles de rugby : « On apprend aux gamins à aller plaquer. Une série de petits pas, un menton haut, un dos droit, et décider du côté où l’on va placer la tête. Au moment du contact, le joueur va choisir son épaule et va engager la jambe du côté de l’épaule. Ce qui automatiquement va placer la tête de l’autre côté. Quand le contact est établi entre l’attaquant et le défenseur, le joueur apprend à coller sa tête pour qu’au moment de la chute, il n’ait pas sa tête qui vienne gifler le sol. » En rappelant que c'était souvent le plaqueur qui se blessait et avant de poursuivre : 

Le rugby, c’est comme les sports mécaniques ou un sport de combat. C’est un sport à risque ! Et cette notion-là, il faut quelque part la comprendre et l’accepter. […] Nous avons réfléchi autour de la pathologie du rugby à XIII et à toutes les blessures qui pouvaient découler de la pratique de ce sport. À partir de là, on a décliné toute une série de gestes de premiers secours adaptés et spécifiques. Et ces gestes, on les a inclus dans toutes les formations.

Laporte de son côté a pointé du doigt le rôle des médias dans ce domaine :

Quand on voit à la télévision 10 fois d’affilée le ralenti du même K.O. S’ils pouvaient le mettre 50 fois, ils le feraient… Ça n’aide pas à la promotion de notre sport. Et, des fois, je me demande si on travaille ensemble !

La question du déséquilibre financier 

La FFR : plus de 400 000 licenciés. La FFRXIII : moins de 20 000. Un monde sépare aujourd'hui les deux disciplines. Notamment sur le plan financier et dans les médias, un point que Marc Palanques n'a pas hésité à mettre en avant :

Bernard Laporte reçoit des droits TV. Nous, nous payons la production pour passer à la télévision. Vous vous imaginez le delta ? On me demande 30 000 euros par match pour la diffusion d’un match de l’équipe de France ou pour une demi-finale. C’est inextricable ! Qui dit pas de télé, dit pas de vision. Qui dit pas de vision, dit pas d’intérêt des médias.

Laporte, lui, s'est concentré sur le fait de savoir si aujourd'hui les joueurs étaient trop payés dans le rugby à XV. Sachant que le salaire moyen d'un rugbyman professionnel est aujourd'hui de 20 000 euros par mois. 

Les gens disent qu’ils gagnent trop d’argent. Alors jusqu’où peut-on aller ? Jusqu’à ce que les télévisions disent : ça vaut plus ! Et si ça vaut moins, alors les salaires vont baisser. Car c’est cela l’économie et les salaires des joueurs. Tu regardes les droits TV et je vais te donner le salaire moyen du joueur de cette ligue. C’est une évidence…
1,3 milliards de droits TV dans le football ! Tu t’imagines bien que ce n’est pas 20 000 euros de salaire mensuel pour les joueurs. Nous, nous sommes à 96 millions de droits TV. L’économie dans tous les sports vit des droits. Dans le rugby, c’est 20% d’un budget d’un club. Dans le football, pour certains clubs, c’est 60-70%.

TOP 14/PRO D2 - Les budgets des clubs professionnels encore à la hausse !TOP 14/PRO D2 - Les budgets des clubs professionnels encore à la hausse !

Concernant le Fair-play financier, voici ce qu'en pense aujourd'hui le président de la Fédération française de rugby :

Je pense que c’est quelque chose qu’il faudra commencer à regarder. Je comprends que certains clubs soient pénalisés quand ils ont en face un milliardaire. Toulon est aujourd’hui le club qui compte le plus de partenaires avec 600 partenaires. Et il a aujourd’hui en face de lui 3-4 milliardaires qui ont un budget plus important que lui. [...] Est-ce que c’est logique ? Je ne sais pas ! Mais je dis qu’il serait pas mal de limiter l’investissement des actionnaires dans un club. Ça apporterait plus de justice et plus de logique.

Un rapprochement autour...du rugby à 7 ?

La question a été évoquée récemment. Les deux fédérations peuvent-elles se rapprocher autour d'un même projet, à savoir la création d'une équipe de rugby à 7 commune pour tenter d'aller décrocher une médaille aux Jeux olympiques de Paris en 2024. Là encore, les avis divergent. Marc Palanques souhaite avant tout développer un autre projet : « On pratique le rugby à 7. Mais on glisse doucement, mais sûrement vers le rugby à 9, car c’est plus cohérent au niveau du nombre de joueurs par rapport à la taille du terrain. Le 9 nous permet de préparer plus de joueurs, et de se rapprocher du rugby que nous voulons pratiquer. » La Fédération française de rugby à XIII accompagnera notamment certains joueurs lors de la Coupe du monde de rugby à 9 à Sydney en octobre et en profitera pour faire venir 10 joueurs supplémentaires et disputer des tests-matchs (3) en Australie pour commencer à préparer la future Coupe du monde de rugby à XIII de 2021.

XIII : la France sacrée championne d'Europe, les essais de la victoire face à l'Ecosse [Vidéo]XIII : la France sacrée championne d'Europe, les essais de la victoire face à l'Ecosse [Vidéo]

Mais pour en revenir au 7, Palanques ne serait pas contre l'idée d'une équipe commune avec la FFR :

Si la Fédération française de rugby à XIII peut apporter sa contribution à l’idée d’aller piquer une médaille, j’y suis totalement favorable. Et pourquoi pas imaginer faire ce que les 2 Corées ont réussi à faire !

Pour Laporte en revanche, la réponse est claire : la FFR possède adéjà aujourd'hui un programme de développement autour du rugby à 7. Il s'est ainsi montré plutôt pessimiste quant à la création de cette équipe. 

France 7 - Quels ont été les ingrédients de la tournée asiatique historique ?France 7 - Quels ont été les ingrédients de la tournée asiatique historique ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

les médias ont retenu que Laporte a parlé de Jeu à XIII

Si dans certains pays le XIII et le XV dépendent d'une même fédération, c'est aussi parce que le XIII n'est toujours pas reconnu comme un sport à part entière au niveau international par le GAISF. Leur dernière demande a été rejetée, alors que celle du Pole Dancing ou de la balle aux prisonniers a été retenue. C'est un peu l'humiliation, et effectivement dans certains pays, le XIII dépend directement des fédérations de rugby à XV, comme en Afrique du Sud.

Il a raison pour une fois le Bernie, le Rugby à XV ne ressemble plus à rien...

@Amis à Laporte

ce bernie est vraiment un ministre décent !

@batelier

Et il a plein de pistes de luttes.

Triste rugby ! Que ce soit à 7, à 9, à XIII ou à XV, chacun son pré carré et tant pis pour l'évolution du rugby !
On pourrait penser que ces disciplines d'un même sport soient complémentaires et œuvrent dans le même sens. On pourrait peut-être envisager une certaine complémentarité, notamment au niveau de la formation au jeu ouvert, basé sur l'attaque et l'évitement. Je ne suis pas sûr que ce soient des mots du vocabulaire de Laporte.
Faire de ces disciplines des sports étrangers ne servira pas le rugby !
Pourquoi ne pas prendre en exemple ce qui se fait ailleurs ?

Ben il a raison pour 2 choses à XV:
-il y a 2 joueurs en plus (hey vous voyez ça c'est de la réflexion réfléchis digne d'un dirigeant de la FFR)
-les joueurs ne se tortillent pas comme un poulet en plein crise d’épilepsie lorsqu'ils sont plaqués et doivent se dégager du défenseur.

A part ça rien d'autre

@schallerthomas17

bien vu la metaphore du poulet epileptique, c'est tres ressemblant 🙂

Derniers articles

Transferts
News
News
News
News
News
News
News
News
Transferts
Transferts