ANGLETERRE - Des Etats-Unis à la finale de la Coupe du monde, l'incroyable destin du prodige Sam Underhill
ANGLETERRE - Des Etats-Unis à la finale de la Coupe du monde, l'incroyable destin du prodige Sam Underhill
Âgé de 23 ans, le 3e ligne est une pièce maîtresse du système d'Eddie Jones. Jusqu'au titre mondial ?

Le grand public l'a découvert le 10 février 2018. Ce jour-là, l'Angleterre accueille le Pays de Galles dans son antre de Twickenham pour l'un des affrontements les plus mythiques du rugby international. Le stade est en fusion, le suspense à son paroxysme. Malgré un doublé de Jonny May, les soldats de Sa Majesté sont en danger. Et les Diables Rouges frappent : sur une attaque au large, Parkes passe les bras pour Owens. Le talonneur fixe, et donne pour North qui fait de même pour envoyer Scott Williams à l'essai

Sauf que le 3/4 centre n'atteindra jamais la ligne. Au même moment, un certain Sam Underhill déboule, se jette sur son adversaire en train de plonger dans l'en-but... et le retourne pour l'amener en touche. Dingue. L'Angleterre s'impose 12 à 6.

Le Pays de Galles comme tremplin

C'est bien simple : depuis, Eddie Jones ne peut plus se passer de son 3e ligne. Qui forme avec Tom Curry un duo de flankers juvéniles... mais diablement efficaces autour de Billy Vunipola, la pièce maitresse du pack anglais. A vrai dire, on n'avait peut-être pas vu 3e ligne anglaise aussi belle depuis 2003, et le trio Dallaglio - Hill - Back. On connaît la suite...

Le fait qu'Underhill se révèle aux yeux du monde face au Pays de Galles est un beau symbole. Né dans l'Ohio, aux Etats-Unis, il grandit à Peterborough. Où le ballon rond est beaucoup plus populaire que l'ovale, qu'il découvre en déménageant dans le Gloucestershire à l'âge de onze ans. Le destin frappe : il effectue très vite ses débuts professionnels (à 17 ans) sous le maillot de Gloucester. D'abord en Anglo-Welsh Cup, puis en Premiership, une fois sa majorité atteinte. Seulement, l'histoire chez les Cherry & White s'arrête là.

Les bougies de ses 18 ans sont à peine soufflées qu'Underhill rejoint le Pays de Galles, et l'université de Cardiff. Là-bas, il étudie l'économie, et ne fait pas du rugby sa priorité. Pourtant, les Ospreys - basées à Swansea - lui proposent de s'entraîner, puis de jouer avec eux. Le virus est trop fort : c'est début d'un double cursus de plus en plus rare. Le tout, dans un relatif anonymat :

J'ai joué contre Clermont en Champions Cup pour mon premier match de Coupe d'Europe, et on avait gagné à la maison. Ce qui était assez énorme, face à un tel adversaire. En revenant à la résidence universitaire, j'ai croisé mon coloc en pyjama, en train de se faire une tasse de thé qui me demande : "Ah, tu avais un match aujourd'hui ?" Je recevais plein de messages de félicitations, et ça m'a fait du bien d'être ramené sur terre, avec une simple invitation au pub, en compagnie de personnes qui n'étaient absolument pas au courant de ce qui venait de se passer.  - via England Rugby

L'anecdote fait sourire, mais n'est peut-être pas si anodine dans le parcours d'un joueur qui parle plaisir plutôt que plan de carrière. Le gamin commence à enchaîner les timbres. À se faire un nom. Deux saisons et 37 matchs plus tard, c'est une évidence : Underhill doit revenir au bercail. Ce sera sous le maillot de Bath. Un retour en Angleterre qui coïncide avec ses débuts internationaux lors de la tournée d'été 2017, alors que les joueurs majeurs de la sélection sont retenus avec les Lions.

Kamikaze Kids

Âgé de 23 ans, il compte aujourd'hui 14 sélections, et déjà quelques exploits, comme ce cadrage débordement face aux All Blacks il y a un an.

Découvrez l'impressionnante activité de Sam Underhill face aux All BlacksDécouvrez l'impressionnante activité de Sam Underhill face aux All BlacksLa Nouvelle-Zélande, un adversaire qui lui réussit bien. Avec Curry, Underhill a plaqué. Seize fois, pour deux manqués. Leur duo est surnommé les Kamikaze Kids, qui se passe de traduction. Samedi prochain à Yokohama, l'Anglais devrait être l'une des clés du match face à un pack sud-africain des plus féroces. L'histoire ne dit pas si son ancien coloc' sera devant sa télévision, en pyjama, une tasse de thé à la main...

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • ced
    99554 points
  • il y a 5 mois

Le Gloucestershire c'est un peu le Perpignan Anglais
toutes les pépites viennent de là
et puis elles se barrent jouer ailleurs ...

Les anglais ont une équipe terriblement complète et cette troisième ligne est juste dingue à chaque fois qu'ils sont alignés.

Il a fait un match fantastique samedi dernier, en attaque et en défense.
Et il n'a pas été le seul dans son équipe ...
Ils en sortent régulièrement des gars comme ça ces vilains godons.
Comment font-ils ? ...

Des anglais monstrueux, et une 3eme ligne de reve, si les box ne montre pas plus de jeu, ca va etre tres tres dur pour eux en finale.

@JAN, S2612

Victoire des Bokkies tu verras

  • Pianto
    35264 points
  • il y a 5 mois

très bon article, fouillé, intéressant et bien écrit, merci.

  • Yonolan
    69544 points
  • il y a 5 mois

Alors la troisième ligne anglaise hier....royale

@Yonolan

Et en face ça couine !

S'il réitère son match face aux Blacks , ainsi que ses coéquipiers , je les vois largement vainqueur des sud-africains...

@pascalbulroland

Pas moi !

@pascalbulroland

En face en 3eme ligne, c'est pas mal non plus !
Réponse samedi prochain.

  • Ahma
    90989 points
  • il y a 5 mois
@Garou-gorille

C'est pas mal non plus chez les Gallois, les Blacks, les Irlandais, les Australiens...
C'est la qualité collective du moment qui fait la différence, et jusqu'ici les Anglais sont largement devant sur ce point.

  • ced
    99554 points
  • il y a 5 mois
@Ahma

tu as oublié la 3e ligne Française
en plus on a 3e ligne centre prometteur qui arrive, Basta... quelque chose
il parait qu'il a 3 poumons et une passe de fou
il me tarde de voir ça

  • Ahma
    90989 points
  • il y a 5 mois
@ced

Non seulement il a trois poumons, mais il a la sagesse de n'en utiliser qu'un à la fois. Ce garçon durera longtemps.

Derniers articles

Vidéos
News
Vidéos
Vidéos
News
News
News
News
Vidéos
News
News