L'immonde du Rugby N°7 : Le groupe France pour la RWC
Ovale Masqué analyse pour le Rugbynistère la sélection présentée par Marc Lièvremont... il y a du pain sur la planche !
Comme promis, l'Immonde du Rugby revient sur la liste des 32 annoncées par Marc Lièvremont ce matin. Pour la commenter, nous avons fait appel à notre grand expert du rugby international, Pierre Villegueux. Il y a quelques semaines, Pierre nous proposait sa listes des 30 idéales
. Lièvremont l'a t-il entendu ?


La fameuse liste des 30 qui sont en fait 32 mais qui sont en réalité 27 car 5 joueurs sont actuellement en déambulateur, vient enfin de tomber. En 4 ans, tout ce que Marc Lièvremont et sa bande ont essayé de construire s'est effondré au cours des 9 derniers mois. Il aurait donc pu repartir à 0, ou s'appuyer sur l'ossature toulousaine pour assurer le coup tant bien que mal. Mais globalement, Lapinou est resté sur ses certitudes, à deux trois exceptions près... voici mon avis sur cette sélection étrange, mais pas complètement débile, un peu à l'image de son sélectionneur finalement. Le tout est 100% subjectif évidemment, et j'espère bien me faire insulter dans les commentaires.

La première ligne

Fabien Barcella et Thomas Domingo n'ont pas fait de ski cet été mais ils sont là pour prendre la relève de Sylvain Marconnet, dont le feuilleton « jouera-jouera pas » avait été le gros faux suspense de l'avant Coupe du Monde 2007. Barcella n'a pas joué depuis la finale de H-Cup 2010 et son retour paraît carrément improbable. Celui de Domingo, qui récupère plus vite que prévu, l'est déjà plus. Ca reste un gros pari... mais sachant que Domingo a été le meilleur joueur du dernier Tournoi et que la mêlée restera notre arme principale pour contrer les nations du Sud, je suppose qu'il fallait tenter le coup.

Autre prise de risque, ne sélectionner que deux talonneurs. C'est un poste extrêmement spécifique. En cas de blessure d'un des deux gars (entre Dimitri la fragile et William « je joue 70 matchs par an » Servat, c'est pas impensable) on serait obligé de rappeler un mec qui n'a pas fait la préparation et qui ne connait pas les combinaisons. D'ailleurs, si cela arrive, Marco sera donc obligé de faire appel à quelqu'un qui connait déjà bien le groupe: ce sera donc forcément Guirado. Double mauvaise nouvelle donc.

Pour le reste de la première ligne, il y a du classique avec l'incontournable Mas. Ducalcon est un choix contesté, mais que je valide personnellement. Rincé par sa grosse saison avec Castres, mais pas entartré. Une vraie machine.
On attendait plus Poux, souvent boudé par le staff mais il est là et c'est tant mieux au vu de son expérience et de sa polyvalence. Je me réjouis également de la présence de Marconnet : quoiqu'on en dise, il a retrouvé un niveau correct et si la mêlée du Bého flanche beaucoup dernièrement, ce n'est clairement pas de sa faute. Il a l'expérience, l'envie après avoir raté 2007, il a du caractère et c'est un leader potentiel.

La deuxième ligne

En seconde ligne, là aussi du classique. Lionel Nallet sera bien là, pas Chabal. Une bonne nouvelle : la dernière fois que Nalluche a été contraint de jouer sans son amoureuse, c'était contre les Gallois et il nous avait sorti des feintes de passe, des courses de 30 mètres et un doublé. Galvanisé par son chagrin d'adolescente transie d'amour, il va se laisser à nouveau pousser les cheveux et la barbe et adopter l'attitude d'un guerrier pour rendre hommage au Caveman.

Pascal Papé, la brute sans cervelle qu'on se doit d'avoir dans toute équipe, va avoir l'occasion de prendre un rouge face au Canada ou au Tonga, et ainsi perpétuer la légende du rugby français. Romain Millo-Chluski est de retour et jouera le rôle de la Poutre qui plonge tête la première dans les rucks, ce qu'il fait quand même bien mieux que Jerôme Thion. Enfin Julien Pierre fera du Julien Pierre: jamais excellent, jamais mauvais non plus, une valeur sûre quoi.

La troisième ligne

En troisième ligne, l'indispensable Julien « Coeur de Rital » Bonnaire sera présent. Il est indispensable : il porte des petites lunettes, c'est donc le Lillian Thuram du rugby français, l'intello de la bande. Sans doute le seul à même de comprendre le petit livre du jeu de Marc et sa clique... il pourra l'expliquer au reste de l'équipe qui a l'air bien largué.
Fulgence Ouedraogo, après quelques temps au placard, est aussi de retour. On ne sait toujours pas ce que veut dire Lapinou quand il dit de lui qu'il est « un joueur de rupture » (personnellement, je ne connais qu'un joueur de rupture, Jamie Cudmore, mais je le qualifierai plus de joueur de rupture d'anévrisme) mais il a encore prouvé cette saison toute sa valeur. Il fait un gros abattage partout sur le terrain, fait le lien entre les avants et les arrières, et semble être un capitaine exemplaire à Montpellier. Un autre capitaine, moins indiscutable ces derniers temps, c'est Thierry Dusautoir. Si on peut douter de ses qualités de leader, le joueur a encore fait une grosse saison et semble même avoir un peu étoffé son jeu. On attend bien sûr de lui qu'il martyrise à nouveau les Blacks en match de poule...

Abordons le cas Chabal maintenant: dans tous les cas, Lièvremont était baisé. S'il sélectionnait Chabal, on aurait parlé de favoritisme envers un joueur hors de forme, d'un Chabal superstar qui peut flinguer les arbitres dans la presse et continuer d'être sélectionné tranquilou. Dans l'autre cas de figure, Chabal devenait un martyr, blacklisté pour avoir trop ouvert sa gueule... c'est cette voie qu'a choisi notre sélectionneur.
En un sens, sa non-sélection peut paraître cruelle. Il a fait une grosse saison avec le Racing l'année dernière, a été mauvais pendant le Tournoi certes, mais pas plus que d'autres. S'il n'était pas si exposé médiatiquement, aurait-on été si nombreux à réclamer sa tête ? Sans doute pas, mais après tout Chabal reste Chabal : un joueur intéressant en impact player mais quand même limité. Sa non-sélection, sportivement parlant, n'est pas un gros scandale même si on ne parlera que de ça pendant un moment.

Raphael Lakafia, lui, affiche un profil tout aussi puissant, mais avec a priori plus de ballon et de fraîcheur. Là je peux me la péter un peu: je crois avoir été un des premiers à évoquer la sélection du polynésien avec les Bleus, dans ma chronique datant du mois de mars. Il faut dire que le gars ne sort pas de nulle part, et m'avait déjà fait belle impression avec les Bleuets et à Grenoble. Puis il fallait bien prendre un puceau dans la liste histoire de faire une petite surprise, façon Domenech. Ce qu'il peut faire au niveau international reste cependant un mystère. Il aura un coup à jouer dans les matchs de préparation... pourquoi pas ? Nos adversaires ne connaissent pas son jeu, alors que Chabal est désormais attendu sur tous les terrains du monde. L'effet de surprise qui peut faire mal.

Harinordoquy est là, pas de surprise. Meilleur joueur du Grand Chelem 2010, Hari a quand même réalisé pas mal de matchs dégueulasses dernièrement avec le Bého. Un peu de repos et une bonne prépa devraient lui faire du bien. Sinon, petit message à Marco qui a déclaré « Je vois depuis un an un jeune numéro 8 du nom de Lakafia qui est extrêmement performant et qui a réussi l'exploit de pousser Imanol Harinordoquy sur le côté de la troisième ligne à Biarritz ». Un exploit qu'avait pourtant déjà réalisé Cronje lorsqu'il jouait encore à Biarritz... le replacement d'Hari en flanker, selon moi, aurait du être acté depuis longtemps.

Louis Picamoles a été lancé dans le grand bain par Lièvremont alors qu'il était encore un inconnu à Montpellier. Il aurait pu accompagner sa progression pendant 4 ans, comme il l'a fait pour Parra et Trinh-Duc... pourtant, Picachu semblait être blacklisté suite à son départ au Stade Toulousain. Le voilà de retour, comme par miracle. C'est mérité mais d'un coté, c'est du gâchis de ne pas lui avoir donné du temps de jeu international ces dernières années. Il n'y a plus qu'à espérer qu'il soit à la hauteur sur une compétition entière, car pour l'instant, il a plus réussi des « coups » à l'occasion de quelques matchs.

La charnière

A la mêlée, Lapinou a fait le choix de sélectionner les deux meilleurs demis de mêlée français du Top 14, Morgan Parra et Dimitri Yachvili. Choix logique ? Oui et non, parce que niveau complémentarité, on a vu mieux. Deux demi de mêlées buteurs, tendance gestionnaires... les similitudes entre les deux sont nombreuses, même si à l'évidence, Dimitri a beaucoup moins de pellicules que Morgan. On se prive donc d'un profil d'éjecteur (Dupuy ? Tomas ? Michalak ?) qui pourrait apporter un plus et dynamiser le jeu en rentrant en cours de match. C'est dommage. Et même remarque que pour les talonneurs : pour un poste spécifique comme ça, il est généralement conseillé d'en prendre 3...

A l'ouverture, pas de surprise. François Trinh-Duc est le meilleur ouvreur français. Il partait de loin en 2008 mais il a beaucoup progressé, en club comme en sélection. Gros plaqueur, rapide, puissant et incisif... désormais plus « meneur de jeu », même s'il joue toujours un peu comme un centre, poste où il a évolué avec Montpellier à quelques reprises cette saison d'ailleurs. A coté de ce profil atypique, un ouvreur archi-classique avec David Skrela. Choix logique pour celui qui rappelons-le, a été (enfin) à la hauteur en H-Cup avec Toulouse l'année dernière. Sobre, bon organisateur, bon défenseur, bon buteur, polyvalent au centre, il mérite sa place. Wisniewski aurait pu en être, mais c'était trop tard pour l'essayer. On remarquera au passage le naufrage de Yoyo Beauxis, le futur Wilko qu'il était en 2007 n'est même pas le troisième choix en Equipe de France aujourd'hui... la faute à qui ?

Les centres

Un autre des surprises de la liste, c'est Fabrice Estebanez. Le gros impact player de l'équipe. Entré à la 54ème minute du match France-Australie alors que le score est de 27-17. Score final: 59-17. Sa présence sur la liste aura au moins le mérite d'offrir un bon gros fou rire à Adam Ashley-Cooper. Mais plutôt que de parler de l'ouvreur (ou centre ? ou arrière ? la dernière fois que j'ai eu le malheur de voir un match du CA Brive, il était surtout sur le banc) parlons de l'absence qui fâche, celle de Jauzion.

Ca fait un bon moment que Yannick Jauzion est cramé. Il est lent comme une charrette à boeufs et même Skrela a l'air véloce à coté de lui, c'est dire. Il faut dire qu'il n'a pas été ménagé ces dernières années, en jouant quasiment tous les matchs possibles avec les Bleus et le Stade Toulousain...
Si on avait le réservoir des All Blacks, on l'aurait viré depuis longtemps. Sauf qu'à ce niveau, on est plus proches de l'Irlande qui joue avec la même paire depuis 10 ans.
Ok, Jauzy n'est plus décisif. Ok, malgré son expérience, ses titres, il a le charisme d'un hareng mort et ne semble pas être en mesure d'être le « capitaine de derrière » qu'il nous manque. Mais lors des dernières grosses branlées encaissées par l'Equipe de France, il n'était jamais là. Contre l'Australie, comme précédemment dit, jusqu'à sa sortie, la défaite restait honorable. Il reste une valeur sûre. On a pas vraiment mieux à ce poste et il n'était pas stupide de penser qu'avec du repos et une préparation adéquate, il pouvait retrouver son niveau avant le début de la compétition. Puisqu'on parlait de l'Irlande, comparons avec D'Arcy et O'Driscoll, souvent annoncés comme cramés et pourtant presque toujours présents dans les grands rendez-vous...
Se passer d'un joueur qui a disputé deux Coupes du Monde et qui a gagné le Grand Chelem et la H-Cup l'année dernière est une erreur. Et la presse étrangère, qui a généralement beaucoup d'estime pour Jauzion (et Dieu sait que ça leur fait du mal d'apprécier un français !) ne manquera pas de le souligner. Heureusement, on peut penser que le forfait probable de Rougerie (voire de Mermoz) devrait le faire revenir dans la liste...

Maxime Mermoz lui est bien dans la liste, alors qu'on est pas certain qu'il soit en état de jouer en septembre. C'est prendre un bien grand risque pour un joueur qui a réalisé une bonne saison dans sa carrière et qui n'a jamais convaincu en Bleu. Alors certes, il a un profil et un talent rares en France au poste de premier centre...

Passons maintenant à son binôme de l'USAP, David Marty. Sa présence aurait été tolérable en 2009, la saison du titre, où il fut effectivement assez performant. En 2011, c'est déjà moins évident. On se souvient d'ailleurs que sa seule association avec Mermoz en Bleu (leur complémentarité présumée étant un argument majeur pour les sélectionner) a accouché d'une défaite de 40 points en Afrique du Sud. Mais sachant que Bastareaud est un obèse dépressif et que Florian Fritz est une racaille qui risque encore d'oublier son passeport, ce choix était inévitable....

Auélien Rougerie maintenant : sa sélection pour la Coupe du Monde de Rugby handisport doit lui donner du baume au cœur en ces temps difficiles. Plus sérieusement, il n'a quasiment aucune chance d'être là en septembre. Est-ce une grande perte ? En France, on ne forme que des bourrins coffre à ballons au poste de N°13 (Bastareaud, Fritz et Marty ont un quota de deux intervalles à prendre par an) et du coup on se retrouve à faire jouer des ailiers ou des arrières (Poitrenaud aurait pu être testé aussi) à ce poste pour envoyer plus de jeu... un bricolage qui risque de ne pas suffire en Coupe du Monde.

Les ailiers et arrières

Coiffé comme un mouton, traité de chèvre sur tous les terrains et les forums de discussion de France, Yoann Huget est le bouc émissaire idéal. Oui, il a fait des matchs de merde en Equipe de France. Mais si il a brillé par ses boulettes, c'est au moins parce qu'il a tenté, et que lui, il a eu de l'envie, alors qu'il aurait été facile de rester planqué sur son aile. On parle d'un gars rapide, avec de bons appuis, puissant et explosif alors que ça fait bien longtemps que Julien Malzieu se traîne sur les terrains avec la dégaine de Grand Corps Malade et la défense qui va avec. Puis marquer 11 essais quand on joue à l'Aviron Bayonnais, ça devrait compter double. Un bon choix selon moi, s'il arrive à prendre confiance.

Médard & Clerc: Cette saison, Vincent Clerc commence enfin à retrouver son niveau de 2007. Sa progression avait été stoppée par une rupture des ligaments croisés... quand on voit le temps qu'il a mis pour retrouver son punch et sa vitesse, on se demande vraiment pourquoi Mermoz et Rougerie sont dans la liste. Médard, lui, s'était laissé aller après son explosion en 2008, le revoilà à un très bon niveau. Ce sont aussi les deux seuls vrais « finisseurs » de la liste.

Retour attendu pour Cédric Heymans, que je souhaitais également dans ma liste au mois de mars, alors qu'il n'était pas encore revenu « à la mode ». Avec Trinh-Duc et Médard, le seul joueur créatif des lignes arrières, capable de faire basculer un match sur un coup de génie. Il est donc indispensable.
Quand Marc Lièvremont est arrivé à la tête de l'Equipe de France, il a joué ses 3 premiers matchs avec Heymans à l'arrière, avant de le déplacer à l'aile, puis de l'oublier pendant un an. Le voilà donc de retour, a priori pour jouer à l'arrière. Retour à la case départ.... comme un symbole.

Alexis Palisson, le Justin Bieber du rugby français, est lui aussi présent et pourra embarquer dans l'avion pour la Nouvelle-Zélande puisqu'il sera accompagné d'adultes. Arrière, ailier, doté d'un bon jeu au pied et possible buteur de secours, Alexis fait un peu office de mini-moi de Cédric Heymans et on se demande s'il n'aurait pas été plus malin de prendre un pur ailier sachant qu'en plus de l'ébouriffé toulousain, Médard et Traille sont également capables de jouer à l'arrière. Peut être que sa présence pourra combler l'absence de la Chabalmania : plus jeune, plus métrosexuel et moins poilu, Alexis a du potentiel en dehors du terrain. Dedans c'est moins sûr...

Damien Traille : Lors de la publication de ma liste des 30 idéale, je disais « Ouvreur, centre, arrière, titulaire du brevet de secouriste et de son BAFA, doudou de Marc Lièvremont… le Rantaplan est indispensable pour partir en voyage, comme un couteau suisse où une vieille boite de capotes. » Voilà, tout est dit. Quoi ? Il n'a pas joué depuis le mois de mars, lui aussi ? A croire que c'est devenu un critère de sélection... au moins il y aura de la fraîcheur...

Terminons avec la grosse arnaque de la liste : Jo Maso. 4ème Coupe du Monde d'affilée pour le concierge de l'Equipe de France, pourtant transparent depuis de nombreuses années. Le frisé qu'il faut virer, c'est lui, pas Huget.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • rémy
  • il y a 13 ans

Huget est bon contre Bourgoin ou La Rochelle, contre les Blacks ça va être rigolo ...

Derniers articles

News
News
News
Sponsorisé News
News
Vidéos
News
News
News
News
News