VIDEO. Les secrets de François Trinh-Duc pour travailler son jeu au pied

VIDEO. Les secrets de François Trinh-Duc pour travailler son jeu au pied
Les secrets de François Trinh-Duc pour travailler son jeu au pied.
Boudé par Philippe Saint-André, François Trinh-Duc a été convoqué pour le premier stage du XV de France. Une victoire pour l'ouvreur qui a beaucoup travaillé. Boudé par Philippe Saint-André depuis sa prise de fonction en 2011 avec seulement cinq sélections et pas une seule convocation après le Tournoi des 6 nations 2013, François Trinh-Duc (27 ans, 49 sélections) a retrouvé Marcoussis à l'occasion du stage de préparation du XV de France en vue de la tournée d'automne. Si l'ouvreur du MHR avance que ce n'est pas une revanche, il s'agit tout de même d'une petite victoire après des mois passés à gamberger. « Je respecte les choix qui sont faits, même s'ils m'affectent », commentait ce dernier via Rfi en mai dernier. Rémi Talès et Frédéric Michalak ont en effet longtemps eu la faveur de Philippe Saint-André, sans oublier Jules Plisson et Camille Lopez. Quelques mois auparavant, le sélectionneur déclarait que la hiérarchie était établie, indiquant que le Montpelliérain n'était pas hors-jeu pour le mondial mais qu'il devait encore progresser sur la gestion des temps faibles. On lui reprochait également de n'avoir pas un jeu au pied satisfaisant alors que Marc Lièvremont, ancien entraîneur du XV de France, avait peint le portrait d'un joueur talentueux mais qui se reposait trop sur ses acquis.

François Trinh-Duc s'est donc remis en question pour devenir « un joueur de caractère » selon les dires de son entraîneur Fabien Galthié, via Libération. Pour revenir dans les petits papiers du sélectionneur, il a notamment passé des heures à travailler son jeu au pied. « Il y a trois ans, je m'entraînais, mais ce n'était pas la même chose », confie Trinh-Duc dans l'Equipe. Décidé à endosser le rôle de buteur dans son équipe et à progresser pour retrouver les Bleus, il n'a pas lésiné sur les efforts (500 coups de pied trois à quatre fois par semaine). « Il s'entraîne comme un âne depuis le début de la saison. Il passe des heures et des heures à taper », confirmait Galthié en mai dernier.

C'est en coulisse et à l'abri des regards indiscrets qu'il a effectué le plus gros de son travail avec l'aide de Patrice Amadieu, directeur du coaching à la fédération française...de golf. En s'inspirant du maître, Jonny Wilkinson, ils ont changé sa manière de frapper pour optimiser sa puissance et sa précision. Des séances qui ont porté ses fruits l'an passé avec 80 % de réussite face aux poteaux (19 pénalités, 11 transformations, 8 drops) et aussi en début de saison avec un coup de pied gagnant à 45 mètres sur la pelouse de Clermont fin août (20-21). « Mettre un but de pénalité important d'aussi loin, oui, pour moi, c'est un déclic. » Celui qu'attendait peut-être le staff de l'équipe de France.


Crédit vidéo : Canal +