GRAND STADE : les communes déboutées par l'abandon réclament plus de 50 millions à la FFR

GRAND STADE : les communes déboutées par l'abandon réclament plus de 50 millions à la FFR
Le Grand Stade de la FFR, un projet abandonné.

Le Grand Stade de la Fédération Française de Rugby ne verra jamais le jour. Mais cette dernière n'a pas fini d'en entendre parler.

En pleine tempête médiatique, la FFR n'avait pas vraiment besoin de ça. L'Equipe rapporte ce matin qu'une "action en responsabilité civile va être intentée" contre l'organe suprême de rugby français. En cause ? L'abandon du Grand Stade de la FFR, décidé en décembre 2016 dès le début de la présidence de Bernard Laporte. Ce Grand Stade - qui devait être la propriété de la Fédération, à l'instar de Twickenham pour la RFU - ne verra donc jamais le jour, la faute à un coût de construction trop important qui était allé jusqu'à inquiéter la Cour des comptes.

La FFR en danger selon le rapport confidientiel de la Cour des comptes sur le Grand StadeMais la décision de Laporte était-elle légale, notamment au regard de la rapidité avec laquelle elle a été prise, comme se demande le journal ? C'est ce que se demande la ville de Ris-Orangis - où devait se constuire l'enceinte sportive - et la communauté d'agglomération Grand Paris Sud, qui ont fixé un montant du préjudice à plus de 50 millions d'euros. Cité par l'AFP via France Info, le maire de Ris-Orangis explique : 

D'après nos estimations, le territoire a perdu plus de 50 millions d'euros, entre les dépenses réalisées par nos collectivités et le manque à gagner engendré par l'annulation.

Il précise que si "le recours devant le tribunal administratif n'est pas encore déposé", une lettre sera envoyée à la FFR pour demander à réparer le préjudice subi. Que se passera-t-il en cas d'absence de réponse ? "On saisira le tribunal administratif de Versailles d'une requête en plein contentieux."

Le comité directeur de la FFR vote l'arrêt du projet du Grand Stade