La nutrition comme prévention des commotions à Clermont ?

La nutrition comme prévention des commotions à Clermont ?
Les joueurs clermontois suivent à la lettre les conseils nutritionnels.
À Clermont, le professeur Stéphane Walrand, déjà nutritionniste du club, a mis en place un protocole alimentaire en prévention des commotions.

Les commotions deviennent monnaie courante dans le rugby moderne, parfois jusqu'à arriver à des fins dramatiques. Les acteurs du rugby français tentent de trouver des solutions par tous les moyens : proposition de changement de règles, arbitrage plus sévère ou préparation physique des joueurs. 

L'entraîneur des espoirs du SUA interdit le double plaquage à ses joueurs [Vidéo]

Le soldat soufflé par une explosion présente une commotion qui se rapproche un peu de celle du sportif, a déclaré Stéphane Warland pour le journal L'Équipe

Depuis le milieu de saison dernière, le club de Clermont a mis en place un nouveau système permettant de prévenir et surtout de réduire les effets d'une commotion sur ses joueurs. C'est grâce à l'aide de Stéphane Walrand, professeur au CHU de Clermont-Ferrand et nutritionniste de l'ASM que l'idée est venue : modifier l'alimentation des joueurs pour les protéger contre les commotions. 

Dans une interview donné au journal L'Équipe, Stéphane Walrand explique les enjeux et les modalités de mise en place d'un programme nutritionnel pour les joueurs du club où il est en charge de leur éviter un manque nutritif. Il explique notamment le lien entre nutrition et commotion cérébrale. 

On se disait qu'il fallait que les joueurs ne soient pas déficitaires en ces nutriments, dans l'idée de les aider, en fin de match, à garder un angle de vue plus ouvert, ou une ouïe pas modifiée par la fatigue. (...) Mais pas en pensant protéger contre la commotion, parce qu'on n'en parlait pas à l'époque !

C'est donc à la suite des premiers débats sur les commotions que l'ASM et Stéphane ont décidé d'établir un protocole alimentaire préventif contre les commotions. Mais le vide scientifique sur le lien spécifique entre nutrition et commotion, malgré quelques études dans l'armée et sur les animaux, ne permettra pas d'avoir des résultats avant quelques temps dans le domaine sportif.

On a bâti la prévention nutritionnelle juste sur des exemples de nutriments dont on savait que tous les joueurs étaient déficitaires et dont on savait aussi qu'ils pouvaient avoir un effet sur la prévention des commotions cérébrales. 

Pour cela, le nutritionniste en accord avec le club a mis en place "un restaurant avec un chef à demeure", comme il l'explique à L'Équipe, au centre d'entraînement de l'ASM, qui permet de fournir aux joueurs tous les nutriments nécessaires à la prévention des commotions et à l'amélioration des performances sportives. Ces nutriments sont les acides gras polyinsaturés oméga 3 (comme les DHA) déjà connu pour ses bienfaits sur le cerveau notamment dans la prévention des troubles cognitifs chez les personnes âgées touchées par la maladie d'Alzheimer. Pour faire simple, le DHA stimule des protéines indispensable à la survie des neurones, tout en diminuant celles qui favorisent la mort des neurones.