VIDEO. CHAMPIONS CUP. ''La Bascule'', ce moment où le Stade Rochelais a renversé le Leinster
Les Rochelais étaient parvenus à renverser la tendance au cours d'un match mal engagé. Crédit photo (Bein Sports)
Replongeons-nous dans de beaux souvenirs, et dans la finale de la Champions Cup de l'année dernière, qui avait vu les Rochelais être couronnés pour la deuxième fois face au Leinster.

Un premier quart d'heure tout en maîtrise 

Comme à son habitude, le Leinster est une machine bien huilée, où les grains de sable ne sont pas invités. La formation prend (toujours) les rencontres par le bon bout, et bien que La Rochelle soit équipée pour les faire douter, les Maritimes n'ont pas dérogé à la règle. 

Après seulement 30 seconde de jeu, et une touche trouvée par Brice Dulin suite à un coup d'envoi du Leinster, Dan Sheehan plonge dans l'en-but des Charentais. Le talonneur de l'Irlande a réussi à trouver Jack Conan qui était démarqué sur une touche, pour le mettre dans l'avancée. Le numéro 8 a ensuite bien négocié le deux contre un, 7-0 pour les Leinstermen. 

Ne laissant pas le temps à La Rochelle de respirer, les coéquipiers de Sexton, qui étaient en tribune ce jour-là, investissent encore le camp adverse. Ainsi, cinq minutes après le premier essai, ces derniers amorcent une attaque en première main en lançant Lowe à toute vitesse dans la défense maritime. Les temps de jeu s'enchainent, les libérations sont rapides, trop rapides pour les Rochelais qui encaissent un second essai. C'est l'œuvre de Jimmy O'Brien, servit par Ross Byrne qui rate sa seconde transformation, 12-0. 

Ensuite, pas moins de cinq minutes plus tard, rebelote, touche sur les 22m pour le Leinster. Après une confusion de Boudehent suite à une touche lobée, les Irlandais récupèrent le cuir, lance les chars et laisse parler la classe de Gibson-Park. Le Néo-zélandais d'origine inverse le sens du jeu, réalise une passe de près de 20 mètres pour Sheehan, qui, tel un véritable finisseur, aplati son deuxième essai, 17-0, déjà. 

rugby

RUGBY. Pourquoi Toulouse refuse de regarder en arrière et de se voir trop beau avant d'affronter les ChiefsRUGBY. Pourquoi Toulouse refuse de regarder en arrière et de se voir trop beau avant d'affronter les Chiefs

La Rochelle retrouve le fil

Bien qu'en infériorité numérique à cause du carton jaune de Tawera Kerr-Barlow, les Maritimes rentrent pour la première fois dans le camp du Leinster, et obtiennent une mêlée à 5 mètres. Brice Dulin est à la baguette, et son pack fait un bel effort. Alldritt sécurise la balle, et le ballon est éjecté dans les mains d'Hastoy qui lance sans hésiter Danty. Ce dernier rebondi sur Ringrose et continue sa course vers l'en-but. Il parvient à aplatir, 17-7, le Stade Rochelais n'est pas mort. 

Malgré deux pénalités concédées, portant le score à 23-7, les hommes de Ronan O'Gara n'abdiquent pas, se montrent de plus en plus entreprenants. Ces derniers occupent davantage le camp du Leinster, et juste avant la pause, à la 38ᵉ minute, parviennent à franchir la ligne une seconde fois. Après des temps de jeu avec les gros, Kerr-Barlow lève la tête et permet à Hastoy de décaler parfaitement Seuteni qui plonge dans l'en-but. 23-14 à la mi-temps. 

rugby

En revenant des vestiaires, les idées sont claires pour les coéquipiers d'Alldritt, remettre la main sur la balle comme lors de cette fin de première période. Chose dite, chose faite et dès la 42ᵉ minute, Seuteni perce plein centre et meurt à quelques mètres de la ligne irlandaise. Avertissement sans frais pour les Leinstermen, qui encaissent tout de même une pénalité, 23-17. 

Une pénalité de chaque côté permet au score d'évoluer à 26-20, mais toujours six unités fragiles protèges les coéquipiers de James Lowe. La Rochelle confisque le ballon, gagne du terrain et récupère une touche à 5m de la ligne irlandaise. Un ballon porté se forme puis s'écroule, et les avants rochelais prennent l'initiative des pick and go. À ce petit jeu-là, les hommes du Leinster sont rudes, mais l'envie est du côté des Charentais, qui sont morts de faim. Sur un ballon qui traîne, Georges-Henri Colombe le ramasse et réussit à franchir la ligne, La Rochelle passe devant pour la première fois du match, 26-27. 

''La Bascule'' dans les dernières minutes 

Bien évidemment, un grand champion comme le Leinster ne perd pas un match sans une réaction, et se montre dangereux dès la 75ᵉ minute. Charlie Ngatai est entré en jeu, et amorce une attaque en solitaire. Le Néo-Zélandais avance et échoue à seulement quelques pas de la ligne rochelaise. Un bras de fer s'engage alors entre les deux équipes, mais qui craquera en premier ? 

Will Skelton, Grégory Alldritt, Quentin Lespiaucq s'emploient en défense et plongent dans les genoux des Irlandais. Au large, Seuteni et Kerr-Barlow se montrent très agressifs et annihilent les offensives du Leinster. Le ballon est dans un premier temps récupéré, mais le demi de mêlée rochelais ne parvient pas à sortir la balle en touche, le danger revient aussitôt. 

Après de multiples temps de jeu, d'innombrables sacrifices et des séquences avec une intensité rare, un homme est à terre, Georges-Henri Colombe. Le grand gaillard qui était rentré à la place d'Atonio se plaint d'une charge à l'épaule, l'arbitre interrompt le match. Après vérification de ce dernier, la faute est claire et évidente, le Wallabie Alaalatoa percute violemment à l'épaule l'ancien joueur du Racing 92. La zone de l'impact est sur la nuque, la décision sans appel, c'est un carton rouge ! 

Colombe se relève enfin, Atonio rentre à nouveau et La Rochelle n'est plus qu'à un lancer du titre, contre toute attente ! Lespiaucq fait parler sa magie, et envoie la balle sur Bourdeau en fond d'alignement, qui amorce un maul en attendant que les secondes passent. Les avants rochelais se serrent, Kerr-Barlow sert de troisième flanker et le ballon peut enfin être libéré dans les bras d'Hastoy ! La Rochelle bat le Leinster 26-27. 

C'est à notre sens le moment décisif du match, le tournant, la bascule, comme vous voulez. Dans les têtes rochelaises, c'est aussi l'instant de réaliser que la victoire n'est plus impossible, que le plus dur a été fait et que ce sont désormais eux, les chasseurs et plus les proies. Ce fait de jeu reste à ce jour un des plus marquants de l'histoire de la Champions Cup

Des statistiques folles 

Si nous avions revu en quelques lignes les grosses actions de ce match, penchons-nous désormais sur les statistiques qui prouvent que le succès des Rochelais n'est pas volé. Tout d'abord, les hommes de Ronan O'Gara ont été particulièrement disciplinés. Bien qu'ils aient concédé neuf points suite à des fautes, l'arbitre n'a sifflé qu'à huit reprises contre La Rochelle. En face, le Leinster a été pénalisé douze fois, dont plus de la moitié dans la dernière demi-heure de jeu. 

Ensuite, si le match ne démarrait pas de la meilleure des manières, les Rochelais ont réussi à prendre leur jeu à leur compte au fur et mesure de la partie. Ces derniers ont été méthodiques, n'ont pas paniqué dans les moments clé et finissent la rencontre avec 58 % de possession globale et 59 % d’occupation ! Des statistiques de champion d'Europe. 

Puis, la grosse différente faite par les Rochelais reste dans les duels en un contre un. Si les Leinstermen ont été vaillants dans le premier acte, la puissance des joueurs du Top 14 a été trop importante lors de la deuxième mi-temps. Au total, 361 mètres parcourus avec la balle et 16 défenseurs battus pour La Rochelle. Dans ses rangs, Seuteni, Alldritt et Kerr-Barlow en ont battu 12, ce qui est plus que le total de toute l'équipe irlandaise, qui en a battu seulement 6. 

Enfin, comment ne pas mettre en lumière le 100% au pied d'Antoine Hastoy, qui a pris le meilleur sur son homologue du jour. Avec cinq tirs au but réussis sur cinq tentatives, Hastoy a permis à son équipe de rester au contact, et même de passer devant. Pour le Leinster, Ross Byrne a manqué deux transformations en première mi-temps, quatre points qui coûtent cher à la fin du match. 

PROD2. Monument en péril : ce bastion du rugby français va-t-il descendre en Nationale ?PROD2. Monument en péril : ce bastion du rugby français va-t-il descendre en Nationale ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

La bascule c'est la 30eme les gars!!
Sortie du capitaine Ryan, incroyablement tonitruant ce jour là.
Coup de massue pour le Leinster, flottement, LR en profite pour revenir dans le match, essai de Seuteni, etc...

Sans cette commotion messieurs, le Leinster plante 40 point a la mi-temps, sans se soucier des échecs de son buteur.
Rappelez vous l'écart de niveau jusqu'à la 25eme bon dieu!!

Derniers articles

Vidéos
News
Ecrit par vous !
News
Vidéos
News
News
Vidéos
Vidéos
News
News
News