Super Rugby : l'hégémonie de la Nouvelle-Zélande peut-elle être stoppée ?
Super Rugby : l'hégémonie de la Nouvelle-Zélande peut-elle être stoppée ?

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Les franchises néo-zélandaises se partagent les titres ces dernières saisons. Peuvent-elles être inquiétées ?

Les Chiefs en 2012 et 2013. Les Highlanders en 2015. Les Hurricanes en 2016. Puis les Crusaders en 2017 et 2018, pour un nouveau doublé. Les franchises néo-zélandaises ont remporté six des sept dernières éditions du Super Rugby. Seuls les Waratahs ont su bousculer la hiérarchie, en 2014. Sur la scène internationale comme dans la compétition majeure de l'hémisphère sud, le rugby est un sport qui se joue à XV. Et à la fin, c'est la Nouvelle-Zélande qui gagne. Une franchise des deux autres conférences pourrait-elle changer la donne en 2019 ? 

Jamais 3 sans 4 pour les Lions...

La malédiction de Clermont en finale est bien connue en France. Celle des Lions l'est un peu moins. Certes, les joueurs de Johannesburg ont échoué "seulement" trois fois sur la dernière marche. Mais les trois finales perdues l'ont été lors des trois dernières éditions du Super Rugby ! D'abord tombés face aux Canes (20-3), les Lions ont vu les Crusaders soulever deux fois le trophée (25-17 ; 37-18). Mais ils sont des candidats légitimes pour succéder aux joueurs de Canterbury.

Super Rugby : qui des Sharks, Stormers, Lions ou des Bulls s'en sortira le mieux en 2019 ?Seul bémol, la perte de trois cadres du pack partis rejoindre Johann Ackermann à Gloucester : Kriel (3ème-ligne), Mostert (2ème-ligne) et Dreyer (pilier). Mais face à la faiblesse de la conférence sudaf', les Lions devraient de toute façon être au rendez-vous des phases finales.

  • Le reste de la conférence : 

Les Bulls ne semblent pas armés pour atteindre le Top 8. Reste les Stormers et les Sharks, qui devraient lutter à armes égales. Les premiers ont récupéré Ruhan Nel, vu avec les Blitzboks 7s, et voudront sûrement offrir une belle sortie à Eben Etzebeth. Mais n'oublions pas les Jaguares : qualifiés pour les 1/4 l'an passé, et désormais menés par Gonzalo Quesada, les Argentins ont de quoi surprendre. Mais la perte des ouvreurs Sanchez et Hernandez, pas vraiment remplacés, pourrait être préjudiciable. 

Waratahs... ou Rebels pour redorer le blason australien ?

Dernier vainqueur non néo-zélandais, l'équipe de Sydney était en 1/2 finale l'an passé, mais n'avait pas su renverser les Lions (44-26, score final). Peut-elle faire mieux cette saison ? La question se pose, alors que le rugby australien connait une crise de résultats. Des Waratahs performants autour de ses vedettes (Beale, Folau et Foley derrière ; Hooper, Simmons, Kepu devant), et les Wallabies pourraient bien revenir au top, à quelques mois du Mondial.

Super Rugby 2019 - Les franchises australiennes peuvent-elles endiguer leur chute ?Mais la grosse cote, c'est celle des Melbourne Rebels, et sa ligne de 3/4 flambloyante. Les Rebels viennent d'ailleurs de débuter le Super Rugby en allant s'imposer sur le terrain des Brumbies, preuve que la hiérarchie locale continue de s'inverser. Emmenés par la charnière Genia - Cooper, ils pourraient bien s'inviter dans le Top 8 et jouer les troubles-fêtes. 

  • Le reste de la conférence : 

Les Brumbies sont à la peine, et ne devraient pas retrouver leur gloire d'antan. Les Reds ? C'est encore pire, après un exercice 2018 inquiétant. Et ne parlons même pas des Sunwolves : la franchise, qui n'a de japonais que le nom, va déjà lutter pour éviter la dernière place. 


Et aussi : 

Melbourne Rebels : 2019, l'année du renouveau pour Quade Cooper ?Super Rugby 2019 : le Top 5 des joueurs à suivreSuper Rugby 2019 - Jaguares vs Sunwolves : l'opposition de deux philosophies

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Depuis 1996, sur 23 années, seules 7 franchises non-NZ ont gagné le Super rugby, les Bulls trois fois, les Brumbies deux fois, les Warathas, les Reds.



Fin de l'article.

Des nouveautés tous les ans pour perturber la suprematie des neoZ sur le super rugby. Au final ça fait des playoffs déséquilibrés et donc inintéressants.????

Sans le système des conférences qui avantage les premiers de chaque conférence, les Lions ne seraient jamais arrivés 3 fois de suite en finale (même si leur jeu est intéressant).
Sur la valeur des franchises et en se basant sur un "classement général" à l'issue de la phase de poules on aurait systématiquement des demi-finales à 75 % ou 100 % néo-zélandaises

@Gin Tonic

N'oublions pas la demis-finales qui à lieu à domicile et en altitude ce qui a permis en plus du décalage horaire aux Lions de gagner en deuxième mi-temps contre les Hurricanes qui tutoyaient des sommets rugbistiques jusqu'alors...

Non, tant qu'il n'y aura pas de club français en Super Rugby.

Ce n'était pas romain plutôt les gémonies?

  • Ahma
    94777 points
  • il y a 1 an
@Team Viscères

Justement, c'est ça la réponse, la fin des Gémonies néo-zélandaises ce sera aux calendes grecques.

@Team Viscères

L'esprit de l'escalier ?

@batelier

Ça marche !

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
Transferts
Vidéos
Vidéos
Vidéos
News