RUGBY. ''Si les All Blacks remportent la Coupe du monde, ils pourraient en partie remercier Mathieu Raynal''
Les All Blacks vont-ils profiter de la décision de Raynal en vue de la Coupe du monde en France.
La décision de l'arbitre français Mathieu Raynal contre l'Australie pourrait aider les All Blacks en vue de la Coupe du monde qui aura lieu en France en 2023.

RUGBY. ''J'assume cette décision-là à 100%'', Mathieu Raynal revient sur la polémique d'Australie-All BlacksRUGBY. ''J'assume cette décision-là à 100%'', Mathieu Raynal revient sur la polémique d'Australie-All BlacksLa décision de Mathieu Raynal lors du match entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande pourrait avoir de nombreuses répercussions à l'avenir. En premier lieu, elle pourrait faire jurisprudence avec des officiels qui n'hésiteront plus à appliquer la règle comme le Catalan malgré les enjeux et la pression. Deuxièmement, ce pourrait bien être le petit coup de pouce du destin dont avait besoin les All Blacks pour relancer la machine. En galère durant tout l'été, battus par les Argentins pour la première fois à la maison, les Néo-Zélandais ont, grâce à ce succès à Melbourne, réussi à enchaîner trois victoires de rang pour la première fois depuis un an. Pour RugbyPass, les deux sont intimement liés. Non seulement les hommes d'Ian Foster ont retrouvé un semblant de constance et de confiance. Mais cette décision pourrait les servir sur le long terme, en vue de la Coupe du monde. "Les All Blacks ont eu assez de malchance avec les arbitres français, mais s'ils remportent la Coupe du monde l'an prochain, ils pourraient en partie remercier Mathieu Raynal", écrit RugbyPass. Comment le coup de sifflet de l'officiel tricolore pourrait bien aider les Néo-Zélandais à remporter un quatrième titre l'an prochain en France ? RUGBY. Retallick - Whitelock : l'inoxydable paire gagnante des All BlacksRUGBY. Retallick - Whitelock : l'inoxydable paire gagnante des All BlacksPour le site anglais, les Néo-Zélandais espèrent que ce sera le premier coup de sifflet d'une "répression mondiale contre la perte de temps dans le rugby international" avant France 2023. L'attitude de Bernard Foley n'est en quelque sorte que la pointe de l'iceberg du "grattage de secondes", si on peut appeler ça comme ça. Combien de fois a-t-on vu les avants marcher au ralenti avant une touche après avoir longuement discuté du dernier épisode de Game of Throne ou du Seigneur des Anneaux ? Sans oublier le temps perdu pour préparer les mêlées ou les faire refaire. Si une équipe a besoin de souffler après une grosse séquence défensive, c'est le meilleur moyen de gagner trois minutes après le célèbre genou à terre du pilier. Dans ces cas-là, l'officiel arrête le chrono du match, mais l'univers n'arrête pas pour autant son expansion. Et les supporters peuvent trouver le temps long devant leur télé ou dans le stade. Et les All Blacks dans tout ça ? "A tort ou à raison, [ils] s'estiment victimes de ce ralentissement mondial" du jeu. Rugbypass nous explique qu'après la venue des Lions en 2017, les nations du monde ont compris comment faire dérailler le rugby bien huilé des Néo-Zélandais. La sélection des meilleurs joueurs britanniques et irlandais a certes bien joué, avec une excellente défense, mais elle a surtout joué à un "rythme glacial" avec des "pertes de temps intelligentes et d'un cynisme magistral".RESUME VIDEO. Will Jordan et les All Blacks too fast et too furious pour les WallabiesRESUME VIDEO. Will Jordan et les All Blacks too fast et too furious pour les WallabiesUne stratégie que les adversaires des All Blacks auraient imitée depuis cinq ans, à leur plus grand désarroi. "Ce n'est pas aussi paranoïaque ou complotiste que ça en a l'air." Selon le site, le rugby est devenu plus défensif et conservateur avec une attaque basée sur le maul, les coups de pied dans la boîte et la mêlée. Et ça, les All Blacks y sont vulnérables. En partie parce que les Néo-Zélandais sont bâtis pour un jeu rapide où la fatigue jouent un rôle dans la physionomie du match. On l'a notamment vu lors des victoires à Elis Parks face aux Boks puis à Hamilton contre les Pumas où ils ont pris le meilleur sur leurs adversaires en mettant beaucoup de rythme. À l'inverse, ils avaient été dominés par les Sud-Africains qui avaient "brillamment géré le chronomètre et se sont péniblement traînés, perdant autant de minutes qu'ils le pouvaient pour jouer à leur rythme." Idem pour les Argentins qui "ont repoussé les limites de la perte de temps". Un rythme qui sied plus à ces nations "qui ont construit des athlètes anaérobies plus grands et plus puissants." VIDEO. RUGBY. L'objectif numéro 1 de l'équipe de France ? La FULGURANCEVIDEO. RUGBY. L'objectif numéro 1 de l'équipe de France ? La FULGURANCEMais si World Rugby décide de combattre la perte de temps comme l'invite à le faire la Nouvelle-Zélande depuis un long moment, il se pourrait bien que la donne change en vue du Mondial. D'ailleurs, Eddie Jones partage aussi ce point de vue et estime qu'il n'y a pas assez de jeu ni de fatigue lors des matchs. On ne sait pas ce qu'en pense Fabien Galthié mais on sait que l'équipe de France pratique un jeu basé sur la fulgurance et affectionne le jeu rapide de transition. Plus l'équipe adverse sera fatiguée et plus les Bleus pourront exploiter les espaces. On ne sait pas si World Rugby va agir contre la perte de temps, mais il nous tarde d'être le 8 septembre 2023 pour le match d'ouverture entre les Tricolores et les All Blacks.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Attention ! Magie, je vais renommer l'article et l'histoire ne sera plus du tout la même : "Si les all blacks gagnent la coupe du monde, ils pourront remercier la décision du N°10 australien de gagner du temps alors qu'un arbitre lui dit de jouer"

Tadaaaaam

Derniers articles

News
News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
News
News
News
News