RUGBY. Romain Ntamack à l'étranger ? Quels clubs pourraient accueillir le Tricolore ?
On a imaginé dans quels clubs pourrait jouer Romain Ntamack.
Actuel demi d’ouverture du Stade Toulousain, l’enfant du club a évoqué cette semaine la possibilité pour lui de jouer à l’étranger après la Coupe du Monde.

Une annonce qui a fait trembler tous les supporters du Stade Toulousain. En début de semaine, l’ouvreur du XV de France, Romain Ntamack, évoquait un possible départ à l’étranger, après la Coupe du Monde. Une phrase qui a éclipsé le reste de sa déclaration, dans laquelle celui-ci exprimait tout son amour pour le club de la Ville Rose, et qu’il ne se voyait jouer pour aucun autre club en France. D’ailleurs, le joueur de 23 ans a récemment resigné jusqu’en 2028. Pas d’inquiétude pour le moment donc, le plus vieux des frères Ntamack est parti pour rester dans un avenir proche. Néanmoins, une petite pige dans quelques années n’est pas à exclure, comme l’a fait avant lui un autre 10 de Toulouse : Frédéric Michalak. Pour ce faire, (et comme on a pas grands choses à faire), on a donc décidé d’imaginer quels clubs étrangers pourraient accueillir, et surtout plaire à Romain Ntamack. À prendre au second degré bien entendu.

Commençons par l’un des plus évidents, d’un point de vue historique. Car en cas de départ du côté de l’Afrique du Sud, Romain Ntamack ne serait pas le premier Français (et Toulousain) à rejoindre les Sharks (à ne pas confondre avec Sale, même si les différencier sera de plus en plus difficile avec l’incorporation des franchises en Champions Cup). Car avant lui, Clément Poitrenaud, mais surtout Frédéric Michalak ont foulé la pelouse du Kings Park Stadium. Une forme d’héritage rugbystique, qui aurait du sens. De plus, Ntamack souffrira certainement moins de la distance que Michalak et Poitrenaud, vu qu’il fera de nombreux allers-retours en Europe, voire en France. Imaginez juste un instant : quart de finale de Champions Cup. Un Stadium de Toulouse plein à craquer, accueille comme un roi son ancien petit prince, désormais sous la tunique des Sharks. Ça aurait de la gueule non ? Bon ce conte de fées pourrait se transformer en véritable cauchemar en cas de défaite des Toulousains (surtout si Ntamack réalise un Full-House)...

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d’une pinte !

Vos adhésions financent la création de contenu par des passionnés de ballon ovale. Devenez adhérent pour débloquer cet article Premium !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Le problème dans le cas des équipes du super rugby et d'irlande, c'est qu'elles sont propriétés des fédérations, et celles-ci n'ont pas forcément intérêt à participer au développement de l'ouvreur du XV de France. D'autant plus que ces équipes sont ou seront dans le besoin de développer des ouvreurs maison après la coupe du monde : l'Irlande doit préparer l'après Sexton alors que personne ne se détache, l'Australie n'a toujours pas de titulaire évident (ils en sont à rappeler Quade Cooper) et en Nouvelle-Zélande si Mo'Unga part au Japon, et sachant que Barrett ne sera plus tout jeune, il va falloir trouver un successeur.

Conclusion, je le vois bien plus au Japon ou éventuellement en Angleterre s'il veut aller à l'étranger. Mais c'est sûr que dans son développement personnel et en tant que joueur ça ne peut que lui apporter du positif.

S'il devait partir à l'étranger, je le vois plus en NZ vu qu'il était fan de Carter, ce doit être le rugby qui l'attire...mais bon, on y est pas encore

Derniers articles

Transferts
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
News