RUGBY. ''On ne prend pas le temps pour bien recruter un staff'', Mola sur la valse des coachs en Top 14
L'entraîneur du Stade Toulousain Ugo Mola a commenté le limogeage Patrice Collazo. Crédit image : Screenshot Youtube Canal +
L'entraîneur du Stade Toulousain Ugo Mola a commenté le limogeage Patrice Collazo et son arrivée à Montpellier en l'espace de quelques jours.

RUGBY. Top 14. ''Bernard est quelqu’un d’inspirant'', Ugo Mola sur le retour de Laporte aux affairesRUGBY. Top 14. ''Bernard est quelqu’un d’inspirant'', Ugo Mola sur le retour de Laporte aux affairesCe jeudi, Patrice Collazo a réalisé sa première conférence de presse en tant que manager de Montpellier. Après La Rochelle, Toulon et Brive, le technicien va découvrir un quatrième environnement. Une transition express pour celui qui était encore à la tête du CAB il y a quelques jours. 

La saison s'est mal goupillée, je l'ai vécu aussi avec Brive, il faut du temps mais du temps, on n'en a pas. Il reste encore beaucoup de matches. OK, on est dernier, mais on peut se remobiliser. On va y aller étape par étape en créant les conditions de performance chez les joueurs. (Collazo via L'Equipe)

Pourra-t-il ramener le MHR dans le Top 6 avec son équipe ? Pour le savoir, il faudrait que la direction lui laisse le temps de mettre sa patte sur le groupe et le jeu de Montpellier. 

Est-il l'homme de la situation ou bien un choix par défaut ? Selon certains médias sudistes, l'ancien sélectionneur des All Blacks Ian Foster était aussi sur la liste d'Altrad. Lequel a finalement jeté son dévolu sur l'ancien boss du Stade Rochelais.

Une chose est sûre, ce n'est pas le premier entraîneur et sans doute pas le dernier à faire les frais des mauvais résultats de son équipe. Les coachs sont souvent le premier fusible à sauter. Difficile de changer tout un groupe en cours de saison. Il est bien plus facile de tenter un électrochoc avec un technicien différent.

Pour celui du Stade Toulousain Ugo Mola, "les alliances de circonstances ne sont jamais très bonnes." Via le Midi Olympique il estime que les présidents de clubs devraient plus réfléchir avant de composer leur encadrement technique. "Si je dois passer un message aux présidents de club ou aux directeurs généraux, c’est que souvent on ne prend pas le temps pour bien recruter un staff et c’est comme ça que les divorces arrivent très vite."

 Que ce soit Cockerill, Collazo, Garbajosa l’an dernier ou d’autres, j’ai connu ce qu’ils ont vécu.

Des défaites, des situations compliquées en club, Mola a en aussi connues. Personne n'a oublié la saison 2016/2017 de Top 14 terminée à la 12e place. "On mange plus souvent de cailloux qu’on ne le croit et nos environnements familiaux ne sont pas toujours épargnés." Il avait pourtant conservé la confiance de son nouveau président, Didier Lacroix. Lequel avait fait le pari — payant — de l'avenir. 

Loin de lui l'idée de jouer les porte-drapeau, il a tout de même une pensée "pour ceux qui n’ont pas de club mais qui restent passionnés par ce sport." Des joueurs comme des entraîneurs qui un jour permettront à leur équipe de gagner si on leur en donne la chance et qu'on leur fait confiance. Pour l'heure, Collazo a celle d'Altrad et de Laporte. Pourra-t-il la conserver et s'installer (enfin) sur la durée ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

L'argent investi dans les clubs par certains sponsors amènent à une nécessité de résultats dans les plus brefs délais ?

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News