RUGBY. A 19 ans, il a découvert le Top 14 et s'est offert un essai avec Montpellier, portrait d'Aubin Eymeri
Aubin Eymeri s'en va marquer l'essai du bonus offensif pour le MHR.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

À l’occasion du derby entre le MHR et l’USAP, le grand public a pu découvrir une nouvelle tête. Celle du jeune demi de mêlée Aubin Eymeri qui a fait sa première apparition en Top 14.

Avec la remontée dans l’élite de Perpignan cette année, c’est le retour du derby du Languedoc. Le dernier en date, celui de 2019, avait tenu toutes ses promesses. Après 15 journées pour autant de défaite, les Perpignanais se déplaçaient sur la pelouse du GGL Stadium. Un MHR en souffrance qui avait perdu 6 de ses 7 derniers matchs. L’USAP venait assommer le MHR sur sa propre pelouse. Les Catalans s’offraient la première victoire de leur saison 10 à 28 et enfonçaient les Héraultais dans les bas fond du classement. Une défaite qui avait sonné la révolte chez les Cistes. Auteur ensuite d’une folle remontada au classement, ils finiront bel et bien 6ᵉ et barragiste de l’édition 2018-2019. Cette année, c'est une tout autre histoire. Perpignan arrive en terres montpelliéraines avec déjà 4 victoires au compteur, et le MHR cartonne et colle au duo de tête UBB, Stade Toulousain.

Une première mi-temps marquée par la domination du MHR mais aussi par son incapacité à concrétiser ses actions. L’USAP s’en tient à la botte de son international Melvyn Jaminet. Les deux équipes rentrent aux vestiaires dos à dos sur le score de 6-6. Il ne fallut pas longtemps après le retour sur le pré pour que les Cistes confirme leur domination. Un essai à la 46e puis à la 62e creuseront fortement l’écart. En revanche, le MHR a attendu la 77e pour obtenir le bonus offensif par l’intermédiaire d'Aubin Eymeri. Ce jeune demi de mêlée de 19 ans avait fait son entrée en jeu quelques minutes plus tôt. Il disputait ses premières minutes chez les professionnels.

Une arrivée sur la pointe des pieds

Aubin fait ses premiers au rugby à l’âge de 5 ans du côté de l’Isère. Plus précisément au club de l’US 2 PONTS, dans la banlieue grenobloise. Il décide de prendre la direction du FCG à l’âge de 13 ans, où il fera ses classes jusqu’à sa première année espoir. Il quittera ensuite le club isérois pour rejoindre le centre de formation du MHR. Un départ justifié par l’ambition de jouer à haut niveau : « Au FCG je n’étais pas forcément dans les petits papiers. Le MHR m’a contacté par l’intermédiaire de Joan Caudullo, directeur du centre de formation. J’ai directement adhéré au projet du club et j’ai donc décidé de m’y engager pour 2 ans ». Fraichement débarqué de Grenoble au début de l’été, il prend part à la préparation d’intersaison avec le groupe professionnel. En profitant de l’absence des internationaux Reinach et Aprasidze ainsi que des pépins physiques de Paillaugue, il dispute les deux matchs amicaux, le premier face à l’USAP et le deuxième face au Stade Français, lors du stage de préparation en Corse.

Il disputera ensuite le début de saison avec le groupe espoir. Mais, avec l’hécatombe au poste de numéro 9, il sera très vite rappelé avec le groupe professionnel. Avec les blessures de Paillaugue, Aprasidze et Doan, il figure par deux fois sur la feuille de match lors de la 10e et 11e journée. Malheureusement, il n’entrera pas en jeu sur ces deux rencontres, des choix dont il a su tirer du positif : « J’étais forcément un peu déçu, mais sur les 2 rencontres, les matchs étaient accrochés, j’ai compris que c’était compliqué de me faire rentrer dans ces circonstances. Mais j’étais déjà très heureux d’être dans le groupe à 2 reprises ». Il n'a pas fallu attendre longtemps pour le voir enfin fouler les pelouses du TOP 14. Remplaçant une nouvelle fois pour le derby du Languedoc face à l’USAP, ce match sera le bon. À un quart d’heure de la fin, alors que le MHR domine largement, mais n’a toujours pas le bonus offensif, Aubin Eymeri entre en jeu à la mêlée : « Un peu de stress au moment de rentrer sur le terrain. Durant le match, on fait abstraction et c’est que du bonheur. » C’était Noël avant l’heure sur la pelouse du GGL Stadium. Pour ses premières minutes en pro, Eymeri vient inscrire l’essai du bonus à 3 minutes de la fin du match. Un moment qu’il n’est pas près d’oublier : « Effectivement, c'était noël avant l’heure pour moi. Il y a eu une occasion, j'étais là au bon moment, j'ai su la saisir. Je ne pouvais pas rêver mieux et le fait que ce soit l’essai du bonus, c’est encore plus gratifiant. Et de plus, devant un beau public du MHR ». Ce week-end, avec 3 demis de mêlée toujours indisponible, Aubin Eymeri devrait découvrir la Champions Cup avec le déplacement du côté de Exeter Chiefs.

VIDEO. USAP. 100% cagade : Acebes et Deghmache offrent le bonus offensif au MHRVIDEO. USAP. 100% cagade : Acebes et Deghmache offrent le bonus offensif au MHR

Un demi de mêlée très offensif 

Pourtant doté d’un physique plutôt longiligne, 1m82 pour 78kg, Eymeri colle très bien au ballon. Un demi de mêlée qui possède une très belle lecture du jeu et un jeu au pied assez efficace. S’il n’a pas encore eu la possibilité de montrer tout l’étendu de son talent au grand public, c’est autour des rucks qu’il est le plus dangereux. Très bon ballon en main et doté d’une belle pointe de vitesse, il sait peser sur les défenses adverses d’après son entraineur en espoir Anthony Floch : « C’est un 9 qui porte bien le ballon et pèse beaucoup sur les défenses autour des rucks ». Un demi de mêlée qui n’a pas peur d’entreprendre comme il l’a démontré lors de sa première rentrée : « Il ne doute pas et n’a pas hésité à engager et prendre les choses en main pour son premier match. Il a marqué et je ne suis pas surpris. » Même si ce jeune demi de mêlée présente beaucoup de qualité, il garde les pieds sur terre et sait que la route est longue pour espérer faire partie du monde professionnel : « Je dois perfectionner mon jeu et mon leadership. Il me reste également à travailler encore physiquement. Je dois encore progresser sur tous les aspects de mon jeu. Il y a encore beaucoup de chemin avant de prétendre à ce niveau-là. »

Pour y arriver, le jeune Montpelliérain essaye de s’inspirer de ce qu’il se fait de mieux dans notre championnat, notamment de Baptiste Serin, dont il apprécie particulièrement le style de jeu. Après ses débuts en pro, le jeune demi de mêlée espère pouvoir croquer le plus possible et réaliser quelque chose de grand avec le groupe espoir pour cette saison : « Sur le plan collectif, après notre bon début de saison en championnat, j’aimerais aller le plus loin possible avec le groupe espoir, et pourquoi pas décrocher le titre de champion de France. En second, sur le plan personnel, progresser au maximum  et réapparaître sur des feuilles de match avec le groupe pro ». On devrait surement revoir le jeune ciste à l’œuvre dès ce week-end en Champions Cup, une nouvelle occasion pour lui de montrer toutes ses qualités au grand public.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

C'est un bon joueur et un bel espoir du club.
Mais, aurait-on fait un article sur lui s'il n'avait pas inscrit cet essai tout fait ?
Il faut laisser les Eymeri, Foursans et autres Le Garrec grandir et arrêter de chercher des futurs cracks tous les samedis ... On a déjà Dupont Ntamack !

  • dusqual
    32746 points
  • il y a 1 mois
@à l\'aile et bleu !

oui c'est vrai que les médias s'enflamment pour un rien.
en effet, sans la cagade d'acebes, y a jamais essai...

après c'est toujours pareil, tout le monde veut être le 1er à dire regardez ce joueur, pour pouvoir se targuer quelques années plus tard d'avoir été le 1er à l'avoir mis en avant...

après je pense que les joueurs se protègent mieux de ce qu'on peut dire sur eux qu'autrefois. dès tout jeune ils ont les codes et se concentrent sur le sportif.

sinon dupont ou ntamack auraient dévissé depuis longtemps. et pas qu'eux...

Derniers articles

News
News
News
News
Transferts
Transferts
News
News
Transferts
News
News