RUGBY. ''Le rugby n’est pas plus dangereux que l’équitation ou la boxe'' selon ce neurologue
Le neurologue spécialiste du rugby Jean-François Chermann dresse un état des lieux de la prise en charge des joueurs victimes de commotions cérébrale.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Le neurologue Jean-François Chermann a fait un point sur Rugbyrama de l'avancée de la prise en charge des joueurs commotionnés dans le rugby.

Depuis quelque temps maintenant, apparaissent de plus en plus d'exemples de joueurs souffrants des conséquences de commotions cérébrales subis sur le terrain. Carl Hayman, Steve Thompson ou Ryan Jones, subissent actuellement des séquelles de leurs KO reçus durant leurs carrières respectives (avec comme symptômes des amnésies, démences, maux de têtes, etc). Face à ces témoignages alarmants, le neurologue Jean-François Chermann, auteur du livre "KO, le dossier qui dérange", est revenu pour Rugbyrama sur l'état des prises en charges des commotionnés.

RUGBY. Un ancien capitaine du Pays de Galles avoue souffrir de démence précoceRUGBY. Un ancien capitaine du Pays de Galles avoue souffrir de démence précoce

Le premier constat qui ressort : l'évolution opérée depuis presque 20 ans. Le neurologue a pris l'exemple du KO impressionnant de Christophe Dominici en 2005 pendant le Tournoi des Six Nations. À cette époque, il n'existait aucun protocole. De plus, l'ancien ailier des Bleus devait affronter Northampton en Coupe d'Europe quelques jours plus tard.

Le KO de Dominici avait vraiment été spectaculaire, avec une perte de connaissance d’au moins une minute sur le terrain. L’opinion s’était émue que le joueur puisse revenir à la compétition quelques jours plus tard seulement. Et en France, le monde scientifique était très en retard sur le problème des commotions dans le sport.

Jean-François Chermann avait examiné Dominici à l'époque sur demande du médecin du Stade Français Alexis Savigny. Finalement, le joueur n'avait repris la compétition que quatre semaines après. Mais il aura fallu attendre 2013 pour voir apparaitre le premier protocole commotion de la Ligue Nationale de Rugby.

À partir du moment où on a mis en place le protocole en 2013, il y avait un peu plus de commotions chaque année. Depuis deux ans, c’est stable. On compte une quarantaine de commotions en Top 14 par saison.

En 2011, je me souviens d’une réunion de fin de saison où à l’heure de dénombrer les commotions, on en comptait huit au Stade français, huit au Racing (les seuls clubs qui étaient alors suivis par un neurologue, N.DL.R.), et on en dénombrait à la louche quatre dans tout le reste du Top 14.

Même si depuis cette époque, le suivi et les protocoles se sont généralisés jusqu'à World Rugby, la peur de se voir généraliser des joueurs retraités souffrants de problèmes neurologiques comme c'est le cas dans le Football américain (en NFL notamment) est grande. La question sur la dangerosité du rugby se pose alors. Mais le Neurologue Jean-François Chermann se veut catégorique : "Le rugby n’est pas plus dangereux que l’équitation ou la boxe. Le rugby est même loin derrière ces sports-là, en termes de traumatismes crâniens. Le propos n’est donc pas de stigmatiser la balle ovale ".

Enfin, comme pistes d'améliorations évoquées : la réduction du nombre de matchs joués par saison (les joueurs qui jouent le plus seraient le plus exposés par les commotions) ainsi qu'une interdiction de déblayage avant l'age de 15 ans (pour ne pas perturber le cerveau encore en construction).

Le cas de joueurs comme Jonathan Sexton, souvent au cœur d'une polémique continue pour ses KO à répétition, n'a pas été évoqué dans l'entretien. Rien n'indique que ce dernier ne subira pas les mêmes séquelles que les premiers joueurs cités en début d'article.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • AKA
    58518 points
  • il y a 3 semaines

Le collègue @yanolan nous décrit un gars dit que le gars est assez clivant et vu sa rhétorique il me rappelle un autre éminent spécialiste qui officie (plus pour longtemps) du coté de Marseille. On voit le genre: je débite mes vérités et vous les pécores, les journaleux vous avalez bien tout ça, de toutes façons qu' y comprenez vous? Je met en lien ce qu' a accompli le Dr Omalu sur les commotions en NLF c' est assez succinct mais représentatif :
https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/bennet-omalu-lange-gardien-du-football-americain-136488
Pour nous dire que pour des quidams se mettre des coups avec toutes les parties les plus dures du corps dans (presque) toutes les parties du corps humain est plus dangereux que de jouer au rugby je pense que j' aurai pu deviner... Mais qui suis je, avec mon bac pro, pour parler de ça??? 😁

  • Jak3192
    65018 points
  • il y a 3 semaines

Bon et bé si cet éminent spécialiste le dit, tout baigne dans le meilleur des mondes ou pas loin
Qq'un peut parler du (pseudo) phénomène des commotions (🤭) chez les amateurs ? Sont ils détectés, Y-a-t-il un suivi ? etc...

  • Pianto
    45909 points
  • il y a 3 semaines

A quoi ça sert de faire ce genre de déclaration ?
C'est pour dire que les mesures prises sont suffisantes ?

Quant aux comparaisons... N'importe quoi.

@Pianto

Un neurologue avec 20 ans d'expérience spécialisé dans le sport.. Je ferai attention avant de dire qu'il raconte n'importe quoi si j'étais à ta place

@Nicolas Sans Chaise

@ Pianto
D'accord avec Pianto.
Les 3 sports sont dangereux, mais pas du tout pour les mêmes raisons (rugby et boxe ont une parenté cependant, axés sur contact et combat )

Un classement basée sur la dangerosité est très discutable car on doit comparer et alors on compare quoi et surtout on s'en sert comment pour diminuer les risques ?
Si vous sautez en parachute et que votre parachute ne s'ouvre pas, c'est la mort assurée, en terme de danger il n'y a rien au dessus,
si vous tombez de cheval : rien, bobos ou hosto avec coma voire pire.

Et je pense aussi qu'il y a une volonté par le biais de ce genre de propos,
de "dédramatiser" le sujet .

Son rétropédalage sur le cas Sexton, expliqué plus bas par @ Yonolan est éclairant.
Le Dr Chermann est référent
( rémunéré en tant que tel ? ) par des clubs de rugby pros. Juge et partie donc.
Ça ne gêne personne ?

Et bien on est mal barré avec un spécialiste qui tient ce genre de propos.
En équitation les chocs à la tête proviennent des chutes de 2 m et sont rares, les cavaliers portent une bombe et tombent rarement. Si on continue la comparaison on peut dire aussi qu'il y a plus de morts ou de tétraplégiques en équitation qu'en rugby, et donc, pourquoi pas, que l'équitation est un sport beaucoup plus dangereux que le rugby...
Mais ces cas concernent un nombre très faible de cavaliers à la grande différence du rugby ou de la boxe, et ces traumas ne sont pas à répétition.
Et dire que le rugby n'est pas plus dangereux que la boxe, je ne trouve pas ça particulièrement rassurant !
Il est cinglé ce neurologue.

  • Guit333
    6360 points
  • il y a 3 semaines
@Chandelle 72

Mais non justement en équitation ce sont les mouvements incessants du cerveau dans la boite crânienne qui provoquent ces lésions! C’est un peu comme les footballeurs qui subissent des micro fractures cervicales en faisant constamment des têtes.
Je redis qu’une vraie réforme serait d’interdire définitivement le placage plus haut que la taille les déblayages dans les rucks avec élan et surtout limiter le poids des joueurs avants ET 3/4 a des niveaux plus acceptables pour que le rapport vitesse puissance soit moins dangereux.
Mais on n’ira jamais je crains.

@Guit333

En ce qui concerne la limitation des poids, ça limiterait théoriquement les dégâts mais à mettre en pratique...

@Guit333

En équitation si vous êtes cavalier confirmé, votre assiette vous permet d'amortir complètement les mouvements saccadés au niveau de la tête. Vous accompagnez et c'est indispensable.
Si vous êtes débutant, vous sautez sur votre selle mais ça n'a rien à voir avec des chocs de collision frontale.
Les enfants commencent le baby poney à 3 ans et dieu sait qu'ils sautent sur leur selle.
Alors non la comparaison entre ces 2 sports ne me paraît pas du tout opportune.

@Chandelle 72

@guit333



Deux petites lectures édifiantes sur les dangers de l'équitation, où le rugby n'est pas cité dans les sport à haut risque.

Par contre, l'équitation est classée 3ème derrière les sports automobiles et le deltaplane.

Je cite :

"Les accidents sont rares mais les conséquences souvent sérieuses."



https://www.abcducheval.com/lequitation-un-sport-dangereux-quels-sont-les-dangers/

https://tsaco.bmj.com/content/6/1/e000728

@RUGBYDEOUF

Merci pour les articles, c'est intéressant de voir qu'il existe des études approfondies sur le danger dans le sport.

La dangerosité des 3 sports cités automobile, deltaplane, sport automobile provient d'événements exceptionnels ou accidents, rares et potentiellement très graves.

A la différence du rugby, football américain, ou boxe qui génèrent des chocs répétés et inhérents à la pratique.
Ces 3 sports, par exemple sont comparables entre eux et il serait intéressant que les instances dirigeantes partagent leurs analyses et pistes de prévention.
Les joueurs de rugby subissent des traumatismes cérébraux qui ne les conduisent pas aux urgences.
C'est une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes.

Un peu comme le cancer des poumons chez les fumeurs, sachant que l' industrie du tabac a mis plus de 30 ans à reconnaître la relation de cause à effets entre le tabagisme et le cancer du poumon...

@Chandelle 72

Je suis bien d'accord avec toi concernant l'automobile ou le deltaplane. L'équitation cause énormément d'accidents, type chutes ou coups de pied, qui peuvent provoquer des commotions. L'actualité nous le montre encore avec ce groupe d'enfants qui ont été pris dans un emballement général de leurs poneys dans un manège. Résultat, 17 blessés, dont 2 entre la vie et la mort. La différence avec le rugby, c'est la fréquence de ces chocs qui est bien supérieure.


Enfin, entre la peste et le choléra (la mort ou la démence) ...




Comme j'ai écrit plus bas, le cas des retraités actuels est l'inertie d'une époque où les instances ne tenaient pas encore compte des commotions sur le terrain.


Mis à part quelques cas comme Sexton, la formation des arbitres est beaucoup plus axée sur la prévention et la répression qu'auparavant. Reste que les quelques cas, tel Sexton, North et consorts ne devrait plus exister.

(consorts n'est pas un joueur !) 😉

@RUGBYDEOUF

Pour l'accident dû à l'emballement des poneys, j'ai consulté la presse : les poneys ni montés ni en longe étaient conduits au pré par des enfants à pied. Si tel est le cas, on ne peut pas parler d'équitation.

@Chandelle 72

Si si, c'est bien pris en compte dans les accidents d'équitation !

Coups se sabots, bloquage dans les parois de box , etc...
Et je sais ce que ça fait d'être coincé entre le cheval (500 kgs de muscles et d'os) et la paroi. Tu peux plus respirer 🥴, et tu panique grave !

@RUGBYDEOUF

Je vois très bien ce que tu veux dire...!

@RUGBYDEOUF

Sexton est facilement repérable et son âge le rend encore plus emblématique.
Mais je pense que les plus à risque restent les avants et en particulier la 1ère ligne à cause des mêlées mais aussi tous ceux qui animent les rucks, puis les centres.
Ceci dit les fractures de mâchoire, (N'Tamack, Kolbe) traduisent des chocs à la tête à n'importe quel poste

  • Sedulos
    2148 points
  • il y a 3 semaines

Ou bien, énoncé autrement :
" Le rugby est dangereux ! Comme l'équitation ou la boxe"

@Sedulos

Ne détournons pas ses propos.




Il précise bien :




"Le rugby est même loin derrière ces sports-là, en termes de traumatismes crâniens."




Donc, même si il ne faut pas rester à rien faire, le rugby est moins dangereux que les 2 autres sports cités, au niveau des commotions.




De plus, le cas des RETRAITÉS touchés par ces démences est le résultat de l'inertie. En effet, ils ont commencé leur sport à une époque où on prêtait moins attention aux chocs à la tête et donc aux commotions.


Espérons que l'avenir sera meilleur.

  • Yonolan
    142215 points
  • il y a 3 semaines

Chermann est un personnage assez clivant dans ce petit monde là
Non pas par son look qui ressemble à une parodie du Doc de Retour vers le futur ; non pas par cette étrange pratique de devoir se déchausser quand on rentre chez lui pour le consulter
Rappelez-vous quand les débats faisaient rage pour savoir si Sexton devait jouer ou pas contre la France ; on en avait longuement débattu ici
Et bien il y était allé de son avis : net et catégorique
“Pour moi ça paraît évident qu’il y a eu une commotion. On voit qu’il est sonné, qu’il a du mal à se relever. On voit aussi qu’il est énervé, qu’il n’a pas envie de sortir. On sent qu’il y a eu un malaise en tout cas. Après, on n’est pas certain qu’il ait perdu connaissance, qu’il y ait eu un KO. Mais ce n’est pas le problème. Le problème, c’est qu’on sent qu’il y a eu une altération des fonctions neurologiques, ce qui est le propre de la commotion.”
“Mais en tout cas, pour n’importe quelle personne qui a une commotion, il est indéniable qu’il y a un risque à reprendre une activité “traumatogène”, en cas de nouvel impact sur le cerveau qui n’est pas cicatrisé correctement. Il y a un risque aussi de seconde blessure, autre que celle du cerveau. On sait qu’il y a énormément de blessures pour des joueurs qui restent sur un terrain alors qu’ils sont commotionnés, parce qu’ils sont ralentis, qu’ils ne prennent pas les bonnes décisions… Ils peuvent avoir une rupture d’un ligament croisé, une fracture au niveau de l’épaule, ou autre. Donc bien sûr qu’il y a un risque.”
“Et je trouve, à la limite, que dans un cas comme celui de Sexton, on pourrait envisager que lorsqu’il y a eu tant de commotions dans les antécédents, on se pose des questions, que justement les joueurs prennent, dans certains cas, la décision de continuer à jouer. Ça leur appartient aussi d’une certaine manière. Parce que parfois c’est compliqué pour nous. Moi je trouve qu’il y a des éléments évidents pour lesquels on interdit aux joueurs de jouer. Un joueur qui est symptomatique, qui a mal à la tête, qui est fatigué, insomniaque, qui a des troubles du caractère, des troubles cognitifs à la suite d’une commotion, il est évident qu’il ne peut pas jouer.”
Et de rappeler que Sexton avait subi 30 commotions depuis le début de sa carrière…

Et bien quelques jours après rétropédalage et regrets
En clair, si Sexton n’a pas fait de commotion depuis plus d’un an, qu’il est asymptomatique à 48h, que les tests sont bons et que le protocole de reprise s’est bien déroulé, il n’y a pas de contre-indication à ce qu’il joue contre la France. »
Et là on apprend que Sexton a été ..son patient
Belle vision du secret médical dites-moi
Bon c’est aussi le médecin référent dans ce domaine nombreux clubs de rugby (Racing 92, Stade Français, Biarritz, Bayonne) et de plusieurs fédérations (judo, football, basket, MMA, boxe...).
Pour beaucoup par ses compétences…pour d’autre par sa souplesse…nettement plus grande que celle de Chazal

  • AKA
    58518 points
  • il y a 3 semaines
@Yonolan

Désolé je t' ai cité un peu plus haut mais j' ai écorché ton pseudo... 😌

  • Yonolan
    142215 points
  • il y a 3 semaines
@AKA

merci de me l'avoir dit
Je ne pense pas que Chermann soit du même acabit que le marseillais que tu cites et qui lui est souvent plus que borderline dans ses pratiques médicales et qui pourrait devoir rendre des comptes à la justice prochainement et encor un rapport de l'igas (https://www.ouest-france.fr/sante/un-nouveau-rapport-accablant-pour-l-ihu-de-didier-raoult-7847825)
Non c'est a ce niveau un professionnel totalement reconnu et surement très compétent
C'est pas là que certains mettent un point d'interrogation

  • ziploc
    1207 points
  • il y a 3 semaines
@Yonolan

Chermann reste quand même une référence en la matière. Beaucoup le prenne pour un fou mais il s'est passé exactement la même chose aux USA quand un médecin (Bennet OMALU) s'en est prise à la NFL ce qui n'est pas rien. Il a limite subie des menaces de mort...
Après Chermann pense plus au patient qu'autre chose. Au SF ou au racing ils n'aimaient pas aller le voir car il a la "mise au repos" facile.
Pour ma part il a contribué à me sauver et en cela je lui serai toujours reconnaissant.
Je pense qu'il essaye de faire bouger les choses mais avec dans ce sport pas facile de faire bouger les lignes.

@Yonolan

30 commotions ??? Comment peut-il être autorisé à jouer...??
Quel neurologue a-t-il pu laisser faire ?? Un patient de guéri , un client en moins..?
Chazal avait effectivement plus de sévérité envers les dérives du rugby...
un lien d'une interview qu'il donna..https://www.lalsace.fr/actualite/2018/10/22/pr-jean-chazal-le-seul-sport-de-combat-joue-sans-categorie-de-poids

  • Yonolan
    142215 points
  • il y a 3 semaines
@pascalbulroland

Dans un premier temps il annonça 30 commotions et ensuite lors de son rétropédalage, voici ce qu'il a dit
Pour Sexton, on ne peut donc absolument pas parler de 30 commotions. Je n’aurais pas dû citer ce chiffre sans aucune explication et regrette le tort que j’ai pu faire au joueur qui a été mon patient et que je respecte plus que tout.

sans autre explication
Donc on ne respecte pas le secret médical et ensuite on dit qu'on s'est trompé dans les infos
Leger ,très léger

Sexton a été fort justement choqué de ces propos et voila sa réponse

Nous sommes déjà passés par là et c'est très frustrant et, pour moi, totalement inapproprié que quelqu'un que j'avais vu il y a 10 ans maintenant ait jugé approprié de parler à qui que ce soit et de dire ces choses-là


Pas de contestation forte et martelée de cette valeur

Derniers articles

Transferts
News
News
News
Transferts
News
Transferts
News
News
News
News