RUGBY. La jeune garde du XV de France dompte des Pumas inoffensifs avec maitrise et puissance
XV de France : Victoire Éclatante Malgré l'Absence des Cadres. Crédit image : Screenshot Canal +
Ce samedi, le XV de France défiait l'Argentine sur sa pelouse. Malgré leur inexpérience, les Bleus ont dominé de faibles argentins devant leur public.

Premier test estival pour le XV de France face à l'Argentine. Un groupe tricolore sans les habituels cadres, mais pas sans envie, énergie et talent. Sept joueurs ont connu leur première sélection ce samedi à Mendoza. Dès l'entame, les Pumas ont mis beaucoup d'agressivité sur les plaquages face à des Tricolores qui avaient besoin de se libérer et de trouver leur marque. En face, un peu de pression à l'image de cette touche mal négociée dès l'entame. Le jeu au pied a marqué ces premières minutes. Un échange gagné par l'Argentine avec un dégagement trop court d'Attissogbé. Mais la pression française a permis de récupérer la possession sans pouvoir l'exploiter. Devant un public un peu amorphe, les Pumas n'étaient guère dangereux dans ce premier quart d'heure.

Du pied, du pied et encore du pied

Les Bleus, eux, sont en confiance et ils montrent avec une pénalité glanée en mêlée qui permet d'investir une fois de plus le camp adverse. Derrière un premier ballon porté, Serin a tenté de jouer pour lui au pied derrière la défense, mais l'offensive s'est terminée par un plaquage haut d'Attissogbé. Les Tricolores sont bien plus entreprenants. Ils le montrent en attaque comme en défense avec cette poursuite de Nouchi et Jégou suite au dégagement de Barré suite à un ballon perdu par les locaux dans les 22 mètres français. Une bonne pression qui a permis aux visiteurs de se lancer à l'assaut de l'en-but argentin. Les avants ont choisi de défier leurs vis-à-vis.

S'ils n'ont pas trouvé la faille, ils ont poussé leurs adversaires à la faute. Une pénalité transformée par Hastoy à la 22e (0-3). Un coup de pied auquel Carreras a répondu à la 26e pour un plaquage sans les bras de Jégou. Il a fallu attendre la demi-heure pour voir les Pumas mettre du rythme en attaque. Une incursion bonifiée par un rasant de Bogago pour Delguy. Mais Antoine Frisch a sauvé la patrie avec un excellent plaquage sur le Clermontois. Mais l'Argentine est dans un temps fort et oblige le XV de France à mettre les barbelés. Ce qu'ils font très bien avec un geste défensif décisif de Nouchi pour stopper la séquence des locaux. Puis c'est la mêlée française qui a pris le dessus. Clairement l'une des satisfactions d'un premier acte un peu soporifique.

Serin nous sort sa spéciale

Heureusement, c'est le moment qu'a choisi Serin pour nous sortir sa spéciale : le départ au ras suivi d'un jeu au pied. Après un dribbling, le demi de mêlée de Toulon a réussi à aplatir malgré le plaquage sans ballon de Matera. D'aucuns auraient aimé que le 3e ligne écope d'un jaune. Une réalisation qui a permis aux XV de France de tourner à la pause avec sept points d'avance (3-10). Rien n'est fait pour autant. Si les Bleus veulent l'emporter, il leur faut plus de maitrise et de réalisme. Ils doivent aussi emballer une rencontre qui jusqu'ici s'est jouée dans un faux rythme. De manière à prendre le large face à des Pumas qui n'ont pas encore montré leur vrai visage. Il faut rappeler que c'était leur première sortie depuis la Coupe du monde.

La France, elle, est en place sur les fondamentaux avec un nouveau ballon porté qui met tout le monde dans l'avancée dès la reprise après un bon grattage Joseph. Un premier temps fort qui a bien failli se transformer en essai. Mais le Rochelais Colombe a très trop court au moment de smasher l'ovale. Quelques millimètres qui ont privé les Français d'un deuxième essai mérité. Ce n'était que partie remise. Une nouvelle mêlée tricolore impériale suivie d'un jeu dans l'axe des avants a vu Frisch entrer en Terre promise pour son premier essai sous le maillot bleu blanc rouge (3-17). Une entame de seconde période idéale pour les protégés de Galthié. Même si un nouveau plaquage sans ballon offre une belle munition aux Argentins qui veulent répondre par un essai. Mais les jeunes Bleus mettent les Pumas en échec avec une excellente défense sur ballon porté et un Auradou précieux.

La France en maitrise

En face, alors qu'on est mené de 14 points, on préfère jouer au pied. Ce qui fait le jeu des Bleus, présents à la réception comme dans l'occupation. Une domination récompensée par une pénalité lointaine d'Hastoy (3-20, 56e). Mais il restait encore suffisamment de temps pour assister au réveil des Pumas. Lesquels ont enfin sorti les griffes à l'heure de jeu sur une belle combinaison dans le côté fermé qui a vu Montoya passer sur Etien (8-20, 62e). Loin de s'affoler, les Tricolores ont réinvesti le camp argentin avec un superbe 50/22 de Serin. Un temps fort bonifié par Attissogbé après une longue séquence qui a vu les avants français sonnet la charge. On a notamment vu un Posolo Tuilagi dévastateur pour mettre la France dans l'avancée. Mais l'essai n'était pas fait. L'ailier palois a mis les cannes et fait exploser plusieurs défenseurs pour mettre aux siens de mener 25 à 8.

Comme on pouvait s'y attendre, les Argentins ont immédiatement réagi en allant chercher une pénaltouche suite à une faute d'Etien. Proches de la ligne, ils sont cependant tombés sur un rideau tricolore en place. Une pression défensive qui a poussé l'Argentine à la faute. Jaminet aggravant la marque à cinq minutes de la sirène (8-28). Malgré son inexpérience, cette équipe de France remaniée a montré globalement montré beaucoup de maitrise et de sang-froid dans cette partie. Si l'opposition n'était pas vraiment celle attendue. Cette victoire est une très belle satisfaction. On a vu une excellente défense, malgré un essai encaissé en fin de partie par Orlando (13-28), et surtout une mêlée dominatrice qui a mis son vis-à-vis sur le reculoir. Nul doute que Galthié et ses adjoints ont apprécié la performance de cette équipe remaniée avec des finisseurs qui ont également beaucoup apporté. La série de victoires française sur l'Argentine se poursuit avec une cinquième victoire de rang en attendant la revanche la semaine prochaine.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Et comme d’hab’ on fait rentrer le second demi de mêlée en l’occurrence Baptiste Couilloud moins de 10 minutes avant la fin ,ça rime à quoi, on voyait très bien que serein avec fait le boulot donc il aurait dû sortir bien avant Couilloud qui en a bien besoin aurait pu tirer son épingle du jeu à moins que forcément il soit sur la prochaine feuille de match …

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News