Rugby Championship. Menaces de mort envers les All Blacks, cette psychologue met en garde les supporters
Les critiques fusent contre les All Blacks.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Les All Blacks sont sous le feu des critiques après leurs défaites. Mais pour cette psychologue, les mots peuvent avoir des effets destructeurs.

ALL BLACKS. ''Je me fiche de ce que vous pensez,'' lance Richie Mo'unga aux journalistes NZALL BLACKS. ''Je me fiche de ce que vous pensez,'' lance Richie Mo'unga aux journalistes NZLes All Blacks enchaînent les défaites au niveau international et sont sous le feu des critiques. Et si des joueurs comme Richie Mo'unga ont confié qu'ils n'y prêtaient pas attention. Les mots peuvent avoir des effets très dangereux. Le site local The New Zealand Herald rapporte à ce titre que des menaces de mort auraient été proférées à l'encontre des certains joueurs voire du sélectionneur Ian Foster. La psychologue Sara Chatwin met ainsi en garde les supporters comme les observateurs contre toute critique virulente qui ont le potentiel de nuire à la santé mentale des joueurs. Ce qui pourrait aggraver encore plus les performances de l'équipe. Sur les réseaux sociaux, beaucoup s'invente des vies d'expert, alors qu'ils ne le sont pas vraiment. Et si les rugbymen savent comment gérer la pression, et ce genre de commentaires, il peut arriver un moment où cela à un impact psychologique.

Nous devons être conscients que ces joueurs sont humains, beaucoup de joueurs sont jeunes, des jeunes hommes dans le cas des All Blacks, [...] En raison de nos histoires différentes, de nos apports expérientiels différents, de notre génétique différente, certaines personnes ne seront pas autant influencées ou impactées. Mais il y aura des gens qui sont... des gens dont, vous savez, le bien-être s'érode. La plupart d'entre eux s'en sortent, ils feront bonne figure et feront du mieux qu'ils pourront, avec toutes les insultes et blessures qu'ils recevront probablement d'un public sportif, qui veut vraiment des gagnants, pas des perdants. Mais je pense qu'il y aura des dommages causés aux personnes qui trouvent tout cela trop lourd et trop stressant.

En parallèle, l'ancien All Black et joueur de Toulon Julian Savea est monté au créneau sur les réseaux sociaux pour exprimer sa colère face aux commentaires envers la sélection. "Choqué et troublé par certains des commentaires et remarques que j'ai vus et entendus à propos d'Ian Foster sur les réseaux sociaux ces derniers temps, a écrit Savea sur Twitter. Dans un pays où la santé mentale est un gros problème, où 72 % des suicides concernent des hommes et un nombre élevé de dépressions chez les hommes, on pourrait penser que les gens seraient un peu plus gentils et réfléchiraient à leurs mots avant de faire des remarques sur l'intégrité de quelqu'un, l'apparence et le caractère, surtout lorsqu'ils ne les connaissent pas personnellement." Avant d'ajouter : "J'ai honte que c'est ainsi qu'un humain est traité et traîné dans les médias ici en Nouvelle-Zélande." Pour Sara Chatwin, il y a un gros travail de communication à faire au sein du rugby néo-zélandais à l'heure actuelle. Et ce, à tous les niveaux.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Débusquer les auteurs de ces menaces, les réunir et leur faire joueur un match contre les All Black. Cela leur donnerait certainement l'envie de fermer leurs grandes g*eules ?

  • oc
    34750 points
  • il y a 1 mois
@Amis à Laporte

Manquerait plus qu'ils gagnent ...

  • Jak3192
    65667 points
  • il y a 1 mois

Les réseaux sociaux ?
Le pire truc d'Internet et du téléphone portable et autres gadgets modernes
Et je reste souple en disant cela

Encore une fois, avant Internet et les réseaux sociaux, cette haine n'était pas forcément visible ou n'était pas facilement palpable. Il y avait seulement les journalistes ou plutôt des pseudo-journalistes qui lynchaient parfois un entraîneur ou des joueurs ou le public qui grondait dans le stade. Maintenant, les réseaux sociaux permettent de voir cette méchanceté très facilement souvent sous couvert d'anonymat. Tout est question d'éducation.
Sinon, Foster est un fusible de la fédération NZ de rugby. Elle ne savait pas clairement qui mettre au poste après la RWC 2019. Cela ressemble à un choix par défaut et le gars hérite d'une équipe déjà sur le déclin (relatif mais ce n'est plus celle de 2015) et avec un contexte de pandémie qui a dû pénaliser encore plus l'équipe. Un cadeau empoisonné. Pareil pour Cane ... hériter du brassard de capitaine avec ce contexte et en plus avec des blessures récurrentes. J'espère que les Blacks se relèveront ... mais pas trop rapidement, hein, il y a une Coupe du Monde dans un an, je ne veux pas une équipe invincible en face 😉

  • alan75
    2067 points
  • il y a 1 mois
@Do-go-let

Pas que les journalistes, le rugby est un élément de la politique officielle Néo-zélandaise et certains ont oublié que ce n'était qu'un jeu après tout.
Le supporter hélas est en bout de ligne et sur la masse certains pètent les plombs et phénomène de groupe aidant...
Il n'y a qu'à regarder les manchots (pas ceux de Terre Adélie)!

Foster n'est peut-être pas l'homme de la situation, mais il ne mérite le centième de la haine qu'il suscite. Tout comme n'importe quel entraîneur ou joueur d'une équipe plus ou moins en difficulté. C'est moins l'expression de la passion des supporters que celle, anonyme, de la frustration de consommateurs irresponsables.
Cela dit, la méchanceté des fans et des journalistes est le rappel que ce qui est en jeu dépasse les individus et le business du sport.
À chacun d'y croire ou pas, de trouver que ça en vaut la peine ou non.

Les trolls sont universels !
Et ça fait peur !!

Derniers articles

News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
Vidéos
Vidéos