RUGBY. Ce club de Top 14 va-t-il recruter Eddie Jones ?
Eddie Jones devrait retrouver son ami Broncan en Top 14.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Licencié par la fédération anglaise de rugby, Eddie Jones n'est plus le sélectionneur de l'Angleterre. Un club de Top 14 devrait profiter de l'aubaine.

Si Castres vit une période assez compliquée en Top 14, le club tarnais pourrait néanmoins saisir une opportunité en or prochainement, pour se donner une nouvelle dynamique. En effet, vous savez qu'Eddie Jones a officiellement été limogé par la fédération anglaise ce mardi. Résultat, le technicien australien est libre sur le marché. Le lien entre Jones et le CO ? La belle amitié qui lie l'ancien sélectionneur anglais et le manager castrais. Interrogé en conférence de presse sur l'avenir de son compère, Pierre-Henry Broncan n’a d'ailleurs pas esquivé la question, bien au contraire, comme relayé par Rugbyrama : "il vit forcément une période compliquée. Pour le moment, il va rentrer au Japon, où sa mère vit et d’où est originaire sa femme. Une fois qu’il se sera ressourcé, il viendra à Castres. Pierre-Yves Revol serait enclin à ce qu’il devienne consultant du club. (rires)"

RUGBY. L'Angleterre dit ciao à Eddie Jones à neuf mois de la Coupe du mondeRUGBY. L'Angleterre dit ciao à Eddie Jones à neuf mois de la Coupe du monde

Un consultant de luxe, en somme. Mais les deux hommes, qui se sont connus à Bath, entretiennent de très bonnes relations depuis. En novembre 2021, Eddie Jones avait par exemple déjà rendu visite aux joueurs tarnais puis assisté à la rencontre de championnat entre Montpellier et Castres. Chez qui avait-il séjourné à ce moment-là ? Pierre-Henry Broncan ! Les deux hommes, véritables férus de rugby, devraient donc avoir des choses à se dire autour du CO, actuellement 11ème du championnat. "Je l’ai rencontré quand j’étais à Bath, c’est quelqu’un qui est un vrai passionné de rugby. Il est arrivé jeudi soir chez moi et depuis on a regardé Béziers-Mont-de-Marsan, impressionné de voir tous ces matches de ProD2 télévisé, explique P-H Broncan. Ça lui plaît, c’est comme si c’était deux fans de chasse qui parlaient ensemble. (...) C’est M. Eddie Jones tout simplement.” 

RUGBY. Top 14. Rory Kockott sera-t-il le nouveau joker médical de luxe du Castres Olympique ?RUGBY. Top 14. Rory Kockott sera-t-il le nouveau joker médical de luxe du Castres Olympique ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Papatch
    4008 points
  • il y a 1 mois

@Yonolan Comment ne pas être d'accord avec ta réflexion sur l 'évolution du rugby. Mon ressenti c'est que du jeu d'évitement du passé, on est arrivé au jeu de "bourrins'. Concernant les commotions cérébrales le CHU De Clermont vient de tester une méthode qui permettrait de suivre l'évolution du problème grâce à une simple prise de sang. Ce pourrait peut être une piste pour éviter une reprise prématurée. Je n'aime pas moi aussi l'évolution de ce sport que j'adore.

  • Yonolan
    155625 points
  • il y a 1 mois
@Papatch

Oui il y a un traceur
La protéine S100-B.
Elle siège exclusivement au niveau du cerveau sauf… en cas de commotion cérébrale où elle migre dans le liquide céphalo-rachidien et dans le sang.
D’où l’idée de la doser pour vérifier l’état traumatique du cerveau.
Les premières études datent de 2017
Cela permettra effectivement d'éviter les risques de sur commotions
Mais reste un constat et surtout ne changera en l'effet d'empilage sur une longue durée de chocs répétés ne provoquant pas de commotions , mais entrainant des ETC

Jones à Castres, cela va être la Broncan dans les tribunes ?

  • Yonolan
    155625 points
  • il y a 1 mois

Hors sujet 39 Lapandry : un cas de plus ? une nouvelle étape ?

D’habitude quand je vous fais un hors-sujet c’est soit un billet d’humeur ou des informations pas forcement toujours relayées partout et que j’estime importantes pour que chacun se faire sa propre idée

Dans le but aussi de lancer une discussion sur le sujet

Aujourd’hui c’est plus un malaise personnel qui est à l’origine de celui-ci

Les mots de Lapandry faisant suite à ceux de Haymans m’ont fait longuement réfléchir

Et j’ai le sentiment que ce n’est pas un cas de plus qui vient s’ajouter à d’autres ..et avant le prochain

Mais une nouvelle dimension importante de ce sujet ; du moins de la perception de ce sujet

En effet jusqu’à maintenant, ces symptômes de dégénérescence intervenaient à distance de la pratique et concernaient des joueurs ayant rangé depuis longtemps leurs crampons

On était passé près avec Carl car il avait connu lors de sa dernière saison à Toulon des symptômes qui a posteriori prouvent que la dégénérescence avait démarré. Mais c’était passé à l’as car autre époque déjà

Et en plus Carl, tout comme d’ailleurs Alexandre avait imputé ces symptômes à d’autres causes : bien aidé par ceux que cela arrangeait ?

Et aujourd’hui on se doit de constater que ces ETC peuvent démarrer pendant la pratique sportive sans le moindre doute

En cause ? ces chocs répétés à la tête lors des entrainements et des matchs que certains appellent des sous-commotions et qui venant se rajouter, ou pas d’ailleurs, aux commotions déclarées et qui enclenchent le processus dégénératif

Bien sur on savait que ces chocs à les têtes répétés mais en dessous d’une intensité provoquant une commotion même légère, étaient une cause plus que plausible de ces E TC

Depuis l’étude des démences pugilistiques dans les années 1920 jusqu’en 2002 ou le docteur Bennet Omalu redécouvre que des coups répétés à la tête peuvent conduire à une mort prématurée, ainsi qu'à des dépressions, des pensées suicidaires, des troubles de la mémoire. En 2015, onze joueurs âgés entre 13 et 17 ans sont décédés en lien avec la pratique du football américain aux Etats-Unis….

Mais jusqu’à maintenant la stratégie du rugby (inquiétant d’écrire ces mots) était de prendre en compte le risque de sur commotions extrêmement dangereux immédiatement mais de ne gérer en rien les risques à distance des maladies régénératrices du cerveau liés à ces chocs et ces sous-commotions invisibles tout aussi destructrices par leurs répétitions

Et face à cette gestion d’ETC pendant la carrière sportive, les clubs sont en première ligne et seul

En effet les fédérations ont la part belle en déclarant simplement un joueur inapte au rugby et en ne renouvelant pas la licence de ce joueur

Et je ne sais pas si les clubs ont la capacité de reconnaitre ce problème

D’abord de façon financière et avec une problématique évidente d’assurance de risques pris en charge ou pas

Ensuite parce que cette reconnaissance devra forcement modifier la pratique sportive, en matchs et en entrainements et que cela touche l’essence même de ce sport et bat en brèche ceux qui montraient du doigt les mauvais comportements individuels comme cause essentielle

Sur le fond on peut comprendre financièrement que les clubs fassent le maximum pour éviter de gérer ce problème, étant dans l’incapacité de l’assumer

Et je ne sais pas quel club aurait la possibilité ou l’envie de le faire

Sur la forme si ce que dit Lapandry est avéré, c’est méprisable

Et cela va modifier durablement les rapports entre un club et les joueurs puisque tout joueur saura qu ’il sera seul face à sa vie gâchée et que son club sera son premier opposant

Doit-on considérer alors que le salaire qu’on leur donne est le salaire de la peur ?

Et la notion de famille en prend un sacré coup….

Et que dire d’un syndicat de joueurs étrangement absent dans l’aide apportée aux joueurs concernés ?

Le cas Lapandry va malheureusement se reproduire dans d’autres clubs et nous verrons bien s’il y a des différences de traitement

J’espère de tout cœur que le prochain ne sera pas Leroux car j’avoue que son indisponibilité à long terme est particulièrement inquiétante à mes yeux

Et que va-t-il se passer quand la justice finira par reconnaitre ce lien entre pratique du sport et ETC ?



Viennent aussi se rajouter ce mal-être de certains joueurs qui pose question Hooper en Australie et plus récemment S'bu Nkosi en AdS

Mais qu’est ce qui peut pousser ces joueurs à imploser comme ça ?

Et que dire des ruptures des tendons du biceps, nouveau mal typique des rugbymen modernes ?

Le docteur de Mondenard d’en parler

"Il faut comprendre qu’avant les années 2000, les ruptures du biceps brachial étaient rarissimes." Depuis, on a vu des dizaines de cas : sept dans la seule saison 2014-2015. L’ancien capitaine du XV de France, Guihem Guirado s’est rompu deux fois le biceps du bras gauche en 2019 et 2021. Verdict : cinq mois puis quatre mois d’arrêt. Cette saison, le pilier international de Clermont Rabah Slimani a vécu le même coup du sort. On pourrait aussi citer Pierrick Gunther le troisième ligne actuellement à Béziers (passé par Pau et Toulon), deux fois touché en 2015 et 2018, mais aussi Yoann Maestri, touché en octobre 2021 alors qu’il jouait au Stade français ou même Thierry Dusautoir, blessé en 2014. Les cas surviennent souvent en position défensive quand le joueur s’oppose à un adversaire lancé, on peut se rompre les tendons du haut, ils font descendre le muscle ou ceux du bas qui font remonter le muscle »

Et d’ajouter

« La musculation intensive est le déclencheur de tous ces incidents. On n’y pensait pas trop dans le rugby, mais ce genre de blessures est connu depuis longtemps dans des sports comme le bodybuilding, chez les lanceurs ou en haltérophilie. Le joueur de rugby est devenu une sorte d’haltérophile. En tant que médecin, dans la vie courante, on rencontre des ruptures du biceps, mais chez les gens de 60 ou 70 ans, c’est-à-dire des gens qui ont des muscles usagés, souvent des manuels qui ont surutilisé leurs biceps. Ils se retrouvent donc avec le syndrome de la "boule de Popeye". Mais chez les gens de 25-30 ans, on ne rencontre jamais cette blessure." Le biceps est une courroie de transmission qui se retrouve en décalage avec la puissance du moteur. Mais les tendons du biceps ont plus de laxité que les ligaments du genou. Les ruptures sont donc moins fréquentes, les opérations et la rééducation sont moins délicates aussi, ce qui aboutit à des absences de trois mois d’un côté contre six mois de l’autre. "Je ne dis pas que le biceps dépasse le genou, mais cette pathologie devient courante. Je me demande ce que font les instances pour lutter contre cette épidémie, autrefois inconnue." Selon le médecin, on ne peut empêcher les joueurs de se muscler, mais trouver une autre façon de travailler : "Essayons de comprendre ce qu’on peut faire pour limiter la casse."

Le chemin que prends ce rugby de haut niveau me dérange de plus en plus

On sait aujourd’hui que nous votons avant tout avec notre carte bleue

Que nous devons être de plus en plus, des consommateurs responsables car c’est le seul moyen d’imposer à nos dirigeants une volonté de changement au-delà des mots et des promesses

Et je me demande aujourd’hui si je suis un consommateur raisonnable quand je vais allumer ma télévision pour regarder un match de rugby de haut niveau

Et si même je vais continuer longtemps à prendre du plaisir à regarder cette élite rugbystique jouer avec un ballon mais aussi avec… leur avenir

Je viens ici aussi pour m’enrichir de vos commentaires et de vos réflexions

Ils seront les bienvenus

@Yonolan

je suis assez proche de demander a mon neveu d'arrêter le rugby. il est en cadet et ca tape beaucoup plus fort que lorsque j'étais gamin. notre sport tourne de plus en plus en jeux du cirque

@Yonolan

Merci pour ton article plein d'interrogations que je partage totalement.

Le rugby devient de plus en plus un sport à haut risque avec les diverses pressions qui existent sur les joueurs, dans une dérive alarmante du professionnalisme qui passe, étape par étape, à un degré de danger inconnu jusqu'ici, poussé par des instances internationales assoiffées de financements de toute origine, en négligeant la santé des joueurs et leur avenir.
Multiplication du nombre de compétitions, de matches... Intensification des préparations, musculation, entraînements de plus en plus intensifs ... Incitations aux confrontations de plus en plus dures sur le terrain ...

Les commotions sont gérées sur le temps court par les structures professionnelles qui se moquent de l'avenir des joueurs et c'est tout de même une sacrée pierre dans les souliers du syndicat Provale !!!
Si j'ai bien compris le cas de Lapandry, sa licence ne lui a pas été retirée à cause des commotions répétées, mais pour une lésion artérielle, dissection d'une artère vertébrale je crois, responsable d'un accident vasculaire. Ce qui rajoute au problème. De plus on peut s'interroger sur l'attitude du club, si on en croit le témoignage du joueur.
Les instances sanitaires du rugby s'intéressent au court terme (ça aurait fait mauvais effet un décès au cours d'un match !) mais pas suffisamment à l'avenir des joueurs.

@Yonolan

comme tu l'évoques, oxymore de circonstance:

Silence assourdissant du syndicat des joueurs!!
J'ai la nette impression que sa présidence
est plus un tremplin politique pour d'autres fonctions..

N'y avait-il pas un certain toubib en place précédemment?

Cela devrait remonter direct au ministère de la Santé..

@Yonolan

Malheureusement, peu de supporters s'intéressent à ces questions et on en lit des commentaires navrés mais surtout navrants sur le rugby, ce sport castré (pas castrais --> bon il fallait que je la fasse puisque l'article porte quand même sur Castres), que c'était mieux avant, blablabla.
Ce qu'il faudrait faire [Attention, marronnier droit devant] ce serait avant tout de réduire le nombre de compétitions (et donc de commotions mais aussi l'usure des corps); mais les seuls qui peuvent faire changer cela, tout comme les entertainments qu'ils subissent, ce sont les joueurs eux-mêmes. On ne peut pas compter sur les supporters qui pour la plupart en redemande peu importe les conséquences (#Qatar --> oui c'est du foot mais les compétitions de 7 à Dubaï c'est pas beaucoup mieux) , ni sur les "instances officielles" qui sont des entreprises capitalistes qui n'ont que faire de la santé des joueurs ou du rugby (on attend qu'ils proposent un ballon rond pour plus de spectacle).
Il faudra aussi des procès et peut-être l'intervention des assurances et en France de la sécurité sociale, les deux pouvant décider de faire payer les employeurs. Mais j'y reviens, pour que cela advienne, il faudra que cela commence par une grève des joueurs, le refus pur et simple de jouer les coupes "d'Europe" par exemple...
Après, on pourra tout imaginer : un top 14 fonctionnant avec des poules de qualif ou sur le modèle des conférences en NBA, une coupe d'Europe ne rassemblant que les clubs champions, la fin des tournées estivales (et des tournées d'automne en alternance nord sud) ....

@Yonolan

écoeurant, morbide à regarder, j'ai stoppé Fr-AfSud qd Danty

s'est fait agressé, intenable..

faudra-t-il malheureusement un mort en direct?

Tant que le pognon coule à flot, hélas..
il y aura des sales types (non-joueurs évidemment)
pour surenchérir (ajouter matches et compet) pour se gaver!

@Like a Lion in Jau Zion

@yonolan
me réponds pour conclure..

il faudrait être plus que strict

et suspendre illico les gars qui ont autorisé Danty

(même avec son consentement adulte) de jouer

le match suivant, toubib, prépa phys, coach..

ça ferait peut-être réfléchir!

jusqu'à interdiction de diffusion, diffuseurs,dirigeants de fédé clubs etc..

Bon mission impossible!

@Yonolan

Je pense que le rugby a basculé dans une autre dimension avec deux évènements majeurs à peu près au même moment: le passage au professionnalisme et l'avènement d'un joueur hors norme, Jonah Lomu. La coïncidence ne peut être fortuite, à mon sens... Après lui, tout le monde a voulu des démolisseurs un peu partout sur le terrain, quelques soient les postes, et les staffs se sont mis à faire bouffer de la fonte (et de la créatine, au mieux...) à leurs joueurs et à considérer que l'évitement était complètement secondaire, voire n'avait plus sa place dans notre sport. Je me souviens de la CDM 2003, où un certain Bernie (tiens tiens...) ne jurait que par ça, avec, tout au long de sa carrière, des Chabal ou des Bastareaud comme porte étendard en EDF, ou des Botha à Toulon. Mais, à sa décharge, tous les staffs ont fait pareil.
Au final, je retiens un mot en particulier dans ton post: "pugilistique". Et un nom et un destin tragique me viennent à l'esprit, celui de Mohamed Ali...

  • Yonolan
    155625 points
  • il y a 1 mois
@lebonbernieCGunther

Et pourtant Mohamed y compris au temps de Cassius Clay, fut surement le poids lourd avec le plus grand sens de l'esquive que la boxe ait connu

@Yonolan

@lebonbernieCGunther
d'apres nombre de boxeurs, le plus grand et le meilleur techniquement des poids lourds toutes époques confondues

@Yonolan

J'arrive pas à mettre la main sur la citation exacte, n'étant pas spécialiste de boxe, mais je crois qu'un de ses adversaires aurait déclaré, plusieurs années après, un truc du genre: "le jour où j'ait tué Mohamed Ali...". Ca te dit quelque chose?
Merci de ton aide.

@lebonbernieCGunther

trouvé ceci:

https://www.eurosport.fr/boxe/2-octobre-1980-le-jour-ou-ali-s-est-enfonce-dans-la-nuit_sto6955588/story.shtml

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/grande-traversee-mohamed-ali-combats

  • Yonolan
    155625 points
  • il y a 1 mois
@lebonbernieCGunther

Tu fais peut-être allusion à ce combat horrible contre Larry Holmes en 80 qui fut son dernier
Son médecin avait expliqué tous les risques qu'il encourait si il remontait sur un ring sachant qu'il était déjà malade
Mais voila y avait un max de fric sur la table etlui et son entourage ont fermé les yeux ....
En plus Holmes etait son ancien sparring et son ami et avait une vénération pour lui
Mais je pense que tu trompes
C'est Mohamed Ali qui dira quelque jours après sa défaite dans un itw
"Tout ce que je me disais après le 1er round, c'était 'mon dieu, il en reste 14.' Je n'avais rien, plus rien. Je savais que c'était sans espoir. Je savais que je ne pouvais pas gagner et je savais que j'abandonnerais pas. J'ai regardé Holmes de l'autre côté du ring, il allait gagner ce combat mais il allait falloir qu'il me tue pour me sortir du ring."

@Yonolan

Merci pour ce recadrage historico-sportif.

  • AKA
    62033 points
  • il y a 1 mois
@Yonolan

Carl Hayman, sans le "s" 😉 Il y a (relativement) longtemps je lisais Sport & Vie et les publications de JP de Mondenard et il est vrai que l' on peut y trouver de l' éclairage sur ces problèmes!Je vais n' y replonger. Le Dr fait bien de parler de ces problèmes de tendons surtout concernant des membres peu concernés jusqu' à pas longtemps. Je ne sais pas s' il en était l' auteur mais j' avais lu un article sur des sportifs (je résume) dont la masse et la puissance musculaire était trop importante pour les tendons, qui eux restent en l' état. Et bien sûr étaient cités des sportifs ayant subi ce genre de blessures et dont la musculature n' était pas due qu' au poussage de fonte vu qu' ils avaient étés convaincus de dopage! Et quand les tendons des 2 genoux d' un ancien international ont lâché d' un coup après une période de convalescence, je me suis gardé de faire des commentaires mais j' ai fait le parallèle, mais je suis sûr que ce sujet viendra un jour ou l' autre. Pour revenir aux commotions cérébrales et à la violence dans notre sport préféré je te rejoins sur le plaisir de suivre ces matchs "de muerte"; comme je j' ai déjà fait , et dis ici, je n' hésite plus à éteindre mon écran ( la dernière fois pour France v AdS) si c' est le prix à payer ce sera mieux pour ma femme et mon potager 😉

@Yonolan

Il y a des matchs qui sont effrayant au niveau de la violence. Par exemple le dernier France / Afrique du Sud. Ça l'était à la télé. Et un officiel de la fédération qui travaillait sur ce match m'a confirmé n'avoir jamais vu les joueurs dans un tel état après un match.
D'un coté il y a les cas type Lapandry, et d'un autre coté il y a la pratique effective. Par exemple Dupont prend 3 matchs et tout le monde crie au scandale... J'adore littéralement Dupont, mais les sanctions pour jeux dangereux sont trop faible, les règles sont inadaptées à la puissance des joueurs, etc. Dupont méritait ses 3 matchs et les deux Boks méritaient 3 mois. Mais les Boks sont champions du monde et tout le monde est prêt a jouer ce jeu ultra dur pour l'être, y compris nous. Un de ces jours le Rugby va se voir mis au ban des sports. Et nous serons tous responsables.

@p.coutin

France-Irlande du tournoi de cette année fut aussi "violent", mais lui, n'entraina aucune commotion
Le match Irlande-Australie a été le match où il y a eu le plus de blessés, surtout côté australien pendant le mois de novembre
Au fait, qui a vu des images de la commotion de Flament lors du test face à l'AFS..??
Celle d'Atonio..??
Celle du talonneur sud af..??
Je ne dis pas qu'elles n'ont pas existé, au contraire, c'est parce qu'elle ont existé que je ne comprends pas qu'on n'est pas d'images...
Car si on ne voit pas le choc déclencheur, ça veut dire que ce sont plusieurs chocs qui ont entrainé la détection de commotion du médecin indépendant du match...
Et ça pour moi, c'est encore plus inquiétant

@pascalbulroland

C’est de plus en plus courant : des joueurs saoulés de coups. A ce jeux là c’est les plus durs au mal qui risquent le plus…

Derniers articles

Vidéos
Vidéos
Vidéos
News
Transferts
News
News
Transferts
News
News
News