RUGBY. 6 Nations. ''Pas au niveau'' physiquement, le XV de France va-t-il monter en puissance dans ce Tournoi ?
A l'orée de la 3e journée du 6 Nations et du match contre l'Italie, la performance du XV de France lors du début du Tournoi soulève encore des interrogations. Crédit image : Screenshot Youtube France Rugby
A l'orée de la 3e journée du 6 Nations et du match contre l'Italie, la performance du XV de France lors du début du Tournoi soulève encore des interrogations.

A l'orée de la troisième journée du 6 Nations et du match contre l'Italie, la performance des Bleus lors du début du Tournoi soulève encore des interrogations. Pourquoi les Français ont-ils aussi été dominés par l'Irlande ? En conférence de presse, Nicolas Jeanjean, le directeur de la performance du XV de France, est revenu sur ces deux premières rencontres, et particulièrement sur le revers face à l'Irlande. Lequel a mis en lumière les défis physiques et tactiques rencontrés par les Tricolores.

Face au Trèfle, une équipe reconnue pour sa rigueur physique et technique, les Bleus ont montré des lacunes en termes d'énergie et d'intensité. "Il y a eu un gap", concède Jeanjean via L'Equipe, "on n'était pas au niveau... On a plus marché qu'eux."

Cette confrontation a été l'occasion d'une remise en question nécessaire, poussant le staff et les joueurs à s'interroger sur leur préparation et leur capacité à répondre aux défis imposés par leurs adversaires dans cette compétition.

L'équipe irlandaise fonctionne différemment : trois mois après la Coupe du monde, il y avait une différence de trois matches joués par rapport à nos joueurs. Ils ont pu les utiliser en travaillant ou se régénérant. Ça, c'est juste le constat.

Tous les internationaux français n'ont pas été logés à la même enseigne pendant le Mondial et surtout après. "Certains ont enchaîné directement, d'autres ont eu quelques semaines de vacances, d'autres quelques mois." D'où une différence entre les différents états de forme. Bien que le groupe ait peu changé, il n'y avait pas cette homogénéité au niveau du physique au sein de l'équipe comme ç'a pu être le cas par le passé. C'est la première fois que ce groupe enchaîne un Tournoi après une Coupe du monde. Un ajustement était donc nécessaire. 

La rencontre en Écosse a, quant à elle, montré une nette amélioration. "Face à l'Écosse, c'était de bien meilleure qualité", assure Jeanjean. Et ce, même si les supporters n'ont pas forcément vu un XV de France physiquement dominateur. L'accent mis sur la défense et l'offensive a payé selon le staff, démontrant une meilleure gestion de l'énergie et un déplacement plus efficace sur le terrain. Cette évolution est le fruit du travail et d'une réflexion profonde sur la meilleure manière d'aborder physiquement les rencontres.

C'est une réelle amélioration par rapport au premier match. On a une stratégie sur les semaines sans jouer où on va accumuler un petit peu de travail physique mais également de la régénération pour essayer d'optimiser toutes les chances d'avoir le maximum d'énergie pour la fin du Tournoi.

L'équilibre entre la préparation intense et la nécessaire régénération est au cœur de la stratégie de Jeanjean. "Notre but, c'est d'optimiser le niveau de forme des joueurs", affirme-t-il en soulignant l'importance de la collaboration avec les clubs pour suivre l'état de forme des joueurs. 

Alors que le Tournoi avance, les yeux seront rivés sur l'équipe de France, curieux de voir comment elle continuera à évoluer et à répondre aux attentes élevées de ses supporters. Le match contre l'Italie doit servir de bascule aux Bleus en vue des deux dernières rencontres face au Pays de Galles et contre l'Angleterre. On peut donc s'attendre, ou du moins, espérer une montée en puissance des Tricolores pour la suite de la compétition.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Ouais, enfin, on a eu l'impression (je dis l'impression, n'étant pas spécialiste) que la préparation imposée par Giroud a débouché sur pas mal de casse! De plus, on sentait que les Bleus n'ont peut être pas été à leur pic de forme au moment des phases finales de CDM, leur quart face aux Springboks où on les a senti émoussé après la soixantième ou tout du moins en incapacité de répondre à la rentrée du banc des SA et au surplus de "grinta" qu'ils ont fourni (Kwagan Smith, Vermeulen etc...). A contrario, leur prépa au début du Tournoi m'a semblé très light. Ils se sont fait marcher dessus comme rarement par les Verts. Jeanjean responsable? Je n'ai pas la réponse bien sûr, mais mon pauvre père me répétait sans cesse "entre le trop et le pas assez, il y a toute la place pour le bien" 😉

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News