Pro D2. Les 5 défis qui attendent le SUA
Le jeune Théo Idjellidaine a rejoint Agen à l'intersaison.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Le SUA sort d'une saison cauchemardesque et vit également un début d'exercice compliqué à l'échelon inférieur. Voici les cinq défis qui attendent les Agenais cette saison.

Alors que cette saison devait être celle du renouveau pour le SU Agen, les Lot-et-Garonnais patinent en Pro D2. Après deux journées, les hommes de Régis Sonnes comptent deux défaites dont une dernière préoccupante à Armandie contre Béziers. S'il n'est pas l'heure de tirer des conclusions trop hâtives, voici néanmoins les 5 défis qui attendent Agen cette saison. 

Enfin renouer avec la victoire

Certes, bon nombre d'entre vous diront qu'il est inutile de remuer encore une fois le couteau dans la plaie. Mais comment ne pas évoquer cette statistique, peut être anecdotique mais néanmoins marquante, des 28 défaites d'affilés sur lesquelles reste le SUA en compétitions officielles. On ne compte pas là-dedans ce match amical remporté contre Aurillac en préparation. C'est une évidence, Agen ne sait plus gagner et ce depuis désormais plus d'un an. Les supporters s'inquiètent et surtout éprouvent de moins en moins de plaisir à suivre leur équipe. Compréhensible. Mais dans cette Pro D2, il semble évident que les Agenais auront leur mot à dire à force d'abnégation. Si le déplacement face à Grenoble ce jeudi s'annonce délicat, la réception de Bourg-en-Bresse lors de la 4ème journée pourrait enfin lancer les Agenais sur une spirale positive face à un promu qui doit encore s'adapter au niveau supérieur. Une victoire est plus que jamais envisageable. Car à n'en pas douter, il ne manque pas grand-chose à ce groupe, pour basculer de la morosité ambiante à des jours bien meilleurs. Il suffit d'avoir ce déclic. 

Personne n'en parle, mais Agen a remporté son premier match après 531 jours sans victoirePersonne n'en parle, mais Agen a remporté son premier match après 531 jours sans victoire

Être patient et laisser les jeunes s'aguerrir

On ne peut le nier, l'effectif d'Agen reste relativement jeune. Les Zarantonello, Nollet, Maravat, Gauban ou autres Etcheverry pour ne citer qu'eux font partie d'une jeune garde prometteuse. Relativement tendre encore peut être pour ce niveau, à la limite cela peut s'entendre. Ce week-end par exemple face à Béziers, c'est la jeune charnière qui a été remise en cause et sortie à la mi-temps par Régis Sonnes. Le Toulousain prêté à Agen, Théo Idjellidaine (20 ans) à la mêlée et l'ancien clermontois Emile Dayral (19 ans) à l'ouverture, ont notamment été pointé du doigt pour leur gestion de la rencontre. Il faut en revanche rappeler qu'à l'exception de quelques feuilles de matchs en Top 14 l'an dernier pour le premier cité, les deux joueurs n'évoluaient jusqu'à présent qu'en espoirs, Dayral n'étant en plus de cela pas toujours titulaire avec les Jaunards. Une marche importante à gravir qui demande un certain temps d'adaptation. Pas facile d'assumer un rôle de titulaire dans une équipe en reconstruction qui plus est en pro D2, un championnat devenu de plus en plus exigeant et surtout très physique. Le jeune Lacombe qui a suppléé Dayral ne s'est pas montré plus à l'aise.

Alors que faire ? Tout jeter à la poubelle ? Sûrement pas. Il manque à n'en pas douter à ce groupe, deux ou trois leaders, des ''vieux briscards'' capables de les encadrer et donc les faire progresser par la même occasion. Mais, au fil de la saison, ces jeunes pousses sauront se montrer et s'affirmer. Il faudra simplement se montrer patient. Car pour l'instant et quoiqu'on en dise, malgré cette 14ème place, il n'y a pas (encore) le feu au lac. On se trompe peut-être, mais on voit mal Agen jouer le maintien cette année. Cela n'est pas sans rappeler le parcours de Grenoble l'an dernier, plongé dans les abysses du classement avant de se qualifier en fin de saison.

Top 14. Christian Lacombe, le futur joyau du SUA ?Top 14. Christian Lacombe, le futur joyau du SUA ?

Retrouver une confiance mentale

Etre englouti dans une telle spirale de défaite n'est jamais une bonne chose mentalement. On le sent bien, les Agenais sont actuellement en crise de confiance et le mental est touché depuis un bon moment. La première mi-temps contre Béziers fut symptomatique des maux agenais. Les hommes de Régis Sonnes ont joué la peur au ventre, comme tétanisés par une pression du résultat. Les attaques furent trop stéréotypées, avec un jeu sans génie, à une passe et des trois-quarts presque inexistants, la gonfle dépassant rarement le 10 ou premier centre. Conséquences, un retard de neuf points aux citrons. L'objectif de ce groupe sera de retrouver une certaine confiance et force mentale. Qui passera, on vous l'accorde par une victoire, rejoignant les premières lignes de cet article. Car comme dis précédemment, malgré un effectif jeune, les Agenais comptent dans leurs rangs des joueurs qui ont le niveau pour cette Pro D2. Du moins, c'est ce que l'on pense. S'ils ne seront pas forcément un candidat à la montée ou même à la qualification malgré les mots de son président Fonteneau, on ne doute pas que cet effectif vaut mieux que la quatorzième place actuelle avec seulement 1 petit point au compteur. Il faudra néanmoins, se lâcher dans le jeu. 

Devenir intraitable à Armandie

Le renouveau d'Agen passera surtout par une solidité de tous les instants à domicile. La plupart des entraîneurs vous le diront. Pour réaliser une bonne saison, et ce n'est un secret pour personne, il est impératif de se montrer conquérant dans son antre. Si Agen arrive dans un premier temps à enchaîner les bons résultats à Armandie dans les semaines à venir, alors le reste devrait venir tout seul. Il suffit d'enchaîner, un puis deux succès et qui sait de quoi la saison des Haut-Garonnais sera faîte. 

Faire revenir Phillipe Sella, Christophe Deylaud, Pepito Elhorga, etc

On bascule sur une note plus légère, mais on conseille à Jean-François Fonteneau de faire revenir les ''historiques'' du club si son objectif reste la qualification comme il a pu le déclarer en début de saison. Et puis cela redonnera du baume au coeur aux nostalgiques du rugby d'antan, du grand Agen, des courses folles de Phillipe Sella, de la classe de Christophe Deylaud, des caramels de Philipe Benetton ou des relances de Pepito Elhorga. Allez pour les un peu plus jeunes d'entre vous, on suggère même un retour du phénomène Rupeni Caucaunibuca. En revanche, on ne vous promet pas qu'il sera simple de sortir ''Rup's'' des Fidji afin de lui faire poser ses bagages dans l'Hexagone. Mais sait-on jamais. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Miser sur les jeûnes à Agen ? Une évidence !!!!

Agen : pas trop difficile de retrouver l'appétit !

Le premier défi à relever : gagner des matchs !

Derniers articles

Transferts
Vidéos
Vidéos
News
Sponsorisé News
Vidéos
Transferts
News
News
News
Transferts