La notion de plaisir dans le rugby, ''malheureusement on l’oublie trop souvent''
Xavier Chauveau ne regrette pas les choix qu'il a fait dans sa carrière.
Xavier Chauveau, néo-retraité du rugby professionnel, revient sur ce qui l'a conduit à raccrocher les crampons à seulement 27 ans.

Top 14 - A seulement 27 ans, Xavier Chauveau devrait raccrocher les cramponsTop 14 - A seulement 27 ans, Xavier Chauveau devrait raccrocher les cramponsLe rugby est un sport qui laisse des marques. Physiques bien sûr, mais aussi psychiques. Certains s'en accommodent et jouent à haut niveau jusqu'à approcher de la quarantaine. Pour d'autres, c'est plus dur. Si le rugby tend à niveler les différences, tout le monde n'est pas égal lorsqu'il s'agit des blessures ou de la lassitude. Quand des joueurs comme Dan Carter rempile à 38 ans en Super Rugby, d'autres comme son ancien coéquipier au Racing 92 Xavier Chauveau décident d'arrêter les frais à seulement 27 ans. "J’ai commencé à me poser la question quand j’ai su que je ne continuerais pas l’aventure au Racing 92, mais je voulais connaitre une autre expérience, un autre club, un environnement différent. Je ne regrette absolument pas mon choix, j’ai passé une très bonne année ici (à Agen, NDLR), même si elle ne s’est pas déroulée sur le plan sportif comme je l’aurais voulu." Il explique à ce titre que le confinement n’a pas du tout joué dans sa réflexion. Il avait annoncé sa décision à Christophe Laussucq début 2020. "Je ne voulais pas mettre le club en difficulté dans son recrutement et la préparation de l’année suivante."

Le Rugbynistère a besoin de vous

Cet article est financé par les adhérents, sans qui il n'aurait pas pu être publié. Vos adhésions nous ont permis de mobiliser plusieurs personnes pour cette publication. Vous pouvez y accéder et débloquer toutes les fonctionnalités des adhérents en nous soutenant !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Yonolan
    78077 points
  • il y a 4 mois

Il y a une réelle inégalité entre joueurs
Ceux qui sont aptes intellectuellement et volontairement à avoir en plus du rugby professionnel un autre projet et acquérir le niveau pour l'entreprendre et les autres
Bien sur qu'il a raison et que jouer à Paris Toulouse, Bordeaux ou Lyon ( c'est pas exhaustif) ouvre le champ des possibles
Et peut-être que justement avoir une telle possibilité te permet de mettre un terme à ta carrière quand tu n'a plus de plaisir ou que ça devient plus dur ; et que le projet post rugby te donne envie
Mais une chose est sure :la majorité des joueurs ne gagnent pas assez dans leur carrière de plus en plus courte pour être tranquille le restant de leurs jours ; alors cette question de la préparation de l’après-rugby devient de plus en plus importante et les clubs devront l'intégrer dans leur fonctionnement

@Yonolan

je suis du même avis, carrière trop courte pour se baser uniquement sur une ouverture d'un bar ou d'un restaurant comme les anciens pouvaient encore se permettre.

Pour faire plaisir à Team Viscères, le GRAND Yannick a suivi très tôt un cursus d'ingénieur agronome à Purpan et a très rapidement basculé dans le monde "normal" en s'investissant totalement dans :
- un projet d'entreprise
https://www.jardins-occitanie.fr/?gclid=CjwKCAjw26H3BRB2EiwAy32zhcKhboeWEg4qXZPE7cqs2GX6eKklg7Nb2e0F1KhLcjIXKbD0pX-UMBoCMjYQAvD_BwE

- et une originalité industrielle
https://enerfip.fr/placer-son-argent/investissement-solaire/seysses-solagri/

Je lui fais un peu de pub même si le plus grand centre de toute l'histoire du rugby a déjà fait son nid 🙂

  • Yonolan
    78077 points
  • il y a 4 mois
@amoureuxdubeaujeu

Oui c'est un bon exemple et Team trouvera normal que son idole unique mais préférée se soit mise au vert ....
Il faut complètement stopper ces filières qui depuis tout jeune imposent aux jeunes qui veulent réussir de ne se consacrer qu'à cela
C'est complètement inconscient de ce que sera la vie de ces joueurs et de leur avenir

@Yonolan

pourtant on connait, cela s'appelle sport/études. Et tant que les gamins ne seront pas obligés de faire des études à côté, tant que les clubs n'auront pas l'obligation de faire suivre des études à ces gamins, et tant que les familles de certains gamins considèreront leurs enfants comme des pépites leur permettant de ne plus aller bosser...
J'avais aimé un documentaire sur l'investissement de l'ASM pour les jeunes fidjiens qu'ils avaient en équipes de jeunes (écoles et enseignants spécifiques, plus toute la partie infrastructure). Mais en même temps, cela démontrait bien que sur ce lot de jeunes joueurs, tous ne seraient pas des pros ; et l'ASM le savait bien... 🥴

Derniers articles

News
Transferts
News
News
Réseaux Sociaux
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
News
Vidéos