FLASHBACK. En 2015, le Stade Français écartait le Racing en barrage
Le Stade Français s'était largement imposé face au Racing en 2015.

Payez 8 mois au lieu de 12 !

Soutenez le Rugbynistère pendant un an avec le code AU_SOUTIEN
Le Racing recevra le Stade Français en barrage vendredi. L'occasion de revenir sur le dernier affrontement en date des deux équipes en phase finale, un soir de mai 2015.

Ce week-end du 12 juin sera placé sous le signe des derbys. Si Biarritz et Bayonne s'affronteront dans un barrage qui enflamme le Pays basque, une place en Top 14 étant en jeu, que dire de celui qui opposera le Racing 92 au Stade Français ce vendredi 11 juin ? Troisièmes, les hommes de Laurent Travers accueilleront ceux de Gonzalo Quesada sixièmes, pour une place en demi-finale de Top 14. Avec des deux côtés, ce rêve de décrocher le Graal, et ce tant désiré Bouclier de Brennus. Surtout, ''l'affaire Gaël Fickou'', si on peut la nommer ainsi, viendra rajouter du piment à une rencontre qui n'en manquait pas. L'occasion donc pour nous de faire un saut dans le passé, et revenir sur le dernier affrontement entrer les deux équipes en phase finale. Ironie de l'histoire, c'était au même stade de la compétition, à l'inverse que cette fois-ci, le Stade Français recevait son voisin dans l'antre de Jean Bouin. Nous sommes alors en 2015. 

TRANSFERT. Top 14. Gaël Fickou ne devrait pas terminer la saison au Stade FrançaisTRANSFERT. Top 14. Gaël Fickou ne devrait pas terminer la saison au Stade Français

Le Stade Français n'a plus disputé les phases finales depuis la saison 2008/2009. Le club de la capitale compte bien s'appuyer sur sa jeune garde tout droit sortie du centre de formation (Slimani, Plisson, Danty, Bonneval, Flanquart, Camara etc) pour décrocher un billet dans les six. Chose réussie. Trustant pendant longtemps les premières places du classement, les hommes de Gonzalo Quesada termine en quatrième position, la faute à une défaite à Brive lors de la dernière journée de la phase régulière. De son côté, le Racing atteint la cinquième place après une saison en dent de scie et malgré de gros noms sur le papier, comme le demi d'ouverture irlandais, Jonathan Sexton ou le centre gallois Jamie Roberts. Surtout, le Stade Français a l'avantage d'être sorti à deux reprises vainqueur du derby lors de la phase régulière. Vainqueurs 23-19 à Jean-Bouin, les coéquipiers de Jonathan Danty se sont ensuite imposés au Racing lors de la 24ème journée (19-28), et ce malgré un rouge sévère délivré à Sergio Parisse en première mi-temps. Bref vous l'aurez compris, les soldats roses s'avancent dans la peau du favori lors de ce barrage. Mais gare au Racing, qui a l'avantage de bénéficier de l'expérience de ces matchs couperets sur les dernières saisons.  

Le match : Morne Steyn enquille, Paris assure

Ce 30 mai 2015, Jean Bouin a sorti ses plus belles couleurs. En tribunes les supporters des deux camps se renvoient la balle tandis que les acteurs foulent enfin la pelouse. Le début de match est à sens unique, les Parisiens étouffant leurs voisins Racingmen. Par un essai de Waisea, puis une pénalité de Steyn, les joueurs de la capitale mènent rapidement 10-0. Avant qu'à cinq minutes de la pause, Monsieur Poite n'accorde un essai de pénalité au pack parisien (17-0). Le Racing va sortir la tête de l'eau sur la sirène, grâce à un essai de Machenaud. 17-7 à la pause, pas cher payé pour le Stade Français. Au retour des vestiaires, Morne Steyn va prendre le dessus sur son adversaire du soir à l'ouverture, Jonathan Sexton. Étincelant, le Sud-africain va se montrer impérial face aux perches et réaliser un 100%. ''L'ensemble de l'équipe a répondu à nos attentes et surtout Morne [...] C'est lui qui a tué le match petit à petit'', déclarait à l'issue du match Gonzalo Quesada dans des propos relayés par Rugbyrama. En l'absence de Plisson, Steyn fait mieux que dépanner et démontre au microcosme du rugby français, si certains en douter, pourquoi il est l'une des pierres angulaires des Springboks.

Passé l'heure de jeu, le score est donc de 29 à 10 en faveur des Parisiens. Un jaune de Danty permet au Racing et à Jamie Roberts de croire à l'exploit (29-15). Mais neuf points supplémentaires de Morne Steyn dont une pénalité sur la sirène viendront crucifier et définitivement enterrer les espoirs des visiteurs. 38-15 score final. Il n'y avait alors pas eu photo : ''Il n'y a pas de regrets car nous sommes tombés sur plus fort que nous'', déplorait le capitaine ciel et blanc, Dimitri Szarzewski. Avant de poursuivre : ''Ils nous ont battu trois fois cette saison et il n'y a rien à dire. Ils méritent leur place en demi-finale et nous méritons d'être éliminés ce soir.'' Un constat implacable. Le Racing pris dans tous les compartiments du jeu, que ce soit en conquête ou dans le jeu, devait s'incliner face à une formation euphorique. Il faut dire que cette année-là, le Stade Français marchait sur l'eau. En demie, les Parisiens terrassaient Toulon, triple champion d'Europe et champion de France en titre (33-16), avant de s'imposer en finale face à Clermont, et décrocher le quatorzième Brennus de son histoire. 

Les compos 

Du côté du Stade Français, seul trois joueurs sont encore présents. Jonathan Danty et Waisea formaient déjà la paire de centre, tandis qu'Antoine Burban évoluait en troisième-ligne. D'autres ont pris leur retraite mais sont restés au sein du club. C'est le cas de Julien Arias et Laurent Sempéré, membres du staff ou de Pascal Papé, directeur du centre de formation. Enfin au Racing 92, 7 joueurs du XV de départ évoluent encore au club. On pense à Teddy Thomas, ou encore Juan Imhoff et Wenceslas Lauret. Ben Arous sur le banc, est le huitième joueur à évoluer sous les couleurs ciels et blanches. Dimitri Szarzewski a de son côté intégré le staff du club. 

Stade Français
1
Van der Merwe
2
Bonfils
3
Slimani
4
Pyle
5
Flanquart
6
Burban
8
Parisse (c)
7
Lakafia
9
Dupuy
10
Steyn
11
Sinzelle
12
Danty
13
Waisea
14
Arias
15
Camara
16
Sempéré
17
Taulafo
18
Papé
19
Ross


20
Tomas
21
Bosman
22
Doumayrou
23
Kubriashvili
Racing 92
1
Khinchagishvili
2
Szarzewski (c)
3
Ducalcon
4
Charteris
5
Lavanini
6
Lauret
8
Claasen
7
Le Roux
9
Machenaud
10
Sexton
11
Thomas
12
Dumoulin
13
Chavancy
14
Imhoff
15
Dulin
16
Lacombe
17
Ben Arous
18
Van der Merwe
19
Gérondeau


20
Phillips
21
Dambielle
22
Roberts
23
Mujati
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Un beau holp-up le bouclier de 2015... Hum...

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
News
Sponsorisé News
Ecrit par vous !
News
News
Transferts
News
News