COVID- 19 - Selon ce médecin chercheur, ''il faut arrêter de tester les sportifs''
Les tests sur les joueurs sont-ils indispensables ?
Le directeur de l’IRMES (Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport) remet en cause la communication du gouvernement qui nuit, selon lui, au monde du sport.

Ils sont 35 médecins à avoir pris position dans une tribune du Parisien, pour critiquer la communication trop anxiogène du gouvernement. Parmi eux, le professeur Toussaint qui juge que l’on paralyse le monde du sport pour rien : "L'augmentation du nombre de cas positifs observée chaque jour, inclut un grand nombre de faux positifs et de personnes non contagieuses, qui présentent des fragments de virus. Chez les athlètes, le constat est le même : les cas positifs ont la même probabilité d'être des faux positifs", affirme le médecin.

Une déclaration qui fera sûrement écho aux supporters catalans et montois privés de leur match du week-end après un énorme imbroglio autour des tests. En effet, 4 joueurs de l’effectif landais avaient d’abord été testés positifs, le jour de la rencontre. La LNR avait donc pris (logiquement) la décision d’annuler le match. Mais la seconde batterie de tests effectuée le lendemain, avait finalement révélé que les joueurs étaient négatifs à ce contre-test... et que la rencontre aurait pu avoir lieu 

Pour lui, il n’est pas logique que l'on soumette les sportifs à des protocoles aussi stricts alors qu'ils sont la population la moins à risque. "Oui, il y a beaucoup de cas positifs depuis la reprise, on en entend presque tous les jours, mais c’est parce qu’on teste énormément les sportifs. Depuis mars, toutes les fédérations, tous les "Pôle France", ont multiplié les tests, et aucun sportif n'a de symptôme grave, la plupart sont asymptomatiques", avoue-t-il. Selon le docteur, le monde du sport "doit prendre conscience qu’il faut remettre en question certaines recommandations", car "il y a des petits clubs de rugby, qui sont en train de mourir ".

Et les risques cardiaques ? 

Sur la question, les avis auraient particulièrement changé. Alors qu’en avril, Guillaume Sarre, médecin du FC Grenoble annonçait, par exemple, sur EDJTV, qu’un décès sur un terrain de rugby "ne serait pas de la science-fiction". Le Professeur Toussaint lui n’est plus de cet avis : "C'est vrai, nous avons été très prudents au début, justement car nous ne savions pas grand chose de ce virus. A l'INSEP par exemple, tous les sportifs ont fait une batterie de tests et ont eu un suivi systématique en cas de test positif. Depuis, nous avons fait le bilan : il n’y a pas eu le moindre impact myocardique. On avait imaginé le contraire, par précaution, mais la réalité a prouvé que les sportifs n'étaient pas plus à surveiller que les autres, au contraire".

Cette prise de parole fera-t-elle changer les protocoles déjà en place ? Très peu de chances, mais elle aura au moins eu le mérite d'être entendue. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Pianto
    55124 points
  • il y a 3 ans

Un jour, quelqu'un admettra qu'on n'y comprend pas grand chose à ce virus et je pense qu'on aura fait un grand pas.

On ne sait pas exactement qui le transmet, comment, si les asymptomatiques transmettent ou pas, si les masques protègent à fond un peu, les autres, des autres.

Du coup on prend des précautions. parce qu'on ne comprend pas trop et qu'il y a eu beaucoup de morts. Alors peut-être que certaines précautions sont inefficaces ou peu efficaces. Les spécialistes doivent se poser la question parce que ce sont des scientifiques et qu'ils cherchent (d'arrache pied) à comprendre.

Mais en aucune manière ça ne peut justifier d'arrêter de prendre des précautions tant qu'on ne sait pas. Et pourtant, je porte un masque au boulot depuis plusieurs mois et j'ai beaucoup de mal à le supporter, j'évite certains lieux, non pas parce que je suis inquiet mais parce qu'il faudra mettre un masque et que je le porte déjà assez professionnellement alors je m'en passe dès que possible.

Peut-être que ce monsieur a raison, que ces protocoles sont inutiles pour protéger les joueurs mais ce n'est pas (seulement) la question.

L'une des raisons à ce protocole c'est de permettre à la compétition d'avoir lieu. Sans protocole ou avec un protocole light, la ligue et/ou l'état (qui valide le protocole) seraient attaquables en justice pour mise en danger de la vie d'autrui.

Alors oui, on fait probablement des erreurs mais dans le doute, il vaut peut-être mieux faire un excès de prudence qu'un excès de précipitation. Quand on aura des connaissances "sûres" on agira autrement...

Derniers articles

News
News
News
News
News
Arbitrage
News
Vidéos
Vidéos
News
News